Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Éthique entre religion et athéisme

Par   •  5 Décembre 2018  •  3 658 Mots (15 Pages)  •  57 Vues

Page 1 sur 15

...

"Si vous me suivez, ne me demandez rien ..." (Al-Kahf: 70)

Par définition va de soi, l'éthique des conditions à des idées et des comportements issus de la conscience libre et indépendante de l'âme humaine, et non des ordres supérieurs récités du point de gouverneur, par exemple, le soldat qui obéit aux ordres de ses commandants avec tout engagement (quelle que soit la nature de ces ordres, et quelle que soit son opinion personnelle, ) ne peut pas lui dire facilement faire cela découle de la morale, mais elle est basée sur l'obéissance et l'engagement à l'aveugle est pas très différente de la machine ou le sujet du robot endocrinien.

Cela ne fait pas l'éthique du croyant une véritable éthique du pur sens de la morale, parce qu'elles sont fondées principalement sur l'obéissance à la main péremptoire Nahia, croyant Abd Rabbo et l'esclavage ne fait pas l'éthique et l'obéissance à l'esclave aux instructions de son maître est chef de soldat Ktaah, ne peuvent pas être classés comme des actes immoraux en aucune façon.

Pour ceux qui l'obéissance aveugle justifie très bien dans les yeux du croyant esclave, une peur de la punition de son maître d'une part, et la récompense Tmahvi d'autre part, cela nous amène à la question suivante: «Est-ce l'acte est considéré comme moralement quand découle de la crainte de la punition ou la cupidité de récompense?»

«Fils de l'homme envoie ses anges arracheront de son royaume tous les pécheurs et les pécheurs ... et de les jeter dans la fournaise de feu ... il y aura des pleurs et des grincements de dents ... Alors les justes brille comme le soleil dans le royaume de leur Père» (Matthieu 13 - 41:43)

"Ils nous adoraient avec désir et crainte" (Sourate Al-Anbiya: 90) "et appelons-le la peur et l'espoir" (Al-A'raf: 56)

Quand un homme s'abstient de voler sa conscience, c'est un acte moral, mais qu'en est-il d'un homme qui évite le vol en sachant qu'un policier le surveille? Est-il possible de dire que cet acte est une source morale?! Certainement pas, c'est la peur, ainsi qu'avec un employé qui cherche dans son travail en prévision de la relance monétaire, il est très pragmatique et a accepté de faire avec intérêt et sans rapport avec le bon sens de la morale dans la forme pure du Haut «spirituel», qui prétend appartenir à l'assuré.

Le modèle de croyant est déterminé à la morale, de peur de la punition de Dieu dans le feu et de soufre, et l'obscurité des chaînes et Dodd ne meurt pas ... etc., et en prévision d'une récompense divine des jardins et du vin et des fruits et des femmes ou de la splendeur et accompagner Dieu dans son royaume, voir sont ces intérêts matériels antisémites moralement impartial croyants présumés , Ou est-ce juste un commerce (comme le dit le Coran) basé sur les comptes de profits et pertes?

Peut-être que nous trouvons ce genre de «l'éthique» basée sur la peur et la cupidité lorsque le voleur qui se garde contre le vol par crainte de seulement la prison, et quand l'homme d'affaires qui cherche dans son travail dans l'espoir de plus de richesse que, mais on trouve facilement lorsque l'animal, il y a un chien qui s'interdit d'approcher son maître de la nourriture par crainte de son bâton, il est clair que tous ces actes ne peuvent pas être décrits par l'éthique - concept de transgresseur métaphysique de l'éthique - il est purement instincts égoïstes.

Le résultat est que la crainte de la punition de Dieu et la cupidité dans la récompense rend le croyant homme dans le commerce dans son comportement suivant le matériau à son avantage, qui est lui-même une accusation très laid qui accuse le croyant «spirituel» Tous les partisans de la laïcité et les athées et les agnostiques.

---------------------------------------------------------------

En conclusion à cette somme une partie jusqu'à, nous disons: la morale religieuse n'est pas la morale absolue, parce que le sectarisme religieux et les références doctrinales sont des dizaines de milliers, ce qui est différent et contradictoires et des références contradictoires et parfois belliqueux. La morale religieuse n'est pas moralement libre, car ils sont basés sur l'obéissance aveugle et la soumission à pleines commandes étrangères du maître du gouverneur, même si ces ordres à sacrifier votre fils avec votre main. L'éthique religieuse n'est pas une morale surnaturelle abstraite, parce qu'elle est motivée par une motivation très matérialiste et pragmatique, qui est de recevoir la récompense de ce maître et d'éviter sa punition. Tout cela contraste fortement avec le soi-disant concept de la vraie moralité, qui est basé sur le choix individuel et le libère du but.

Et effacer nos caractéristiques l'éthique religieuse de cette - relative comme une propriété et la propriété de l'obéissance aveugle - quand on voit le croyant zélé pour sa religion qui se passe dans les justifications morales avec cette religion où la Chambre, et est prêt à accepter les mots de toute action de cette religion (assassiner, extermination, meurtres, vols, pillages, pillages, tortures, viols, esclavage, etc ...) et même cherchent puissamment pour essayer de justifier de dire, et cet acte que ce soit, et ne trouve rien de mal à soumettre des principes et des valeurs morales spécifiquement à cet effet et la modification, Valmarjaip lorsque l'assuré n'est pas le même principe, mais l'obéissance au texte, et le maître de soi-disant Il a dit ce texte.

Ainsi, nous constatons que la qualité de la morale religieuse - Contrairement à dire populaire - n'est pas moralement fixe basé sur des principes spécifiques et des bases claires, il est un gel élastique lâche morale souple se développe avec le texte dans chaque direction et à l'extrême, le modèle de croyant que nous avons dit est un esclave typique, Il est donc prêt à accepter n'importe quoi tant qu'il y a un texte dans sa Sainte Bible dicté par ses instructions strictes à un dictateur, plutôt que par la moralité.

Il est clair plus quand il est l'obéissance à M. contradictoire avec l'axiome le plus fondamental de l'éthique incontestable, où l'on voit le croyant (esclave) a dominé l'obéissance immédiatement, par exemple, est-il le moindre doute que le meurtre

...

Télécharger :   txt (22.6 Kb)   pdf (70.8 Kb)   docx (21.7 Kb)  
Voir 14 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club