Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

En quoi l’équilibre Emplois-Ressources est-il utile à la notion de l’équilibre macroéconomique ?

Par   •  4 Mars 2018  •  3 656 Mots (15 Pages)  •  152 Vues

Page 1 sur 15

...

Sous paragraphe 2 - Opérations et comptes des différents secteurs institutionnels :

Les interactions entre les différents agents économiques sont mesurées par l’équilibre emplois-ressources, ces agents représentatifs sont au nombre de six secteurs institutionnels, il s’agit des ménages, des sociétés non financières (SNF), des sociétés financières (SF), des administrations publiques (APU), des institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLM) et du reste du monde (RDM). Les SNF regroupent les entreprises, les SF regroupent les banques et les établissements de crédit, les APU représentent l’Etat, les collectivités territoriales et les organismes de protection sociale, les ISBLM représentent les associations et enfin le RDM représente toutes les unités institutionnels étrangères. Ensuite ils sont répertoriés selon leur fonction, la genèse de leurs ressources et l’emploi de ces dernières. Le TEE souligne les trois types d’opérations que les acteurs économiques réalisent, il s’agit de leurs comportements économiques ; opérations sur les biens et services (donne une traçabilité des produits de leur création à leur consommation), opérations de répartition (donne la manière dont les richesses sont distribuées entre les agents), opérations financières (recensent les flux d’épargne détenus par les agents non financiers et collectés par les SF). Pour organiser convenablement les différentes opérations, chaque agent possède des comptes ; les ménages et APU disposent de huit comptes et les autres secteurs institutionnels disposent de sept comptes. Il est nécessaire de souligner une distinction entre le compte financier et les autres comptes qui mesurent les flux, car celui-ci est plutôt un compte de patrimoine (stock de richesse). Cette nomenclature d’opérations, de comptes, retranscrite en ligne et en colonne dans le TEE que ce soit du côté ressource et du côté emploi, permet donc le calcul des agrégats économiques, et permet l’équilibre ressources-emplois qui contribue à la croissance économique.

Sous section II - Equilibre Emplois-Ressources un instrument à la croissance économique :

Lors de l’analyse macroéconomique d’un pays, l’élément à déterminer est la croissance économique, or, l’équilibre ressources-emplois en est un déterminant.

Paragraphe 1 - L’Equilibre Emplois-Ressources et la croissance économique :

Sous paragraphe 1 - Différence entre croissance économique au sens strict et au sens large :

Lors de la définition de la croissance économique deux interprétations peuvent être données, on peut la définir au sens strict ou bien au sens large. En effet, quand on évoque la croissance économique au sens strict du terme, on décrit l’évolution soutenue et durable à long terme des capacités de production, de l’emploi et de la productivité. A noter que l’évolution de l’emploi correspond de manière implicite à l’évolution de la main d’œuvre. On affirme que cette croissance renvoie à une optique selon l’offre, c’est-à-dire que la croissance est tirée par l’offre, c’est uniquement celle-ci qui permet l’augmentation des facteurs de production d’une économie. Inversement, on peut interpréter la croissance économique au sens large et ainsi faire référence à une augmentation de la production d’une année à une autre. L’unité de temps utilisée lors cette analyse au sens large peut être d’une année mais aussi trimestriel ou semestriel. De plus, l’agrégat qui permet de mesurer le niveau de production d’une économie est le PIB, c’est donc l’instrument fondamental à cette définition de la croissance économique au sens large. Dans ce cas, on cherche, ici, à identifier les sources d’une croissance tiré par des éléments de demande, qui sont les moteurs de la croissance. Car une augmentation de la demande peut, par exemple, résulter de plusieurs éléments (il peut s’agir d’une augmentation de la demande interne des ménages ou des APU) et pousse les entreprises à réaliser plus d’investissements. Cette évolution positive des investissements peut réciproquement conduire à une augmentation de la production pour répondre à la demande, ce qui génère de la croissance économique.

Sous paragraphe 2 - Contribution de l’équilibre ressources-emplois à la croissance économique :

L’équilibre emplois-ressources représenté par la nomenclature du TEE, repose sur la base comptable de la confrontation entre les ressources et les emplois qui amène nécessairement à un équilibre. Or les ressources sont caractérisées par le produit intérieur brut (PIB), les importations (M) et les prélèvements sur les stocks. Premièrement, l’agrégat économique le plus pertinent est le PIB, en effet, il est la principale ressource d’une économie il représente la somme des valeurs ajoutées produites par l’économie. Ce PIB peut être calculé de trois manières différentes, grâce à l’optique production, à l’optique demande ou à l’optique revenu. Ainsi, suivant la méthode de calcul utilisée les données utiles varient, mais les totaux rendent compte du même niveau de croissance économique du pays. Deuxièmement, l’équilibre ressources-emplois rend compte aussi de deux autres agrégats que sont le Revenu National Brut (RNB) celui-ci se déduit du PIB, et le Revenu Disponible Brut (RDB). Ainsi les comportements des agents économiques peuvent être illustrés à l’aide de ces indicateurs macroéconomiques, on peut constater la propension moyenne à consommer des ménages, le partage de la valeur ajoutée…. C’est pourquoi on peut affirmer que cette analyse comptable de l’équilibre ressources-emplois fournit un premier éclairage de l’équilibre macroéconomique ainsi que de la croissance économique nationale. Mais pour analyser plus en détail sa contribution à la croissance économique, il utile d’approfondir ce que nous présente le TEE, c’est-à-dire un équilibre entre offre et demande de biens et services, ainsi cette égalité permet de soutenir la thèse que l’équilibre emplois-ressources est une contribution à la croissance économique et ce par la demande.

Paragraphe 2 - Les différents agrégats de l’équilibre Emplois-Ressources pertinents à la croissance économique :

Sous paragraphe 1 - Les agrégats de l’équilibre Emplois-ressources :

L’équilibre ressources-emplois permet également de mesurer les contributions, des éléments constituant

...

Télécharger :   txt (26.4 Kb)   pdf (69.7 Kb)   docx (21.3 Kb)  
Voir 14 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club