Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Compte rendu d'intervention

Par   •  14 Août 2017  •  1 805 Mots (8 Pages)  •  386 Vues

Page 1 sur 8

...

autoritaire, caractérielle et qui aime que l’on s’occupe d’elle. Elle souffre d’angoisse, de solitude et d’un sentiment d’abandon. De part son langage souvent mal adapté, elle rendre souvent en conflit avec le personnel et les autres résidents. Elle est très croyante et à la fois très superstitieuse.

IV. DIAGNOSTIC DE LA SITUATION

Pour son grand âge Madame B est très bien conservée physiquement, elle pourrait faire beaucoup de choses si elle s’en donnait les moyens. Mais malheureusement, elle pense qu’à cet âge, on ne peut plus rien faire, donc elle se laisse vivre. Elle n’essaie plus de manger, de se laver ou de marcher seule. Il faut tous les jours l’accompagner, la stimuler dans les actes de la vie quotidienne. Elle est toujours entrain de se lamenter, comme c’est une personne qui à été habitué à avoir du personnel à son service, elle est très exigeante avec les des professionnels. Elle veut qu’on s’occupe que d’elle, en oubliant qu’elle n’est pas la seule dans la structure.

Après avoir repérer et évaluer ses besoins ; je peux dire que selon la pyramide de MASLOW le BESOIN D’AMOUR, D‘APPARTENANCE (être aimé, écouté, compris. Estime des autres. Faire partie d’un groupe, avoir un statut) et de COMMUNIQUER étaient perturbés. Cette insatisfaction entraine chez cette dame un sentiment de colère, d’anxiété et de tristesse. Je pense que son comportement fait obstacle à sa socialisation et que ce jour là, elle se sentait seule, incomprise et qu’elle l’a exprimé de cette façon.

V. INTERVENTION DE L’AMP

Comme j’étais occupé à animer un atelier, je n’ai pas pu intervenir tout de suite. Une fois mon animation terminé, je suis rentrée en contact avec madame B pour connaitre les raisons de son état. Elle m’apprend que pendant son soin oculaire, l’infirmière lui avait crevé les yeux. Je l’écoute et arrive à la rassurer. Puis je me rapproche de l’équipe pour leur rendre compte des propos de la résidente. Et c’est ainsi que j’apprends que madame B fabulait. Pour la calmer, je lui propose de l’accompagner à différents ateliers, chose qu’elle refuse et elle continue à se plaindre, à se plaindre. Face à cette situation, je me suis rendue compte de la difficulté à stimuler, j’ai donc utilisé sa croyance pour l’impliquer dans une activité qu’elle apprécierait. Je lui ai alors proposé de lui lire un passage de la bible. Elle était beaucoup plus apaisée et on a parlé du pardon et de la sagesse. Après cela, elle s’est remise en question et elle a décidé de s’excuser auprès du personnel et des résidents.

Pendant les transmissions, nous avons parlés de l’attitude désagréable de madame B durant toute la matinée. Une collègue fut assez étonnée, car à son arrivée, elle avait salué tous les résidents et elle avait trouvé madame B très calme, très posée. Quand elle lui avait demandé, madame B, vous allez bien ?

- « elle lui avait répondu : oui, car je parlais avec Dieu. »

VI. EVALUATION

Quand ma collègue nous avait rapporté lors des transmissions que madame B était très apaisé, cela m’avait interpellé. Je m’étais rendu compte que mon intervention fut très positive. Depuis ce jour, j’ai pris un plus de temps pour parler avec madame B et je l’avais même sollicité à participer aux différents ateliers enfin de la mettre en relation avec les autres résidents. Elle aimait beaucoup qu’on s’occupe d’elle, mais il fallait souvent l’a recadré gentiment et lui faire comprendre qu’elle n’était pas la seule résidente. Je pense que par mes différentes actions, je lui ai redonné peu à peu confiance en elle en l’a stimulant, l’encourageant. D’ordinaire, elle ne participait jamais aux activités de la structure, se plaignant de son âge avancé et son comportement fessait obstacle à sa socialisation. Je lui ai proposé à deux reprises de venir participer à des ateliers et au final elle a bien participé et elle m’a confié que cela lui faisait une petite distraction. Elle a pu aussi établir des relations avec les autres.

CONCLUSION

Ce stage fut très enrichissant et il m’a permit de découvrir que je suis très à l’aise avec les personnes âgées dépendantes. En tant que futur AMP, j’ai su :

repérer les dimensions affectives, sociales et culturelles des temps clés du quotidien.

établir une relation d’aide dans les actes de vie quotidienne en associant l’aspect éducatifs, relationnel et technique.

satisfaire aux besoins fondamentaux et veiller au bien-être et au confort de la personne.

Durant ce stage, j’ai pu développer des compétences me permettant d’appréhender le comportement professionnel adapté pour l’accompagnement des personnes aidées. J’ai pu réfléchir sur la situation de la personne âgée en structure. Leur vie n’est pas toujours facile au quotidien et il faut toujours prendre en compte leur histoire, afin d’ajuster notre pratique professionnelle comme le suggère la loi du 2 janvier 2002.

...

Télécharger :   txt (12 Kb)   pdf (57.1 Kb)   docx (15.2 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club