Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

L'inconsicent pèse t-il sur nous comme un destin ?

Par   •  23 Novembre 2018  •  1 571 Mots (7 Pages)  •  66 Vues

Page 1 sur 7

...

L'inconscience est donc liée à la consience d'une certaine manière, car nous sommes soit conscient, soit inconscient. Mais parfois, l'un ne peux pas expliquer l'autre, malgrè leur rapport évident.

Toute fois nous n'avons pas explorer un autre rapport face à la question, celle de la liberté. Car si l'inconscient pèse sur nous comme le destin, est-ce que celui ci nous prive de notre liberté ?

L'inconscience et la liberté semble être deux termes incompatibles. En effet, selon Freud, nous ne sommes pas libre, toute notre conduite consciente est determiné par des raisons inconsciente que nous ne connaissons pas. Par exemple, nous pensons que nous aimons une certaine personne pour tel raison, alors qu'en réalité notre désir à une motivation inconsciente. Cette situation rejoinds a celle des héros de la mythologie grec, comme Oedipe, qui se pensait libre d'accomplir chacun de ses actes alors que finalement il ne fait que de réaliser les actes qui sont écrit par son destin à l'avance. La seule différence, c'est que notre destin n'est pas fixé par des Dieux, mais par le contenus de notre inconscient, fixé des l'enfance. En effet, des l'enfance les choix de nos parents sur le bien et le mal ont un impacte sur nos choix effectués plus tard. Par exemple, si nos parents trouvent mal le fait de n'avoir qu'une seule main à table, plus tard nous même nous trouverons ça mal. Où peut donc se situer le libre choix dans un tel contexte ? Et où pouvons nous ici parler de liberté, face a des choix imposées des l'enfance. C'est pour cela que pour Freud, le fait d'êre conscient ne donne à l'homme aucune maitrise de lui même. Il citera la phrase suivante dans Une difficulté de la psychanalyse : « Le moi n'est pas maître dans sa propre maison »

Cependant même si l'inconscient nous prive de notre liberté nous pouvons néanmoins envisager la possibilité de se libérer, au moins en partie de son inconscient. Nous ne sommes donc pas libre spontanément mais on peut le devenir. Cette libération peut être exprimer comme une acceptation. Nous pouvons voir 2 manières différentes de réagir à un événement inattendu qui nous arrive et qui peut nous rendre malheureux, comme par exemple le deuil ou un accident. On peut soit rester bloquer sur l'événement, le ressasser en permanence, ne pas l'accepter. Par exemple, en rejettant la faute sur les autres, en n'essayant pas de comprendre, n'y de l'accepter, trouver cela injuste et inscencé. Dans ce cas on s'enferme alors dans le malheur. Mais au contraire, on peut accepter l'événement qui vient de se produire comme quelque chose qui ne dépends pas de nous, on peut alors surmonter le traumatisme et passer à autre chose sans forcément l'oublier. Dans le cas des névrosés, nous avons des individus qui on vécut des événements douloureux voir traumatisant dans leurs passés. Pour pouvoir avancer, ces individus doivent accepter ce passé douloureux. Mais ce passé a refoulé une partie de lui dans l'inconscient, de ce fait l'acceptation se fait donc ici en deux parties : tout d'abord le psychanaliste cherche à savoir ce qu'il y a dans son inconscient pour expliquer ses rêves, ses symptômes ainsi que ses lapsus, ect... Et par la suite, il doit ensuite aider le malade à s'accepter entiérement avec les blessures du à son passé qu'il a pu avoir, pour ensuite être libre.

Le sujet portait sur le rapport entre inconscience et destin. Nous avons pu voir sous différentes parti que l'inconscient était liée d'une certaine manière au destin ainsi qu'à la conscience. L'inconscience pouvait dépendre de la conscience, mais le destin lui pouvait dépendre de l'inconscient, de tout ce qu'on avait pu rejetter dans notre inconscient. Nous avons aussi vu que d'une certaine manière l'inconscient nous privait de notre liberté, en nous rendant prisonnier de celui ci, mais que nous pouvons accepter cette sorte d'enprisonnement pour ensuite paraître un peu plus libre que ce que nous le sommes réellement si l'on s'en persuade.

Malgré tout, pouvons nous essayer de deviner le destin ? Ou alors essayer de le changer ?

...

Télécharger :   txt (9.6 Kb)   pdf (44.8 Kb)   docx (13.8 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club