Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

L'Etat islamique est-il un Etat?

Par   •  8 Novembre 2018  •  1 542 Mots (7 Pages)  •  3 Vues

Page 1 sur 7

...

- Une qualité d’Etat niée internationalement au profit d’« un groupe terroriste ».

- Des critères de qualification absent ou non reconnu.

Guillaume Lagane spécifie qu’il arrive qu’une dernière condition soit citée afin de prétendre au titre d’Etat, il s’agit de la reconnaissance par les autres Etats. Cependant, il précise que ce quatrième élément constitutif n’est plus en vogue de nos jours. En effet, si ce critère était applicable, l’EIIL n’y répondrai pas puisque aucun Etats ne le reconnaît comme tel. Les autres pays ne veulent pas associer la cruauté de ce groupe à l’idée d’Etat et nie le fait qu’il remplit toutes les conditions de celui-ci, notamment dû aux frontières. Ici, l’auteur veut démontrer que la reconnaissance d’un Etat par les autres ne constitutif pas un critère constitutif, il exprime alors aux Etats que leur avis ne doit pas ingérer dans le statut de l’EIIL et qu’il n’est donc pas dele ressort de le considérer ou non comme un pays. Guillaume Lagana conclut très explicitement en rappelant la conception déclarative imposée sous l’impulsion des Etats du sud pendant la décolonisation : « la naissance d’un Etat est un fait objectif et qui ne dépend pas d’autrui ».

Nous avons démontré que certains critères sont non reconnus, notamment la reconnaissance par les autres Etats. Mais l’auteur, s’étonne de l’absence de critères concernant les droits de l’Homme. En effet, si la plupart des pays s’opposent à « Daesh », c’est dans un premier temps car il use de la violence pour faire reconnaître sa légitimité. Cependant, le droit international de justice condamne les créations d’Etat par la force armée. A partir de ce point, l’Etat islamique serait alors remis en cause puisque ces principalement par la Force armée qu’il a acquis ses territoires par exemple.

Le droit international exige que les nouveaux Etats respectent les droits fondamentaux, ce qui est tous le contraire de l’idéologie menés par l’EIIL.

- L’Etat de droit remis en cause.

Mais l’auteur ne s’en arrête pas là. Oui objectivement les droits de l’homme et les droits fondamentaux ne sont pas respectés par l’Etat Islamique. Mais cependant il souligne que certains Etats totalitaires ont été reconnu au XXème siècle. Les régimes totalitaires ont tendance à vouloir régir tout, ils s’immiscent dans la liberté d’opinion, de conscience. Il y a une négation de toute sphère d’autonomie de la population. Ces régimes totalitaires ne respectent donc pas les droits fondamentaux et ne peuvent par conséquent être qualifié d’Etat. Mais il en est autrement, et Guillaume Lagane le souligne en prenant l’exemple de la sanglante révolution de 1917, où sur le territoire de Russie, le groupe bolchevique a créé un Etat. Ce « groupe » n’avait pas de territoire, puisque c’est sur le « territoire de Russie » qu’il a fait naître son Etat. Il y a ici une remise en cause du critère de territoire imposé pour devenir un Etat.

Mais l’essentiel est que, ayant tué des milliers d’opposants politiques, l’Union soviétique a été reconnu comme telle en 1920. La France notamment, a reconnu cette Union en 1924.

Face à ce réalisme, il est vrai que l’on peut émettre une critique, en effet l’Union soviétique a été acceptée en tant qu’Etat en 1920 c’est-à-dire antérieurement à la condamnation, par le droit international, de créations d’Etat par force armée et le non-respect des droits fondamentaux.

Cependant, bien que cet exemple soit critiquable, il en est la preuve que certains Etats totalitaires sont reconnus et la question de la reconnaissance de l’Etat Islamique est donc justifiée.

Guillaume Lagane conclut sur le sort des armes. Pour lui si celui-ci n’est pas régler très prochainement, ce qui ferait disparaître « Daech », alors les débats quant à l’identité de ce groupe terroriste pourrait naître quant à ses prétentions étatiques. Le sort des armes n’aurait pu être régler en si peu de temps, c’est pourquoi l’auteur expose avec pertinence que le débat sur les prétentions étatique de ce groupe va s’accélérer et va devenir capitale.

Actuellement en Octobre 2017, plus de deux ans après cet article, la prétention d’Etat n’est toujours pas reconnu mais les distinctions entre le groupe terroriste et l’Etat islamique s’amoindrissent en faveur de l’Etat.

...

Télécharger :   txt (10.3 Kb)   pdf (50.5 Kb)   docx (14.7 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club