Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Le sujet est-il libre ou déterminé ?

Par   •  29 Octobre 2018  •  2 616 Mots (11 Pages)  •  143 Vues

Page 1 sur 11

...

Spinoza

Plus je connais ce qui me détermine, plus je m’en libère et acquiers une certaine liberté.

Freud

Freud est déterministe mais considère que c’est par la connaissance de l’inconscient que l’on pourra progressivement affranchir quelqu’un de ses névroses.

II/ La doctrine du libre arbitre

A/ Le libre-arbitre ne supprime pas tout le déterminisme

Le libre arbitre ne supprime pas tout le déterminisme. Cad que les auteurs concèdent que nous sommes dans la majorité des cas déterminés au quotidien, que l’immense majorité de nos actions sont déterminées. Nous ne passons pas notre temps à choisir, à hésiter, et heureusement.

B/ Comment comprendre le libre arbitre?

Le libre arbitre n’est pas ce qu’on appelle la liberté d’indifférence, dont Descartes nous dit qu’elle est « le plus bas degré de la liberté ». L’âne de buridan, qui serait près d’eau et de nourriture et qui se laisserait mourir de faim et de soif n’existe pas.

Si le choix est lié au hasard, il n’y a pas de mérite morale donc pas de liberté. Dans les caves du Vatican d’André Gide, le personnage de Lafcadio décide de tuer de manière absurde le premier bourgeois qui passe, et décide que son geste ne sera pas motivé, que par là il affirmera sa liberté. Mais ce geste prétendument libre n’est pas libre mais absurde, c’est une liberté d’indifférence. Donc si l’homme est côté d’un libre arbitre, c’est quelque chose de différent de la liberté d’indifférence.

Un chef Gaulois, Brennus, déferle sur l’Italie, il assiège Rome, qui à l’époque est encore une forteresse construite au sommet du Capitole. Parmi les assiégés sont restés les sénateurs. Rome est assiégé pendant fort longtemps. Ils essaient d’assiéger une première fois Rome de nuit, mais sont surpris par des oies qui crient et réveillent les Romains, qui repoussent alors les Gaulois. Un jour alors que les sénateurs sont affamés, un sénateur descend parler à Brennus et demande ce qu’il leur veut. Il demande de l’or, il fait installer une balance, met de l’or d’un côté et demande à ce que les romains remplissent la balance de manière à ce qu’elle soit équilibrée. Les Romains essaient, mais ne parviennent pas à équilibrer la balance, et s’en plaignent à Brennus. « Vae victis » prononcera Brennus, « Malheur aux vaincus » et jette son épée sur la balance, du côté des poids. On peut comparer la balance à l’âme, qui hésite entre le pour et le contre. Le choix ne correspond qu’à la mesure d’un poids. Quantitativement, si je choisis ceci plutôt que cela est le résultat d’un combat entre les deux solutions. La liberté n’est elle pas le fait d’aller à l’encontre de ce qui est attendu? On peut penser au héros, qui impressionne car se surpasse, et qui prend les décisions les plus dures.

Alexander Pope « Si les passions sont les vents, la raison est la boussole ». Certes les passions me font avancer, mais si elles sont seules à me diriger alors je suis comme un bateau errant au gré des vents. Je ne dois donc pas être victime de ces passions.

Sartre « Faire quelque chose de ce que l’on a fait de moi ». « Totalement déterminé et totalement libre » « Nous n’avons jamais été aussi libres que sous l’occupation allemande. » Cela ne fait pas de Sartre un collabo. Mais l’état d’esprit de cette phrase est qu’en réalité? Sartre considère que dans l’oppression nous sommes obligés de choisir entre la collaboration et la résistance, c’est une situation dans laquelle les personnes étaient confrontés au libre-arbitre de manière ultime « nous sommes condamnés à être libres ». Nous ne pouvons pas échapper à la liberté. Nous sommes condamnés à faire un choix.

C/ La liberté est évidente

On fait l’expérience du libre-arbitre lorsque l’on est face à un choix moral : Victor Cousin propose un cas d’école: Supposons que nous soyons obligés de partir à la guerre, imaginons un soldat à la guerre, et sur le champ de bataille, ce soldat tombe sur un autre soldat agonisant à terre. Ils ne se connaissent pas. Le soldat agonisant tend à l’autre soldat une enveloppe contenant une forte somme d’argent. Ce soldat demande à l’autre de remettre cette somme d’argent à sa famille. Puis celui-ci meurt. Que faites-vous? La tentation de garder l’argent traverse l’esprit. Dans ce cas l’individu fait l’expérience de la liberté. Il sent au plus profond de lui un tiraillement. Donc il sent bien qu’il n’est pas déterminé de façon mécanique.

On peut rapprocher cela au dilemme cornélien. L'expression "choix cornélien" tire son nom du dramaturge Corneille connu pour placer ses personnages face à des dilemmes complexes. Par analogie, un choix cornélien est un choix difficile à faire, opposant généralement la raison aux sentiments ou dont chacune des options comporte des devoirs.

Descartes nous dit « la liberté se connait sans preuve ». Pour celui-ci, le libre-arbitre est une évidence. Je sens cette tension à l’intérieur avant même de poser l’acte. Une fois que l’acte est posé, je sens au fond de moi que je suis l’auteur de mon choix, et si je dis que ce n’est pas de ma faute -> c’est de la mauvaise foi, le fait d’essayer de se réfugier derrière le déterminisme.

Bossuet : « Qui délibère sent bien que c’est à lui de choisir ».

D/ L’argument moral

La liberté selon Kant est une notion nouménale. (Le phénomène est connaissable le noumène ne l’est pas). Cad que la liberté est inconnaissable, on peut y réfléchir d’un point de vue rationnel mais il est impossible de démontrer que l’homme est libre. En revanche, pour Kant, dans la seconde de la raison pratique, il est légitime de penser que l’homme est libre. Pour Kant, la liberté est « une présupposition pratique nécéssaire ». Si l’homme est totalement déterminé, alors personne n’est responsable de ses actes, et les plus grands criminels de l’histoire pourraient arguer du fait qu’ils n’y peuvent rien. Comme ceux qui invoquent la folie au tribunal. Si la personne est considéré comme irresponsable, (cad souvent fou, ou aliéné) il n’y a même pas de procès car on ne juge pas un aliéné, qui n’est pas capable de répondre de ses actes. Ce qui est terrible pour

...

Télécharger :   txt (16.1 Kb)   pdf (61.3 Kb)   docx (19 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club