Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

UE 1.3 Législation éthique et déontologie

Par   •  25 Septembre 2017  •  1 407 Mots (6 Pages)  •  130 Vues

Page 1 sur 6

...

Responsabilité : capacité de répondre de ses actes, c'est a dire de les justifier en indiquant sur quelles valeurs vous vous êtes fondés. Il doit être capable de répondre de ses actes vis a vis de lui même.

Dilemme : Il y a dilemme quand on doit choisir entre deux choses ou deux comportements dont la valeur nous semble égale. En éthique médicale il y en a énormément.

Conflit : Dans l’équipe médicale, avec un patient. Entre nos actes et notre conscience. Avec soi même. Kant montre qu'il peut y avoir un conflit en nous entre deux devoirs qui ont pour nous la même valeur.

Consensus : Accord dans une équipe médicale, soit sur une décision scientifique soit sur une décision éthique. Avec une autre personne. Avec nous même.

Respect : Lié à l'idée du regard « spectare » : regarder.

C'est le regard que l'on porte sur autrui :

- respecter autrui

- être respecter par autrui

- se respecter soi même (en respectant et en faisant respecter ses valeurs morales, en particulier dans l'exercice de sa profession)

Le soignant est dans le soin,

le CARE : le fait de prendre soin de quelqu'un

le CURE : le fait de prendre soin mais de soigner médicalement.

Integrité : Être intègre c'est être honnête. C'est quelqu'un qui va rester cohérent avec lui même, qui va resté entier. L'intégrité du patient, c'est un patient qui n'aura pas été corrompu par la maladie. Au delà du fait qu'il est actuellement vulnérable et diminuer, le patient forme une totalité qui est constitué de son passé, du présent qu'il vie mais de son avenir ; qui forme un tout avec ses spécificité physiques, sociales, culturels, ou religieuses.

Engagement : Capacité à s'impliquer, à se sentir concerné, intéressé. Par exemple l'engagement humanitaire. S'engager à respecter la parole donnée comme si elle était une loi.

Parole donnée : elle a une moindre valeur juridiquement mais elle représente beaucoup plus éthiquement puisqu'elle reprend la notion d'engagement et de respect.

Loi morale : Ce qui nous engage même si juridiquement c'est écrit nul part.

Impuissance : incapacité à faire quelque chose. Le sentiment d'impuissance chez le soignant.

Norme : Canguilhem a écrit « le normal et le pathologique ».

« C'est la nature humaine et la santé qui sont capables de s'adapter. »

Les normes, du point de vue médicale ou éthique, ne doivent pas être une simple moyenne statistique mais quelque chose dont on peu reconnaître la valeur : ce que ça vaut.

Valeurs: « valere » : se porter bien. Ce que ça vaut d'un point de vue financier et quantitatif mais aussi du point de vue qualitatif.

Le droit c'est le domaine de la loi. On doit y obéir ! Malheureusement elle a différentes interprétations. Le rôle du philosophe c'est de répondre de manière « pas aussi sur ». Il pose des questions et aide a poser des questions les plus précises possibles.

...

Télécharger :   txt (8.6 Kb)   pdf (79 Kb)   docx (571.9 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club