Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Lettres Platoniciennes

Par   •  13 Septembre 2017  •  3 508 Mots (15 Pages)  •  214 Vues

Page 1 sur 15

...

La sagesse pratique est donc nécessaire au meilleur gouvernement possible selon Platon. En effet, dans son corpus de lettres, il s’oppose vivement à la tyrannique qu’il considère comme le pire gouvernement possible. Les actions politiques des despotes ne sont pas guidés par la sagesse. Selon Platon, seuls les philosophes possèdent la véritable sagesse qu’ils peuvent en mettre en pratique afin de guider l’action politique dans le but d’assurer le salut de l’âme des citoyens et une cité juste. Dans la lettre VII, Platon affirme que « On ne peut espérer de voir la fin des misères humaines avant que les vrais philosophes n'arrivent à la tête des gouvernements ou que, par une providence toute divine, ceux qui ont le pouvoir dans les États ne deviennent eux-mêmes philosophes. » On peut donc supposer que les philosophes devraient gouverner ou tout au moins conseiller les rois. Les philosophes ne souhaitant pas le pouvoir, ils ne sont pas portés à en abuser. De ce fait, on peut supposer que leurs actions politiques et leurs décisions, ne seront pas démesurées mais bel et bien tempérées car cherchant la justice et l’intérêt de tous. Un état mal gouverné est donc celui régi par ceux qui ne possèdent pas la sagesse. Platon tire alors une conséquence « la vraie, philosophie, qu'elle seule peut tracer les limites du juste et de l'injuste, soit par rapport aux particuliers, soit par rapport aux gouvernements. » La question du juste est infiniment liée à la justice et à l’action politique. Une action politique cherche à combattre l’injustice afin d’assurer le bien-être des citoyens et cela passe donc par ses décisions de justice. Les philosophes ont donc un devoir d’éducation des politiques, car il possède grâce à la philosophie la capacité ce qui relève du juste ou de l’injuste. Ils doivent éclairer l’action politique avec la sagesse qu’ils possèdent. C’est être lâche selon Platon, que de voir qu’une cité est mal gouvernée et de ne pas dispenser ses conseils à son gouvernant qui est disposé à l’entendre. Le philosophe a donc un rôle politique au sein de la cité. Il doit aider à rendre sa sagesse pratique effective dans l’action politique, en apprenant aux politiciens à guider ses actions par elle. Il doit donc apprendre la philosophie et la tempérance à ceux qui gouvernent. Le philosophe se doit d’apprendre la sagesse pratique, entendue comme tempérance dans les décisions et actions, et la prudence aux politiciens, car c’est lui qui la détient. La nécessité d’avoir des chefs vertueux est fondamentale à la constitution d’une bonne cité. L’amour de sa cité et la tempérance dans ses décisions est primordiale dans l’action politique. Mais pour que cette sagesse devienne effective, le philosophe doit l’enseigner.

La tempérance est donc nécessaire à la bonne action politique selon Platon. La sagesse pratique doit guider l’action politique. Elle devient effective lorsqu’elle a un ancrage réel dans la cité. Cela s’établit alors par le biais des lois, qui doivent guider la conduite des hommes.

Puis, pour que la sagesse pratique puisse guider l’action politique, des lois justes et tempérées doivent être au coeur de l’organisation politique. Si une cité est mal dirigée selon Platon, c’est puisque ses dirigeants ne sont pas guidés par la sagesse et de ce fait, leurs lois ne sont pas sages ni tempérées. Il dit en effet dans sa Lettre VII que « Mais je finis par me convaincre que tous les états de notre temps sont mal gouvernés, et que leurs lois sont tellement vicieuses qu'elles ne subsistent que par une sorte de prodige. » Leurs lois sont vicieuses car elles ne sont guidées par la sagesse. Or une loi qui n’est pas guidée par la sagesse ne peut-être juste. Le problème est que les lois permettent de mettre en place l’action politique, il est donc impératif que les lois sont tempérées pour retranscrire la sagesse qui guide l’action politique. Les lois doivent donc avoir pour rôle selon Platon, de rendre les citoyens soumis à elles, afin d’intégrer tout un chacun dans la vie politique et de rendre effective la sagesse qui guide l’action politique. La soumission aux mêmes lois tempérées et donc justes, permet alors de rendre les citoyens solidaires face aux ennemis de la cité. L’égalité devant la loi sage renforce le sentiment d’appartenance à sa cité. La loi tempérée sera alors acceptée par les citoyens qui accepteront de se soumettre, permettant de mettre en pratique les décisions politiques du roi. La loi doit être sage et pour cela, elle doit répondre aux besoins et attentes des citoyens. Une loi tempérée est celle qui remplit des objectifs nécessaires. Selon Platon, Dion a été un bon souverain car « il n'aspire qu'à donner à sa patrie une constitution et des lois bonnes et justes, sans exils ni échafauds. » L’échafaud soit la peine de mort semble en effet correspondre à la transcription de la démesure dans l’action politique. En effet, il est démesuré que de tuer quelqu’un en réponse à une faute, plutôt que de le punir. La loi est donc la mise en pratique de l’action politique, elle doit-être juste et sage afin de rendre sage l’action politique et in fine atteindre la fin qu’est la vertu de l’âme et la cité juste. Le meilleur gouvernement où la sagesse guidée la politique est celui selon Platon où « la loi est la reine de l’homme et non les hommes les tyrans de la loi. » Cela signifie que chacun doit se référer à la loi juste et bonne et s’y soumettre. La loi montre la tempérance et la sagesse à l’homme, elle lui montre le chemin à emprunter pour être sage. La loi ne doit pas être démesurée où elle deviendra une force imposée négative aux hommes. Elle n’aura alors plus pour but d’assurer les intérêts des citoyens en les guidant vers la sagesse, mais de les assouvir. La tyrannie est un régime où les lois ne sont pas bonnes ni justes car le roi ne veut servir que ses intérêts et non ceux du peuple, cet intérêt égoïste traduit son manque de sagesse. Ces lois transmettent alors « une fausse image du bonheur des hommes avides et insensés, ». Les lois doivent guider l’homme vers la sagesse, si elles ne le sont pas, alors les hommes seront avides et insensés, en opposition à sage. Ils sont insensés car ils se réfèrent seulement au plaisir, or le plaisir n’est pas une vertu inhérente à l’âme et à la cité. Les hommes doivent se référer à la raison et ils le peuvent grâce à des lois qui font écho à la sagesse pratique.

Après avoir abordé la question de la nécessité de la loi sage, il vient donc la question de sa mise en place. Selon Platon trois choses régissent le monde et elles sont hiérarchisées. Il

...

Télécharger :   txt (21.6 Kb)   pdf (123.1 Kb)   docx (15.5 Kb)  
Voir 14 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club