Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Le libre arbitre est-il nécessairement arbitraire ?

Par   •  30 Novembre 2017  •  1 977 Mots (8 Pages)  •  158 Vues

Page 1 sur 8

...

de penser ainsi car en suivant cette idée on se refuse à imaginer une volonté qui soit capable de se plier à ses propres engagements. De plus il semble qu’il puisse exister des lois naturelles qui ne peuvent être transgressées même grâce à la puissance de la volonté.

II. La volonté peut être libre tout en se pliant à un certain nombre de règles.

Le libre arbitre peut donc possiblement exister, et ce même s’il doit respecter des règles. Il restera toujours le fruit d’une volonté libre tout en procédant d’un ordre préétablie ou naturel.

Nous pouvons voir en effet que le libre arbitre peut répondre à un certain nombre de règles et de lois naturelles. La causalité peut être considérée comme l’une d’entre elles. Elle défend l’idée que dans la nature il ne peut y avoir d’effet sans cause, par conséquent toutes actions provient nécessairement d’une autre qui a eu lieu antérieurement. Elle est une loi qui existe dans la Nature et qui ne peut être transgressée car on ne peut en trouver de contre exemple. Ainsi il sera impossible de se libérer d’elle car en effet, même si notre choix n’est guidé que par une volonté totalement indépendante, elle ne peut se soustraire aux différentes conditions qui l’ont amenée à pouvoir effectuer ce choix. De même ses choix sont limités et ne peuvent mener systématiquement à des effets qui leur sont liés. Il ne peut donc y avoir de totale indépendance de la volonté libre et de la causalité, la première existe en s’accommodant de la seconde, or comme cette dernière ne peut être ignorée, il ne peut être fait de choix arbitraire de la part de la volonté car elle doit nécessairement respecter la causalité.

Le libre arbitre peut également se conformer à des règles morales, des principes. Pour Kant il n’existe d’autonomie de la volonté que dans la mesure où celle-ci est soumise à une loi, à une forme de morale, que l’individu se donne à lui même. L’individu doit être en chaque occasion conforme aux devoirs que lui dictent sa raison. De plus Kant assimile liberté et moralité, en effet il est dit qu’une volonté libre est une volonté qui est soumise à des lois morales. Pour exercer son libre arbitre il faut donc agir de manière morale, donc en suivant sa raison la plus pure. Elle doit être éloignée de toute volonté déterminée par des mobiles sensibles, d’influence extérieure. Il s’agit donc d’une propriété de la causalité des êtres raisonnables que de pouvoir agir indépendamment de toute influence déterminante étrangère à elle. En se pliant à une causalité l’homme peut faire office d’une volonté libre. Cette vision nous permet de voir que si un libre arbitre existe, il lie la volonté à la loi, à la morale et donc au devoir en excluant de motiver une action par un penchant naturel ou par l’impulsion d’un sentiment ce qui s’oppose à une décision l’arbitraire. La volonté peut donc rester libre tout en se pliant à une loi morale, c’est même ce qui lui donne sa liberté et en fait un instrument de décision raisonnable.

Pour reprendre le thème de la citadelle vu plus tôt, une certaine vision de l’homme est que celui-ci se trouve être une sorte de fort dans l’empire de la nature, « un empire dans un empire ». Il serait donc détaché de tout et cela lui permettrait son libre arbitre. Or en suivant ce point de vue là, l’homme se trouve alors être totalement détaché du monde dans lequel il vit, les actions qui y ont lieu n’auraient donc aucun effet sur lui s’il en décide ainsi. On peut s’opposer à cette idée d’après Spinoza. Dans ce cas l’homme n’est plus un être à part, coupé de son environnement mais bien une partie de ce dernier. Chaque action et chaque chose sont alors déterminées par une cause extérieure, par des impulsions qui orientent leur évolution. Toutefois l’homme dispose tout de même d’une liberté, du fait qu’il est capable, avec sa raison, de comprendre pourquoi il agit ainsi. Sa volonté est ainsi apte à se déterminer elle-même ce qu’elle fait grâce à l’aide de la raison. Et même si pour Spinoza le libre arbitre en vient à être une illusion créée par l’homme, la volonté n’en reste pas moins libre de comprendre pourquoi elle agit ainsi.

Nous pouvons donc voir que le libre arbitre peut exister et ce même si la volonté est obligé de se plier à certaines lois ou règles existantes ou que l’esprit s’impose à lui même.

La volonté libre apparaît à première vue comme étant arbitraire de part son ambition de liberté totale. Toutefois on a vue qu’il existait des lois auquel elle ne peut se soustraire et qui par conséquent l’oblige et l’empêche par conséquent d’être totalement arbitraire.

...

Télécharger :   txt (12 Kb)   pdf (82.3 Kb)   docx (10.3 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club