Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

En quoi les personnages de Voltaire et Rousseau sont ils antithétiques au sein d'un même mouvement philosophique ?

Par   •  28 Mai 2018  •  2 190 Mots (9 Pages)  •  154 Vues

Page 1 sur 9

...

► Biographie Rousseau

Rousseau est un collaborateur de l'Encyclopédie et un philosophe majeur des Lumières françaises. Sa pensée embrasse des domaines variés : critique sociale, théorie politique, morale, théologie, autobiographie ; elle s’exprime dans de nombreux genres : discours, roman, théâtre, traité philosophique, confessions, sans oublier la composition musicale.

Rousseau demeure toutefois une figure singulière et paradoxale. Philosophe des Lumières, il est incompris de ses pairs et hostile à des thématiques centrales à son époque. Il s’oppose à l’idée de progrès.

Famille

Jean-Jacques Rousseau est né le 28 juin 1712 à Genève, petite république indépendante. Son père, Isaac, est maître horloger, violoniste et maître de danse. Sa mère, Suzanne, fille d'un pasteur protestant, meurt à sa naissance.

Formation

Il ne reçoit pas d'« éducation » à proprement parler ; c'est en autodidacte qu’il acquiert au fil des ans une très vaste culture. Jean Jacques fait l'apprentissage de la lecture avec son père, jusqu'à ce que celui ci soit contrait de quitter Genève sans pouvoir emmener son fils. Le monde de Rousseau s'effondre.

Recueillit et élevé dès l'âge de dix ans auprès du ministre du culte Lambercier, il apprend l'injustice des punitions non méritées. A douze ans, étudiant chez un huissier, il sait qu'il ne sera pas clerc. A quinze ans, en apprentissage chez un graveur, il s'échappe pour une première errance. Décidé à se convertir à la religion catholique, il est recommandé à Annecy auprès de Mme de Warens : il l'appellera « maman ». Cette jeune femme l'envoie très vite à l'hospice des catéchumènes de Turin pour y être baptisé. Mais il repart sur les routes, en rupture avec cette religion, et fini par rejoindre Paris.

Début de carrière

À trente ans, il s’installe à Paris, où il mène de front ses activités de musicien (composition, participation à l'actualité musicale et à ses querelles) et ses activités de philosophe (rédaction d'articles pour l'Encyclopédie). Plus proche de Diderot, de d'Alambert et de Condillac, il participe à la lutte philosophique et à l'élaboration de l'Encyclopédie , travaille comme secrétaire et documentaliste. Dès 1747, Diderot lui confie la rédaction des articles de l'Encyclopédie concernant la musique et en 1749, Rousseau s'engage résolument aux côtés de son ami emprisonné à Vincennes dans son combat contre les faux pouvoirs.

C'est à cette époque qu'il apprend que l'académie de Dijon propose, pour le prix de l'année 1750, de déterminer si le progrès des arts a contribué à corrompre ou à épurer les mœurs. Il se hâte de rédiger, son Discours sur les sciences et les arts , un réquisitoire vibrant contre l'Histoire.

Il se lie à une servante de vingt-trois ans, de dix ans sa cadette, Thérèse Levasseur, qui lui donnera cinq enfants qu’ils abandonneront à l’assistance publique.

Premier succès

En 1750, le Discours sur les sciences et les arts connaît un succès éclatant et met son auteur à la mode ; en 1755, il publie le Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes.

Tournant de sa carrière

Alors qu'il est admiré et reconnu, il s'isole, s'embrouille avec ses amis philosophes et quitte Paris pour la campagne ; c’est dans cette retraite qu’il rédige trois œuvres majeures : Julie ou la Nouvelle Héloïse (1761), Du contrat social (1762) et Émile ou De l’éducation (1762). Ces deux derniers ouvrages sont condamnés, au moment de leur parution, par le Parlement de Paris qui leur reproche des thèses outrageantes et en rupture avec l'époque ; un mandat d'arrêt est lancé contre Rousseau, qui est obligé de quitter la France durant plusieurs années.

Dernière partie de sa carrière

Devant le succès, le scandale et la maladie, Rousseau tente de réparer son attitude à l'égard de ses cinq enfants abandonnés en cherchant à les reconnaître. Mais il en vient à considérer que le monde entier complote contre lui pour lui refuser ce droit. En effet, la violence de ses propos religieux et politiques inquiète : ses protecteurs et ses amis se montrent vite défiants et distants, Genève le rejette. Voltaire frappe de plus en plus fort: il révèle l'abandon des cinq enfants de Rousseau aux Enfants-Trouvés. Rousseau, qui souffre d'un délire de persécution, consacre ses trois dernières œuvres à l'introspection et à l'écriture de soi : les Confessions (1765-1770), les Dialogues ou Rousseau juge de Jean-Jacques (1772-1776) et les Rêveries du promeneur solitaire (1776-1778).

Il meurt le 2 juillet 1778 à Ermenonville, au nord de Paris ; l'île des Peupliers, où il est inhumé, devient un lieu de culte. Ses cendres sont transférées au Panthéon en 1794.

---------------------------------------------------------------

INTRO REDIGEE

Le courant littéraire qui unit Voltaire et Rousseau est celui des Lumières.

L'expression des « Lumières » désigne un courant de pensées du XVIIIe siècle et, par extension, les penseurs et philosophes qui s'en réclament. Les Lumières s'inscrivent dans le sillage de la querelle des Anciens et des Modernes, permettant l'émergence d'une réelle confiance dans les progrès de l'esprit humain. Les Lumières constituent de ce fait un héritage partiel de l'Humanisme. Leur naissance s'explique aussi par les avancées de la science et l'évolution des méthodes de connaissances, qui entraînent une nouvelle vision du monde. L'éclosion des Lumière est également permise d'une part par le développement des échanges et des voyages, qui remirent en cause l'ethnocentrisme des peuples, et d'autre part par l'essor économique de la bourgeoisie, qui conduisit à la contestation d'une société fondée sur la naissance et les privilèges. Les combats des Lumières sont donc principalement de vaincre l'obscurantisme religieux, social et politique, d'établir le bonheur sur terre et de diffuser la pensée et le savoir cf Kant Sapere aude ou « Aie le

...

Télécharger :   txt (14.2 Kb)   pdf (61.1 Kb)   docx (577.1 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club