Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Le communisme 1917 - 1947

Par   •  4 Décembre 2018  •  1 649 Mots (7 Pages)  •  208 Vues

Page 1 sur 7

...

>Hiver 1916 précipite la montée du chômage, de l’inflation, de la misère : la situation quotidienne devient insoutenable pour des milliers de russes qui subissent le régime, famine

>Janvier-Février 1917 : manifestations populaires à Petrograd qui s’étendent au reste de la Russie = émeutes, insurrections spontanées pour réclamer du pain, du charbon, du travail = mouvement général et spontané de mécontentement mène à la Révolution (grèves de l’usine Poutilov le 3 mars 1917)

L’opposition modérée, révolutionnaire & les « masses » de Petrograd emportent une dynastie tricentenaire en quelques semaines par la force improvisée de leur protestation (Romanov exécutés en 1918).

>Février 1917 : formation d’un gouvernement provisoire des libéraux, doutes quant à leur légitimité parlementaire mais les masses ont d’autres préoccupations (faim, froid, guerre, accès à la terre…). Cpdt, le gouvernement provisoire s’use car il veut continuer la guerre, source de tous les maux pour les russes. Le peuple russe ne soutient même pas le gouvernement du socialiste-révolutionnaire & modéré (non-bolchévik) Kerenski car il veut continuer la guerre.

Face à ces gouvernements provisoires instables et non soutenues par les masses, émergence de « soviet » (conseils) qui étaient apparus lors de la révolution de 1905 = formations spontanées, regroupement pour assurer un maillage/organisation sociale et politique de base = militants politiques qui prennent de plus en plus d’importance, à contre-courant des gouvernements provisoires et pour la fin de la guerre.

Ces soviets sont dominés par les socialistes Mencheviks, opposés aux socialistes Bolcheviks de Lenine….

>>scission du POSDR au congrès de Londres en 1903 entre bols et mench

…. qui deviennent des acteurs de la Révolution en défendant un pacifisme révolutionnaire dont Lénine espère qu’il mènera la Russie vers la Révolution bolchevik et prolétarienne.

Les Bolcheviks apparaissent au grand jour en avril 1917 avec Thèses d’Avril (article de Lénine publié dans la Pravda de retour d’exil, thèses anti-démocratiques et anti-parlementaires), dont les slogans populariseront le bolchévisme :

- « la paix immédiate ! » aboutit au traité de Brest-Litovsk (3 mars 1918), traité de paix russo-allemand qui permet à Lénine de pérenniser les frontières russes malgré les pertes de territoire, et surtt d’arrêter les combats sur le front Est

- « tous les pouvoirs aux Soviets » alors que les Bolcheviks investissent complètement les Soviets (signifie « tous les pouvoirs à Lénine », en concurrence avec les Mencheviks = affrontements en juillet 1917, tentatives d’insurrection des bolcheviks mais échec, Lénine s’enfuit en Finlande dans la clandestinité.

Alors que le général Kornilov tente un putsch contre-révolutionnaire en septembre 1917, les Mencheviks sont contraints de faire appel aux Bolcheviks pour faire front unique et écraser la putsch : à terme, victoire des Bolcheviks qui apparaissent comme les sauveurs de la Révolution, Lénine en profite pour revenir sur le devant de la scène et préparer l’insurrection.

- Révolution d’Octobre et résistances

Insurrection préparée par Lénine & Bolcheviks au cœur des Soviets. Elle est présentée comme populaire, prolétarienne, mais ce n’est qu’une mise en scène : ce n’est pas une révolution de masse, elle ne bénéficie d’aucune adhésion populaire. Ce n’est qu’un coup de force sans véritable soutien populaire.

«Jamais une échauffourée de si petite envergure n’a eu des conséquences aussi prodigieuses, et une fois de plus, le sort de la capitale décida de celui du pays tout entier» Léon Poliakov (historien français né à St Pet. en 1910)

But : détruire le gouvernement de Kerenski et la Douma.

Dès le déclenchement de l’insurrection, il y a des fortes résistances : Kerenski mobilise ses troupes, la Révolution d’Octobre est en réalité une guerre civile (qui dure jusqu’en 1921) entre Bolcheviks, socialistes (premiers ennemis), libéraux et « blancs », partisans d’un retour à l’Ancien Régime.

Les Bolcheviks ne gagnent la guerre civile que parce que l’opposition est trop divisée sur la question « quel régime?»: les blancs étant divisés, certains réactionnaires, antagonisme profond avec socialistes & libéraux, eux-mêmes divisés sur des préoccupations quotidiennes.

Toutefois, il faut reconnaître qu’une réaction patriotique se forme, favorable aux Bolcheviks, y voyant la solution d’avenir.

- Formation d’un Etat totalitaire et communisme de guerre

La doctrine de la Révolution Bolchevik, marxiste-léniniste, est de dimension totalitaire, de même que l’organisation du Parti Bolchevik : il faut mettre en place un communisme de guerre pour réaliser cet Etat totalitaire, car le Parti est minoritaire en Russie.

Volonté chez Lénine puis Staline de « créer un homme nouveau », thème commun à tous les totalitarismes : homo sovieticus domestiqué, déterminé, prolétarien, bon militant du parti.

L’insurrection violente et immédiate d’Octobre s’accompagne par la création d’une police politique, la Tcheka (décembre 1917), destinée à éliminer les ennemis des Bolcheviks, dirigée par Trotsky (anime les premières forces armées bolcheviks, à petrograd)

En novembre 1917, Lénine rédige le code civil bolchevik, qui définit les crimes des ennemis du peuple, condamnés à mort (en réalité, catégories sociales définies arbitrairement, tous ceux qui ne se déterminent pas clairement, tout ceux qui n’adhèrent pas corps et âmes au bolchevisme) = exécutions massives immédiates = mise en place du système de terreur institutionnalisé. Ceux qui ont encadrés la Révolution bolchevik deviennent cadres de l’Armée Rouge : formation d’une bureaucratie, interpénétration du Parti & Etat.

Le Parti

...

Télécharger :   txt (11.4 Kb)   pdf (57.1 Kb)   docx (16.9 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club