Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Fiche de texte: le Mondain de voltaire

Par   •  10 Avril 2018  •  1 035 Mots (5 Pages)  •  1 011 Vues

Page 1 sur 5

...

- 1 Bonheur fondé sur un plaisir individuel

Le bonheur c’est la recherche d’un bonheur personnel

« Je », et autres marques de premières personnes-> montrent que voltaire pense a lui-même. L’homme cherche SON bien.

(5-6-8) « moi je/mon bien/pour mes meurs »

Champs lexical du plaisir « mollesse, il est bien doux, les plaisirs… » (5-9-13-15-20-33)

Exclamative : exaltation du monde (21)

« Tout sert au luxe, aux plaisirs de ce monde » (20), toute sa conception du monde est tournée vers les plaisirs. On retrouve bien ici une conception hédoniste mais c'est un hédonisme très aristocratique

- 2 Un bonheur lié au luxe

Le mondain voltaire revendique son gout du luxe même dans le titre.

(9) « j’aime le luxe »+ »tout sert au luxe (20) -> Il revendique son gout du luxe

« Jaime le luxe, et même la mollesse, Tous les plaisirs les arts de toute espèce, la propreté le gout, les ornements : Tout honnête homme a de tels sentiments. »(9-12)-> Champs lexical + accumulation, le bonheur se trouve dans la quantité même excessive pluriels associes a tout-> surenchère

« Et les besoins et les plaisirs nouveaux (17) + « nouveaux bien nés aux sources du Gange » (21) -> nouveautés +exotisme

Références aux plaisirs de la table « d’un bon vin » (28+29), « gout » (11) + Martialo (37)

Références aux plaisirs matériels (11+10) « les arts de toute espèce, la propreté le gout les ornements »

(40) « la soie et l’or », plaisirs de la mode, de l’ameublement.

Pour Voltaire, le bonheur se trouve donc dans la profusion de ce siècle prospère.

- 3 Limites de cette conception

Elle n’est pas accessible à tous, il est réservé à une élite

C’est un bonheur égoïste, il ne cherche que son propre bonheur (indices de première personne)

« Moi je rends grâce à la nature sage qui pour mon bien m’a fait naitre en cet âge » (5-6) -> cela dit que d’autres n’ont pas eu cette’ chance

« Voyez-vous pas ces agiles vaisseaux qui du Texel de Londres de Bordeaux, S’en vont chercher, par un heureux echange de nouveaux bien nés aux sources du Gange » -> Trafique d’esclaves

(22) « Le superflu chose très nécessaire » la formule est choquante, 17e siècle = société inégalitaire

« Nous apporter » (16) Le nous est un nous représentant que tres peu d monde, seulement l’Elite.

Concept individualiste, pas d’amour, pas d’amitié, pas de compassion pour autrui (30-43), il porte un regard péjoratif sur les temps primitifs. Il est méprisant sur l’ancien temps

Il ne montre pas ce souci de l’autre qui est pourtant caractéristique du siècle des lumières

Voltaire défend un bonheur assez superficiel qui est le privilège d’une élite sociale.

Elargissement :

Opposition entre voltaire et Rousseau

Voltaire

Rousseau

Le bonheur est aujourd’hui

Le bonheur était dans les temps originel il est perdu

Evolution amené l’injustice

L’abondance amené le bonheur

Bonheur dans les plaisirs simples

Dénigre les tps originels

Les perçoit comme heureux

Pensée optimiste

Pensée décliniste

...

Télécharger :   txt (6.9 Kb)   pdf (50.5 Kb)   docx (15.9 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club