Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Techniques d'amélioration de la production végétale et leurs impacts sur l'environnement

Par   •  8 Décembre 2018  •  957 Mots (4 Pages)  •  76 Vues

Page 1 sur 4

...

- IMPACTS DES DIFFERENTES TECHNIQUES D’AMELIORATION DE LA PRODUCTION VEGETALE SUR L’ENVIRONNEMENT

Les substances minérales apportées au sol, si elles sont trop abondantes ne sont pas assimilées par les végétaux ; elles sont entrainées par les pluies, dans les cours d’eau, si les sols sont en pente ou jusqu’aux nappes phréatiques profondes par infiltration : c’est le lessivage. Les eaux sont alors polluées.

Une abondance de substances nutritives dans l’eau provoque la multiplication des végétaux, ce qui entraine la multiplication des animaux aquatiques les consommant. Lors de leur mort, la matière organique tombe au fond de l’eau. L’action des décomposeurs sur cette matière organique consomme tellement de dioxygène que du fond vers le haut de l’eau, le dioxygène vient à manquer, entrainant la disparition de tous les poissons qui ne peuvent plus respirer. Ce phénomène s’appelle eutrophisation.

L’irrigation de certaines cultures très demandeuses en eau (riz) appauvrit les nappes phréatiques, parfois plus vite qu’elles sont renouvelées. Les techniques culturales peuvent conduire à l’appauvrissement et à l’érosion des sols. Or on exploite actuellement déjà la moitié des sols cultivables.

Les différents pesticides n’agissent pas que sur les espèces parasites des cultures mais sur toutes. Les pesticides peuvent en outre être emportés par les vents et les pluies et agir ailleurs. Ceci entraine une diminution de la biodiversité accrue à proximité des cultures et crée des déséquilibres dans les chaînes alimentaires des écosystèmes aux alentours.

- APPROCHES DE SOLUTION

Un sol fertile est un élément primordial pour la production d’aliments et de fourrages et constitue le facteur de production principal de l’agriculture. Un travail du sol adapté à la situation et un emploi limité d’intrants préservent la fertilité du sol à long terme.

La lutte contre les parasites peut être une lutte biologique grâce à des espèces naturellement prédatrices connues.

Les amendements peuvent être réfléchis afin de limiter le lessivage et la pollution des eaux.

L’enherbage des parcelles peut diminuer le ruissellement.

La rotation des cultures permet de limiter l’appauvrissement des sols.

CONCLUSION

L’exportation de biomasse, la fertilité des sols, la recherche de rendements et l‘amélioration qualitative des productions posent le problème :

- des apports dans les cultures (engrais, produits phytosanitaires, etc.…).

- des ressources en eau,

- de l’amélioration des variétés végétales par la sélection génétique, le bouturage ou le clonage,

- du coût énergétique et des atteintes portées à l’environnement.

Le choix des techniques culturales doit concilier la production, la gestion durable de l’environnement et la santé.

Sources :

*- Personnes ressources : - AKPOVO Léopold, Technicien en agriculture au

CARDER GLAZOUE

- DAGBEROU Erick Mathieu Directeur de l’Ecole

GLAZOUE CENTRE B

*- Sites/adresses web: - http://makala.cirad.fr/le_projet

- www.oecd.org/topic/.

- www.antony.cemagref.fr

...

Télécharger :   txt (7.3 Kb)   pdf (51.8 Kb)   docx (15.4 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club