Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Rin2013 tn1, conciliation emploi-famille et temps de travail

Par   •  5 Décembre 2018  •  2 630 Mots (11 Pages)  •  153 Vues

Page 1 sur 11

...

Tout d’abord, les facteurs liés aux changements sur le marché du travail ne facilitent pas la transition vers une conciliation emploi-famille. La conciliation emploi-famille devient de plus en plus difficile aujourd’hui puisque le marché du travail subit certaines transformations. Les horaires dits « normaux » de 9 à 5 ne sont plus nécessairement la norme. Au Québec, l’emploi atypique connaît une croissance importante.

Comme indiqué dans le manuel du cours, des recherches et sondages permettent de constater ce phénomène important. Voyons ici les répercussions qu’ont eues les périodes de récession sur la croissance de l’emploi à temps plein versus celle à temps partiel au Canada[2].

[pic 4]

En effet, nous constatons une perte au niveau des emplois à temps plein alors que les emplois à statuts atypiques connaissent pour leur part une croissance. Les emplois à temps partiel sont bien plus fréquents. Moins de postes à temps plein sont offerts au sein des entreprises. La stratégie de réduction des coûts de la main-d'œuvre est la cause principale de cette transformation dans le marché du travail, selon moi. Les horaires sont variables : on peut travailler en alternance de jour/ soir/ nuit. Le développement des emplois atypiques rend la conciliation emploi-famille plus difficile puisque les parents ne peuvent pas établir un horaire stable avec les enfants.

L’arrivée des femmes sur le marché du travail est un autre élément qui a occasionné des changements au niveau du marché du travail. La proportion de femmes qui occupent un emploi ne cesse d'augmenter. En 1970, 30 % des mères d'enfants de moins de 6 ans étaient sur le marché de l'emploi. Selon Statistique Canada, cette proportion est passée à 78 %[3]. Le marché du travail n’est toujours pas adapté en conséquence. Il est démontré que la plupart du temps, ce sont les hommes qui occupent les postes à temps plein.

Dans le manuel, le tableau 3.1 démontre cette problématique.

Tableau 3.1[4]

Catégorie d’emploi

Temps partiel

Temps plein

Pourcentage

Tous les travailleurs

15.7

84.3

Sexe

Hommes

7.4

92.6

Femmes

23.3

76.7

Les femmes sont plus nombreuses à occuper des emplois à temps partiel. Cela peut s’expliquer en raison de leur important rôle au niveau du nid familial et le manque de temps. Encore aujourd’hui, les pères n’ont pas tendance à assumer les responsabilités ménagères. L’évolution de l’emploi à temps partiel est alors, dans la plupart des cas, une option avantageuse pour les mères de famille. Les femmes doivent à la fois s’occuper des enfants et de leur carrière professionnelle. Ce qui nous ramène au rôle traditionnel qu’occupaient les femmes avant leur arrivée sur le marché du travail. Seule différence, aujourd’hui elles doivent faire les deux.

Le marché du travail n’est pas adapté aux femmes. De la discrimination envers les femmes sur le marché du travail est évidente. La différence de salaire pour une même qualification et les inégalités au niveau de la possibilité d’avancement de carrière en représentent certains parmi plusieurs autres[5]. Des motifs peuvent être évoqués par certains pour expliquer cette discrimination : la courte durée de la carrière de la femme, le fait que le salaire de la femme n’est qu’un revenu supplémentaire, l’absentéisme plus marqué chez les femmes et bien d’autres raisons peuvent être cités. Selon moi, cette discrimination n’a pas raison d’être. Le potentiel de développement est le même chez la femme que chez l’homme. Le gouvernement tente d’instaurer certaines mesures pour arriver à contrer ces problèmes. Par exemple, la loi sur l’équité salariale qui spécifie qu’il y aura salaire égal pour travail équivalent.

Je crois qu’il y a ici contradiction. Après quelque temps d’application de cette loi, des changements on été fait, mais nous savons très bien que nombreuses sont les femmes à ne pas avoir le même salaire qu’un homme exécutant les mêmes tâches.

Par la suite, l’impact du manque de temps a des répercussions négatives sur les travailleurs québécois. Malgré tout ce qui a été fait, les études montrent bien que les Québécois manquent de temps, qu’ils sont stressés et qu’ils doivent sacrifier plusieurs activités essentielles à une certaine qualité de vie pour arriver à joindre les deux bouts. Les activités qui sont généralement sacrifiées sont le sommeil et le temps de qualité en famille[6]. En conséquence à la négligence des heures de sommeil, cela peut avoir des répercussions sur la performance et la satisfaction au travail. Le travail demande davantage d’efforts aux travailleurs puisque les employeurs sont de plus en plus demandant côté performance et développement des compétences.

Dans le vidéo présenté sur le web, Évelyne Raymond qui occupe un poste de gérante dans le domaine hôtelier dans la région de Mont-Tremblant, doit faire des compromis sur sa vie de couple[7]. Les familles monoparentales augmentent particulièrement à cause de ce problème qu’apporte le manque de temps.

Voici certains programmes[8] quoi ont été mis en place pour faciliter la vie des parents :

-Service de garde

-Programme d’aide aux devoirs

-Garderies

Le seul problème est que les heures d’ouverture de ses services ne correspondent pas aux heures des horaires atypiques qu’ont une grande majorité des parents. Les garderies n’ont pas suffisamment de places pour répondre à la demande.

De plus, le prolongement du congé de maternité ainsi que la mise en place du congé de paternité ont certains avantages, mais le problème est qu’après ce congé, les parents doivent tout de même apprendre à concilier emploi-famille. De l’aide financière est disponible pour les familles, mais

...

Télécharger :   txt (18.4 Kb)   pdf (68 Kb)   docx (22.2 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club