Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

La peste cas

Par   •  30 Avril 2018  •  808 Mots (4 Pages)  •  149 Vues

Page 1 sur 4

...

Démarche empirique ou l’empirisme est très important pour les philosophes des Lumières. On peut aussi parler de raisonnement inductif.

Question : On va s’intéresser à la première partie uniquement :

Quel rôle(s) joue la nature dans cette partie ? Relations entre la nature et l’âme, l’esprit du narrateur.

- Accord profond de la nature et la sensibilité

- On distingue une forme de lyrisme dans l’évocation de la nature et des paysages.

- Un « réduit » = un lieu isolé, à l’écart. Dans le texte, le superlatif vient renforcer cette expression.

- L’auteur cherche un endroit dans lequel il peut méditer et penser à ce qu’il ressent.

- Il faut noter la longueur de la phrase au début du texte : Comment se révèle donc la longueur de cette phrase ?

La nature dont il parle est quasiment une nature pittoresque (au sens propre c'est un paysage suffisamment beau pour qu’on puisse le peindre, mais maintenant c'est un paysage qu’on a envie de le contempler, et donc varié, paysage riche, contraire de paysage monotone).

- Le regard de Rousseau part de ce qui est le plus proche de lui, et finit avec les montagnes, ce qui lointain et beaucoup plus vaste. Au fur et à mesure, le paysage devient plus vaste, et plus l’émotion progresse et devient plus importante.

- On a une progression dans la phrase, plus son regard s’éloigne, plus son émotion augmente.

- On a un champ lexical de verbes qui entraîne des relations ou des liens entre la nature et l’état d’âme. C'est pour cela que on a beaucoup de phrase qui sont construits par un élément de nature + verbe+ état d’âme.

- La nature permet d’être isolé, et de trouver un support pour les auteurs.

- Relations entre extérieur (nature) et intérieur (âme de l’auteur).

- La nature favorise la rêverie.

- La nature apporte la paix.

- La nature suscite l’émotion.

- Méditation sur

- Le plaisir est lié à des sensations mais qui sont courtes. Pour Rousseau, c’est quelque chose de long.

Conclusion : conception moderne, assez moderne à l’époque, conception de Rousseau

- Une communion avec le monde, accord profond avec la nature.

- Le vrai bonheur n’est pas dans des instants fugitifs.

- Le vrai bonheur est durable

- Le vrai bonheur peut se trouver aussi dans le fait de se rappeler un moment de bonheur.

...

Télécharger :   txt (5 Kb)   pdf (45.4 Kb)   docx (13.2 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club