Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Strophes pour se souvenir cas

Par   •  8 Mai 2018  •  938 Mots (4 Pages)  •  605 Vues

Page 1 sur 4

...

est introduite avec un connecteur logique « mais » (v.13)

- la nuit, les résistants agissent et soutiennent ces étrangers.

Cette opposition est renforcée par l’utilisation de majuscules « MORTS POUR LA FRANCE », ces morts deviennent de véritables héros. Ils sont étrangers mais morts pour la France, un pays qui n’est pas le leur.

Le poète montre là qu’il n’est pas d’accord avec ce que veut faire croire la propagande nazie.

 2° partie v.19 à 30

Avec un vers de transition « l’un de vous dit calmement », Aragon donne la parole à Manouchian sous la forme d’un discours direct.

Le passage est en italique pour le différencier du reste, on passe de « vous » au « je » et « tu ».

La lettre de Manouchian nous apprend que le résistant n’a pas peur, ne doute pas et n’en veut pas au peuple allemand («Je meurs sans haine »v20).

Il n’a pas peur de mourir.

Les champs lexicaux sont ceux du bonheur (v19), de l’adieu (v21 et22), de la nature (v21,22,26,27).

Il dit au-revoir à la vie, à la nature (v21 et 22).

Il souhaite à sa femme d’être heureuse, de vivre (v23).

Il a confiance en l’avenir( « La justice viendra sur nos pas triomphants », il sait que son combat est juste). (v28).

Cette lettre est une sorte de testament :

- emploi du mode impératif

- il dit à sa femme d’être heureuse, de refaire sa vie, d’avoir un enfant (v223,30)

Cette partie est très émouvante, c’est une déclarationd’amour à sa femme et à la vie en général.

La tonalité est lyrique : « o » « mon amour » « mon orpheline » (v29) (évocation de façon exaltée de sentiments).

3° partie v.31 à 35

Le poète reprend la parole pour un dernier hommage sous forme d’épitaphe (genre littéraire rimé: ce que l’on aimerait inscrire sur la pierre tombale).

Il s’adresse au lecteur et l’invite à se sentir concerné en utilisant la 1° personne du pluriel « nos frères ».

Anaphore de vingt et trois pour insister sur le groupe (début de vers par le même mot)

Oppositions entre « étrangers » et « frères », ce sont des étrangers qui, en se battant pour la liberté d’un pays qui n’est pas le leur, deviennent nos frères.

Oppositions entre » vivre » et « mourir », pour évoquer le sacrifice de ses hommes. Ces hommes aimaient tant la liberté qu’ils vont mourir pour elle.

Aragon termine le poème avec la mort des résistants.

La chute des résistants (« en s’abattant ») (v30) devient la chute du poème.

CONCLUSION

Ce poème est un poème engagé, Aragon veut rendre hommage aux résistants du groupe Manouchian afin qu’on garde leur sacrifice en mémoire.

Il utilise pour cela le registre lyrique pour émouvoir le lecteur.

C’est aussi un éloge à la vie, l’auteur nous invite à profiter de notre liberté acquise au prix de nombreux sacrifices.

AUTRES ŒUVRES

Le poème de Paul Eluard sur l’affiche rouge LEGION

Le film de Guedijian L’ARMEE DU CRIME (2009) : histoire du Groupe Manouchian

...

Télécharger :   txt (5.8 Kb)   pdf (51.8 Kb)   docx (14.1 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club