Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Biographie de Charlie Chaplin cas

Par   •  17 Mai 2018  •  1 147 Mots (5 Pages)  •  80 Vues

Page 1 sur 5

...

de s’adapter aux cadences de plus en plus rapides ordonnées par le directeur, il perturbe le rythme de travail. Il est choisi comme cobaye pour tester un robot qui doit permettre aux ouvriers de travailler tout en mangeant. Puis absorbé par les rouages d’une machine, il ressort fou : il danse au milieu des chaînes de montage et cherche désespérément de resserrer avec sa clé tout ce qui lui semble être un boulon, il est hospitalisé d’urgence et est évacué dans une ambulance.

L’acte 1er des Temps modernes critique l’organisation scientifique du travail ou taylorisme qui s’impose, dès 1920, dans les usines américaines sous la forme de chaines de montage. Chaplin présente ces chaines mécanisées comme une source d’exploitation et de folie pour l’homme. Cette critique passe par des gags, des situations exagérées, destinées à faire rire le spectateur: c’est du burlesque.

Voici comment Chaplin dénonce les conditions de travail dans l’industrie:

Le patronat est présenté comme autoritaire et privilégié. Le président de la compagnie exerce une surveillance oppressante sur ses ouvriers par l’intermédiaire de caméras (sorte de vidéosurveillance) et d’écrans où il apparaît, y compris dans les sanitaires! Nous ignorons son nom: seule sa fonction apparaît sur carton.

De cette façon, Chaplin nous le fait passer pour le patron type. Celui auquel tous les patrons ressemblent. Ce patron est tout-puissant: à ses ordres répétés, le contremaître répond par un salut militaire; il oblige Charlot à jouer les cobayes pour la machine à nourrir (malgré son signe de refus). Depuis son bureau où le silence règne (contraste avec l’ambiance sonore de l’usine), son temps est partagé entre le contrôle de l’usine et des divertissements enfantins: puzzle, lecture du journal Tarzan. Les ordres du président sont relayés parle contremaître et le chef de chaîne qui exercent une pression constante sur les ouvriers: augmentation des cadences, menaces...

Le travail à la chaîne est démontré inhumain.

Le fondu enchaîné du début du film, entre un troupeau de moutons et une masse d’hommes se pressant vers l’usine rapproche la condition ouvrière de celle du bétail. L’obsession du temps et des rendements est souligné tout au long de l’acte :

• Générique avec image en arrière-plan d’une horloge

• Passages à la pointeuse

• Ordres répétés du président visant à augmenter les cadences

• Recherche d’un gain de temps toujours plus grand ; présentation d’une machine à nourrir les ouvriers pendant qu’ils continuent leur travail

• Le rythme de travail inhumain imposé aux ouvriers est mis en avant par le retard et le décalage systématique de Charlot

Les ouvriers sont représentés comme des esclaves des machines. Ils sont montrés entièrement dépendants de celle-ci. Les machines imposent leur rythme aux hommes, elles ne sont pas synonyme de progrès mais de folie, tous les équipements modernes apparaissent comme des éléments renforçant la soumission des ouvriers.

Conclusion :

Dans ce premier acte des Temps Modernes, Chaplin donne une dimension politique à son œuvre en dénonçant les conditions de travail découlant du taylorisme. Il montre la déshumanisation du travail, de la société moderne et revendique le droit de pouvoir vivre libre, à son rythme.

Œuvre lié :

« A nous la liberté » de René Clair en 1931

A nous la liberté de René Clair et Les Temps Modernes de Charlie Chaplin, ont fait figure de symbole pour la jeunesse intellectuelle française des années 1930.

...

Télécharger :   txt (7.4 Kb)   pdf (51.5 Kb)   docx (13.8 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club