Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Faut-il réinventer le journalisme avec l'apparition du web et la collision avec la politique?

Par   •  30 Août 2018  •  835 Mots (4 Pages)  •  257 Vues

Page 1 sur 4

...

En 1979, elle est embauchée comme journaliste pour le magazine Vendredi, sur France 3, pour lequel elle obtient une interview de l'ancien premier ministre du Shah d'Iran, Amir Habbas Oveida, destitué et condamné à mort. L'entretien crée la polémique mais lance définitivement la carrière de Christine Ockrent.

L’interview clef :

Quand la révolution islamique battit son plein au cours de l'année 1978, le Shah envisagea de procéder à l'arrestation de son ancien Premier ministre "pour donner des gages à l'opposition et apaiser l'opinion."

Ainsi, la décision fut prise lors d'un conseil tenu sous l'autorité du Shah le 8 novembre, de mettre Hoveyda en résidence surveillée.

Hoveyda fut donc arrêté et conduit dans une résidence de la Savak (police politique) : estimant ne rien avoir à se reprocher dans sa gestion gouvernementale, il espérait bénéficier d'un procès équitable au cours duquel il balaierait les accusations portées contre lui.

Malgré les conseils prodigués, il refusera toujours de quitter l'Iran.

Le 11 février 1979, la révolution triomphe à Téhéran. Hoveyda est arrêté dans sa résidence par les milices révolutionnaires, puis transféré à la prison de Qasr. Le 15 mars, en plein milieu de la nuit, il est traîné devant le tribunal révolutionnaire présidé par le sinistre mollah Sadegh Khalkhali, le Fouquier-Tinville enturbanné. On lui lit l'acte d'accusation, il n'a pas droit à l'assistance d'un avocat et la peine de mort est requise par le procureur.

Le Figaro s'indigna : "C'est une affaire révoltante. Un journaliste n'a pas le droit de prendre part à une telle mascarade. On n'interroge pas un prisonnier politique dans sa cellule avec ses ennemis à côtés. On ne lui demande pas s'il est coupable ou non. On n'essaye pas de lui extorquer des déclarations qui pourront ensuite être utilisées contre lui et l'envoyer au gibet. La question n'est pas de savoir si Hoveyda est coupable ou non. La question est que ce n'est pas à Mme Ockrent d'en décider, et qu'en lui posant des questions sur la torture, elle se conduit comme un accusateur, pire, comme un provocateur, pour ne pas dire un espion à la solde de la prison."

Ses faits d'armes :

En 1981, elle est désignée par Pierre Desgraupes, président d'Antenne 2, pour présenter le journal de 20 heures en alternance avec Patrick Poivre d'Arvor. Christine est alors la première femme à présenter régulièrement un journal télévisé du soir en France. Dès lors édifiée en présentatrice star, elle reçoit le surnom de « reine Christine ».

Son mantra : « Le journalisme est une manière trompeuse et superbe de berner le temps. »

Elle a inspiré : Anne Sinclair, célèbre pour avoir présenté,

...

Télécharger :   txt (5.4 Kb)   pdf (47.4 Kb)   docx (13 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club