Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Faut-il douter de tout?

Par   •  14 Septembre 2018  •  2 005 Mots (9 Pages)  •  273 Vues

Page 1 sur 9

...

- Il ya quelque chose dont on ne peut douter, c’est de son propre doute, du fait que l’on est en train de douter. Cette réflexivité est le propre de la pensée qui trouve en elle-même un point de certitude et une vérité premier indubitable (hors de doute).

Ainsi, le fait que je doute je ne peux en douter c’est indubitable.

On distingue la réalité de la vérité car ces deux notions différencient deux aspects du doute. On doute de la réalité quand on remet en question l’existence des choses considérées comme réelles.

C’est ce qu’à découvert Descartes. Même si un malin génie s’amusait à me tromper, il ne pourrait faire que « je suis, j’existe ».Cette proposition est nécessairement vraie dit-il »toutes les fois que je la pense. Car pour penser il faut être.

C’est pourquoi, il écrit « Je pense donc je suis ».

Descartes suppose l’existence d’un malin génie qui dit-il a employé tout ses moyens afin de le tromper. Il en arrive à douter même du probable comme par exemple la valeur de nos perceptions, de toutes les choses extérieures qui ne seraient qu’illusion données par le malin génie. Le doute est la première étape du savoir.

- Sous quelles conditions il convient de douter de tout

- Douter de tout méthodiquement et de façon ponctuelle permet de construire la connaissance. Car si l’on ne remet pas tout en question, on ne peut édifier la science et le savoir sur des bases solides. Ainsi le doute doit être total et exhaustif pour fonder la connaissance .Il faut douter à bonne escient puisque douter c’est suspendre son jugement. La recherche de la vérité a-t-elle un sens ? Cette question signifie qu’il ne va pas de soi, de trouver et de rechercher la vérité.

Les sceptiques sont ceux qui doutent de tout. Ils ne croient en rien. Le pire, c’est qu’ils ont de bons arguments pour cela. Remarquons toutefois ce premier paradoxe : ils ne sauraient prouver que tout est faux. Car alors ils auraient au moins cette certitude, celle de ne rien savoir ! Ainsi Socrate n’est pas sceptique, car il sait au moins une chose : « Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien. » Le véritable sceptique ne dit même pas qu’il ne sait rien. Il n’est même pas sûr de ne rien savoir ! Il devra plutôt dire, comme Montaigne : « Que sais-je ? ».

Même si en théorie le doute est conseillé car il faut réfléchir pour ne pas faire n’importe quoi, on ne peut vivre en doutant de tout à chaque instant. En l’absence de certitude, on est obligé dans la vie courant de se contenter de ce qui nous paraît le plus raisonnable, le plus logique lorsqu’il s’agit d’agir. Lorsqu’on est face à un choix, on ne peut pas douter éternellement sinon on ne pourra jamais se décider. Si on doute de tout, on a confiance en rien du tout et personne, peut-on ainsi vivre heureux sans avoir la moindre confiance ?Il y a d’autres choses dont on ne peut douter pour vivre comme par exemple le fait de respirer, de manger car on sait que si l’on ne respire pas on meurt.

- La conscience est source de certitude

Descartes doute de tout pour atteindre une certitude. Mes sens m’ont déjà trompé une fois et son donc peu fiable. Mais Descartes va plus loin, après tout la vie n’est qu’un rêve. Le rêve me fait douter de mon existence et de l’existence du monde.

L’Homme se distingue des choses et des animaux par la conscience qui lui permet de prendre du recul par rapport au monde extérieur et à ses propres instincts nous dit Hegel. À contrario, la conscience morale du bien et du mal, la conscience des interdits et de la loi fait de l’homme un être libre et responsable qui l’élève au-dessus de la nature selon Kant.

L’homme a souvent une difficulté à distinguer le rêve de la réalité. Descartes se met ainsi à douter de façon hyperbolique .Et invente ainsi la fiction du malin génie. Je suis J’existe est forcement vrai à chaque fois où je la pense. Descartes pense qu’i est une chose pensante, il affirme ainsi l’autonomie du sujet pensant.

Pour conclure partiellement, le projet de Descartes est de fonder l’ensemble du savoir humain sur des vérités absolument certaines. L’important est donc d’abord la méthode, grâce à laquelle on peut arriver à de telles certitudes et de reconstruire) partir de ces certitudes la totalité du savoir.

L’évidence n’admet comme vérité que ce dont il est impossible de douter. Par exemple le ciel est bleu ou alors 2+2 font 4. Seulement il faut savoir que sont 2 et 4 ainsi que + et =.

Les idées mathématiques constituent le modèle de ces évidences puisqu’elles sont souvent démontrables. Par exemple on peut démontrer par le théorème de Pythagore qu’un triangle est rectangle.

Pour conclure, nous avons vu à travers cette étude que l’Homme a donc a priori la possibilité morale et rationnelle de douter de tout. Cependant cette action a souvent pour objectif la recherche d’une solution ou bien d’une certitude car il est dans la nature humaine de chercher à tout comprendre. Notre esprit humain est logiquement capable de douter de tout puisqu’il possède une raison et se remet en question très souvent. Afin de vivre, nous avons toujours un minimum de certitude afin d’agir.

...

Télécharger :   txt (11.8 Kb)   pdf (53.6 Kb)   docx (16.3 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club