Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne depuis 1875 cas

Par   •  30 Janvier 2018  •  2 359 Mots (10 Pages)  •  36 Vues

Page 1 sur 10

...

2- Socialistes et communistes dans l’Allemagne de Weimar 1919-1933.

Ebert est président en 1919.

a- La république de Weimar, un régime de compromis.

C’est une démocratie parlementaire, avec une assemblée a Weimar.

Cette assemblée est dominée au début par une coalition de 3 partis: les catholiques du Zentrum, les libéraux et les sociaux-démocrates du SPD. Les trois partis doivent s’entendre, car l’assemblée doit faire face à une double opposition:

- à droite, des partis nationalistes et autoritaires (début du nazisme).

- à gauche, le KPD (spartakistes: pour la révolution).

b- Une république sociale.

De nombreuses mesures sont prises en faveur des ouvriers (accord avec le patronat). Sans compter l’assurance chômage et logements sociaux. Cependant des grèves sont toujours organisées et réprimées dans la Rhur en 1920.

c- Un mouvement ouvrier divisé face au nazisme.

Au début des années 1920, la montée du chômage déstabilise le régime et aux élections de 1930 les partis extrémistes progressent nettement.

Le KPD suit le modèle du communisme soviétique, considère le SPD comme son principal adversaire et surtout, sous-évalue les nazis. De son côté le SPD se méfie des communistes, les considérants comme hostiles à la démocratie.

En mai 1929, à Berlin, la police réprime des émeutes ouvrières.

A gauche, il n’y a pas de réconciliation et surtout une crainte des excès des nazis: cette division va profiter à Hitler, qui s’installe au pouvoir en janvier 1933.

3- Socialistes et communistes (ou SPD et KPD) face au nazisme 1933-1945.

a- La suppression des partis et des syndicats.

Le 27 février 1933, prenant le prétexte de l’incendie du Reichstag, dont ils rendent coupable les communistes, les nazis font arrêter des milliers de militants.

Le 23 mars, Hitler obtient les pleins-pouvoir, malgré le SPD (interdit à l’été 1933). Ensuite les autres partis sont interdis ainsi que les syndicats.

A partir du 14 juillet: un seul parti, le NSDAP (Parti national-socialiste des travailleurs allemands, ou parti nazi). Les dirigeants opposés et les syndicalistes sont internés dans des camps, assassinés ou encore, doivent s’exiler.

b- Des nouvelles structures.

Pour encadrer les ouvriers, les nazis créent une organisation corporative patrons/ouvriers appelée le front allemand du travail.

A partir de janvier 1934, la grève est interdite et en cas de conflits dans l’entreprise, le problème est réglé par des militants nazis, élus par les ouvriers.

c- Une résistance difficile au nazisme.

En Allemagne, la résistance est limitée car la répression est violente.

La SPD a crée à Prague un parti à l’étranger qui s’appelait le Sopade.

Des cadres et des militants ont quittés le pays (ex: Willy Brandt).

II- Social-démocratie et communisme en Allemagne depuis 1945.

A- L’expérience du communisme au pouvoir en RDA.

= le communisme d’Etat en RDA 1949-1989.

En 1945, l’Allemagne est occupée par les 4 puissances victorieuses: le pays est divisé d’abords en 4 zones d’occupation, puis en 1949, en 2 zones: Allemagne occidentale, RFA à l’ouest et Allemagne orientale RDA à l’est. La ville de Berlin se retrouve alors en RDA, mais est également divisée en deux zones (1 zone RFA et & zone RDA).

1- La RDA, une démocratie populaire.

a- Un état communiste.

Le SED (Parti socialiste unifié d’Allemagne, ou parti communiste d’Allemagne), l’emporte avec 70% des voix. La construction du pays est très influencée par le modèle soviétique et des libertés sont reconnues pour les individus (droit de parole, de réunion…), ainsi que des droits sociaux. Les élections se font au suffrage universel. Mais la pouvoir est au parti, avec une chambre du peuple, à partir de 1968, qui ne fait qu’enregistrer les décisions prisent par un conseil d’état, dont le président est le dirigeant du parti.

b- Une société socialiste.

La propriété privée de la terre est progressivement supprimé et les petits propriétaires doivent rejoindre des coopératives.

Les industries, les banques, les assurances, le commerce extérieur, sont nationalisé ( appartiennent à l’état).

En 1951, comme en URSS, un premier plan quinquennal est fait pour l’industrie lourde, on donne la priorité à l’industrie lourde.

2- La RDA, un régime totalitaire.

a- Une dictature.

Les services secrets (la Stasi) et l’armée ont un rôle déterminant.

Le chef du parti (du SED) va diriger le pays 21 ans, de 1950 à 1971, il s’appelait Ulbricht. Ensuite Honecker a dirigé de 1971 à 1989.

Stasi: Ministre de la Sécurité d’Etat, la Stasi rassemblait les services de police, de renseignement et d’espionnage de la RDA.

b- La répression.

En 1953, des ouvriers se révoltent contre l’augmentation du temps de travail mais la répression est brutale.

La population de l’est fuit vers l’ouest, surtout les jeunes (environ 3 millions entre 1949 et 1961). Le mur de Berlin est alors construit en 1961.

La police et la Stasi utilisent de plus en plus d’informateurs pour surveiller la société Est allemande (90 000 fonctionnaires + 170 000 informateurs).

c- Une société encadrée.

La

...

Télécharger :   txt (16.1 Kb)   pdf (63.6 Kb)   docx (21.1 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club