Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Le fascisme italien

Par   •  3 Février 2022  •  Dissertation  •  621 Mots (3 Pages)  •  138 Vues

Page 1 sur 3

Octave Balaguer Louis Honoré 703

A la fin de la Première Guerre mondiale, la situation interne italienne est précaire: le traité de Versailles n'a pas donné les bénéfices escomptés à l'État italien. Les caisses de l'État sont presque vides, les matières premières manquent et l'industrie peine à produire et ce malgré  une abondante main-d'œuvre. Cette situation voit naitre chez les bourgeois, une profonde peur d'une possible révolution communiste. L'extrême fragilité socioéconomique ainsi que des vagues de grève ouvrières conduisent souvent à des désordres réprimés par des méthodes sanguinaires.C’est ainsi qu’à partir de 1924, est élu Benito mussolini dans des elections contestés , en raison de l’intimidation pratiqué par le parti fasciste. Cela étant dit , nous pouvons alors nous demander s quels sont fondements idéologiques de ce nouveau courant politique de l’époque qu’est le fascisme ? Les fondements idéologiques, sont un ensemble de croyances d’un groupe ou d’une société à un moment donné.  Pour répondre à cette question ,nous verrons  à travers 2 documents , les tissus de la politique faciste. D’abord par un premier document issu du journal italien la Dovembre paru en 1936, qui en dit beaucoup sur l’idéologie faciste ,puis dans un second temps, avec la retranscription d’un discours de Mussolini lui même , dans le cadre du cinquième anniversaire des faisceaux. Nous allons d’abord voir comment le fascisme mène une politique fondé sur la peur, mais aussi la volonté obsesionnelle de retrouver un prestige de la nation qui se serait perdu, et enfin sur l’application réelle de l’idéologie traduite par une autorité absolue de l’état et une politique étrangère et béliciste.

Partie 1 : L fascisme est fondé sur les peurs des gens , Musoslini insiste donc sur le déclin de l’Italie, accompagné d’une politique xénophobe et raciste que expliquerait la plupart des maux sociétaux . Nationalisme « nation prolétaire », l’Italie est supérieure aux autres nations , la race blanche est supérieure aux autres. Drapeaux italiens très important dans l’illustration du journal.

Partie 2 : L’état doit retrouver son prestige, ce qui implique une souveraineté absolue, donc politique anti-parlementaire, car le parlement n’a pas a interféré négativement dans la mise en œuvre de la « révolution fasciste » , le fascisme doit « contrôler et animer ses représenantants »

Mussolini insiste aussi sur l’inutilité du pacifisme , et légitime l’importance d’une politique belliqueuse. Besoin de retrouver une toute puissance , celle de l’empire romain notamment illustration, qui place Mussolini en suprème leader comme Jules césar). Garantie sur la propriété privée.

Partie 3 : Bellicisme de l’état, qui se traduit par un pouvoir autoritaire au sein de la nation (Mussolini avec son uniforme, et sa posture de chef de guerre, avec le peuple entier pour armée), et une politique expansionniste coloniale et intra européenne . Un pouvoir autoritaire qui se traduit dans l’économie, avec l’interventionisme de létat (interdiction des grêves, et politique extreme de protectionisme), bien que contradictoire car pallié        à des privatisations massives  . Syndicat et droit des travailleurs  bafoufé, qui se place bien dans la politique anti-communiste revendiqué par Mussolini.

...

Télécharger :   txt (4.1 Kb)   pdf (35.8 Kb)   docx (8.3 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club