Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Berlin, une ville divisée symbole de l’affrontement Est-Ouest pendant la Guerre froide (1945-1989)

Par   •  2 Mai 2018  •  2 172 Mots (9 Pages)  •  171 Vues

Page 1 sur 9

...

blocs opposés, la séparation étant physique, le mur en est l’emblème. Le Mur de la honte devient alors infranchissable, les Berlinois sont prisonniers de leur propre ville, il faut désormais un laissé passer pour se rendre dans l’autre camps. La population de RDA voit en la RFA et les Etats-Unis leur plus grande chance d’échapper à leur régime oppresseur. De nombreux Hommes tentent de s’évader afin de retrouver leurs familles et une vie meilleure plus de 5000 personnes réussiront à s’enfuir entre 1961 et 1989. Ceci marque l’impuissance du bloc de l’Est et une certaine supériorité de l’Ouest. Cependant au cours de cette même période 262 personnes vont trouver la mort face à la répression violente de l’URSS.

Afin de rassurer les berlinois, Kennedy vient à Berlin Ouest le 26 juin 1963. Le discours idéologique de Kennedy « Ich bin ein Berliner » est en faveur de son modèle idéologique qui est de défense de la liberté et la démocratie. Il montre alors un communisme en faillite, qui ne sait pas se défendre et qui a besoin de construire un mur pour empêcher sa population de fuir. Par ailleurs, il reconnaît sa démocratie comme étant imparfaite, mais elle, elle attire des gens, la population y est bien et sa République n’a pas besoin de construire un mur pour garder ses habitants ou bien pour se protéger. Par ailleurs, Kennedy assure son soutient à la population de Berlin Ouest, grâce au célèbre messages de solidarité « Ich bin ein Berliner » . Son discours restera célèbre, de par son message mais aussi de par sa symbolique, car l’investissement officiel des Etats-Unis pour Berlin montre à quel point cette ville est devenue un enjeu dans la Guerre Froide.

En effet beaucoup d’évènements berlinois comme les compétitions sportives (Jeux Olympiques), les défilés militaires en centre-ville, les discours des présidents Kennedy en 1963 et Reagan en 1987 sont devenus symboliques. Cependant l’idéal communiste s’affaiblit, les états demandent et obtiennent leur indépendance vis à vis de l’URSS. Cette crise va mener à la fin de la Guerre Froide et avec le levé du rideau de fer.

En effet les relations entre l’Est et l’Ouest s’améliorent, mais Berlin Ouest a toujours une volonté de maintenir la présence des Américain en Allemagne. La population allemande conteste la situation, la présence du mur commence à être longue et elle veut une réunification avec la partie Est. Le maire de Berlin Ouest, Willy Brandit est alors nommé ministre des affaires étrangères de la RFA en 1966 et il devient chancelier en 1969. Sa mise au pouvoir est faite dans le but d’apaiser les tensions entre Est et Ouest. Il engage une politique de réconciliation avec l’Est, l’Ostpolitik, en 1972 les deux Allemagne se reconnaissent et il n’est désormais plus la peine d’avoir un laisser-passer pour se rendre de Berlin Ouest à Berlin Est, le contraire étant encore impossible. Cette détente ne fait pas disparaître le mur, mais celui-ci est devenu franchissable. Willy Brandit est un acteur essentiel dans la Guerre Froide, il reçoit en 1971 le prix Nobel de la paix.

Dès le milieu des années 1980, la situation diplomatique évolue avec l’arrivée au pouvoir en URSS de Gorbatchev, qui lui aussi désire une amélioration des relations avec les États-Unis. Il entame des réformes pour transformer le système politique soviétique « Perestroïka ». D’autre part, les difficultés internes du bloc soviétique avec les nombreuses crises et les demandes d’indépendances ainsi que la pressions populaires de part et d’autre de la frontière berlinoise, surtout à l’Est, vont faire évoluer la situation de Berlin. En effet en octobre 1989, des manifestations de la population ont lieu en RDA, ces manifestations font entrainer la destitution du dirigeant Est communiste Erich Honecker. En pleine nuit la population berlinoise se dirige vers le mur dans le but de le franchir. Les gardes de frontières étant débordés les laisse passer et Gorbatchev ne veut pas intervenir pas. C’est la chute du mur de Berlin. Le mur « tombe » pacifiquement, c’est le d but d’une nouvelle Allemagne réunifié. La chute brusque du Mur de Berlin en novembre 1989 est souvent citée comme symbole de la fin de la guerre froide, juste avant la réunification des deux Berlin en 1990.

En effet en 1990, les deux Allemagne se retrouve et se réunifient, après près de 50 années de tensions, l’Allemagne retrouve enfin son unité. Le chancelier de la RFA organise rapidement la réunification du pays. C’est le symbole de l’affaiblissement de l’URSS. De ce fait, deux ans après la chute du mur de Berlin, l’effondrement de l’URSS a lieu, c’est la disparition totale de ce régime politique totalitaire soviétique. Un an après la chute du mur de Berlin qui est souvent utilisé comme repère de la fin de la guerre froide, l’Allemagne est réunifié et Berlin redevient se capitale.

Cette guerre s’est étalée sur près de 45 ans, de la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945 à la disparition de l’Union soviétique en 1991. L’affrontement indirect des deux blocs eut pour conséquence la séparation de l’Allemagne en RFA et RDA, et aboutit même à une séparation physique avec le mur de Berlin. C’est pourquoi Berlin est devenu un symbole de la Guerre Froide et de la bipolarisation non seulement de l’Europe, mais d’une manière beaucoup plus large, du monde au XXème siècle. Etant au centre des hautes tensions entre les deux superpuissances, Berlin a été non seulement un enjeu majeur géopolitique, mais principalement, un lieu symbolique de la Guerre Froide. Berlin est un tel symbole de la Guerre Froide que l’on considère la chute du mur qui la séparait comme la fin de cette guerre. Enfin, nous remarquer que deux ans après la chute du mur, en 1991, l’effondrement de l’URSS a lieu, marquant ainsi la fin de la Guerre Froide et la fin du régime totalitaire soviétique. Tout de même, nous devons également considérer la grande puissance qu’est les Etat Unis. La Guerre Froide a bien montré la supériorité des Américains et de leur grande puissance qui en 1991, est vu comme la superpuissance d’un monde unipolaire, cette image de superpuissance est longtemps restée dans l’esprit des populations. En ouverture nous pouvons étudier la série Allemande Deutschland 83, qui traite du sujet de la guerre froide, sous tout ces aspects. En effet le jeune héros de la série est un espion de la RDA infiltré en RFA. Ce jeune homme ce rend compte de toute les manipulations de l’URSS afin de modeler la population selon une idéologie dans le but qu’elle ai peur de la RFA, mais aussi il se rend compte que les données qu’il donne à l’Est sont modifiée

...

Télécharger :   txt (13.5 Kb)   pdf (56.6 Kb)   docx (15.4 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club