Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Corpus de textes: Agamemnon d'Eschyle, Médée de Corneille et Incendies de Wajdi Mouawad

Par   •  29 Septembre 2018  •  798 Mots (4 Pages)  •  289 Vues

Page 1 sur 4

...

Cette scène crée un paradoxe, effectivement, Nihad tue des gens, mais paraît joyeux, il sait ce qu’il fait, mais ça ne l’impact pas, au contraire, il prend du plaisir. Après avoir traîné un homme qu’il a lui même blessé, et après avoir appris que ce dernier était photographe de guerre, Nihad montre des clichés qu’il a pris lui même. Après lui avoir supplié de lui laisser la vie sauve, l’homme blessé répond que ce sont de belles photos. Nihad rétorque alors « Non ! Ce n’est pas beau. La plupart du temps on pense que ce sont des gens qui dorment. Mais non. Ils sont morts. C’est moi qui les ai tués ! Je vous jure. ». On comprend alors que Nihad immortalise chaque meurtre avec une photographie, ce qui signifie qu’il en est fier et veut garder une trace de chaque assassinat qu’il a commis. Il produit alors la même chose avec sa victime qui se tient face à ses pieds. Reliant le déclencheur souple à la gâchette de son fusil, il tire, pour ajouter une nouvelle pièce à sa collection. C’est pour cela que cette scène est différente des deux dernières, Nihad contrairement à Clytemnestre et Médée, n’avait aucune raison de tuer cet homme, ce n’était pas de l’ordre de la vengeance, juste pour son plaisir personnel.

Dans deux de ces textes, les personnages justifient leurs crimes grâce à la vengeance, Médée et Clytemnestre. Mais dans le dernier, Nihad ne justifie pas ses crimes, il est juste emporté par son désir de violence.

...

Télécharger :   txt (4.8 Kb)   pdf (42.6 Kb)   docx (11.8 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club