Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Baudelaire le thyrse

Par   •  13 Août 2017  •  1 142 Mots (5 Pages)  •  834 Vues

Page 1 sur 5

...

. Enfin, toutes ces métaphores nous donnent une définition du poème en prose avec un mariage entre le travail de la langue (représenté par fleurs, sinuosité) et les thématiques (bâton)

- métaphore autour de l’alcool : Baudelaire associe l’alcool à la poésie ; champs lexical de l’alcool (le houblon et les vignes) + référence à Gambrinus de Charles Deulin.

II – Le Thyrse, symbole de la poésie en prose

A/ De la musique de Liszt …

. Dans le recueil il y a 5 dédicaces (Houssaye, Edouard Manet, Mademoiselle B, Joseph Stevens) et toutes ironiques sauf celle de Liszt → veut montrer son admiration pour ce musicien et rapproche sa poésie avec sa musique → S’adresse à Liszt lui-même « vôtre » et témoigne de son génie

- ELOGE « maitre puissant et vénéré », « votre volonté », « invincible Bacchus »

- Allégorie de la « beauté » insinue que Liszt à créer la beauté par son travail

. Baudelaire s’identifie à Liszt : montre que l’artiste est l’intermédiaire entre les Dieux et les Hommes

. « caprice » veut montrer la liberté des artistes que ce soit Liszt ou Baudelaire lui-même

. 2e TIRET : Comparaison entre thyrse et musique « droite, ferme, inébranlable » ref adj. du début

B/ … à la poésie baudelairienne

. Poème antithétique avec la double opposition de l’objet choisi : Rigidité # Ondulation et Laideur # Beauté

- « ligne droite » représente bâton, c’est-à-dire les thématiques du recueil, « ligne courbe » représente fantaisie, c’est-à-dire le travail de la langue

- Répétition de « et » montre que le fond et la forme, le bâton et les fantaisies sont indivisibles, indissociables.

- Les oppositions s’associent : de la laideur, on crée de la beauté.

- Baudelaire donne la définition du poème en prose avec ces oppositions au début poème et fait référence aux personnes qui ont critiqué ses premiers poèmes (« mortels » versus « immortel » à la fin) : les critiques disparaissent alors que l’artiste par son œuvre est immortel.

. On retrouve les éléments typiques de la poésie en prose baudelairienne :

- SYNESTHESIE: association et mélange des sens :

- ouï → musique de Liszt (les pianos chantent)

- odorat : « senteur »

- vue : couleurs des fleurs

- L’art poétique : Question rhétorique : est-ce que la poésie en prose est poésie ? répond à cette question par ce poème avec les métaphores du bâton et des fantaisies autour de celui-ci → MISE EN ABIME (parle de poésie dans une poésie)

- Fin poème : Volupté et Angoisse ainsi que Délectation et Douleur sont associés dans la même phrase → rappelle SPLEEN ET IDEAL → Baudelaire parle de sa poésie qui est l’association de contraires. Le mot « poète » apparaît dans la dernière phrase, comme pour nous faire comprendre que ce poème était une mise en abîme.

CONCLUSION

Ainsi dans ce poème, Baudelaire associe volontairement les contraires : le laid et la beauté, la raideur et l’ondulation. Cependant « l’œil impartial » du poète rétablit l’équilibre entre ces opposés grâce à la poésie en prose. C’est tout l’art poétique de Baudelaire que d’extraire la beauté du mal, une œuvre qui, comme Le Joujou du Pauvre, révèle toute la modernité de son auteur.

...

Télécharger :   txt (6.9 Kb)   pdf (50.7 Kb)   docx (570.7 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club