Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

L’apologue est-il le genre le plus efficace pour dénoncer une injustice ?

Par   •  5 Mai 2018  •  2 717 Mots (11 Pages)  •  114 Vues

Page 1 sur 11

...

se sentent concernés par la morale.

Nous allons à présent voir que l’apologue n’est pas le seul genre efficace pour dénoncer une injustice. Nous allons tout d’abord étudier un autre genre, celui de l’essai. L’essai est un texte argumentatif dans lequel l’auteur exprime son point de vue personnel. L’essai est fondé sur la réalité et rejette la fiction, cependant il ne tend pas à l’exhaustivité : l’auteur donne un éclairage subjectif et partiel d’un sujet. L’essai peut donc être considéré plus sérieusement car il n’est pas fictif, il peut également paraître plus direct car on y trouve une argumentation directe.

Pour illustrer nos propos, nous allons étudier l’essai de Montaigne, « Qui est le véritable barbare ? » publié en 1595. Dans cet essai, l’auteur remet en question la société européenne du XVIème siècle en comparant ce système de valeurs avec celui des Indiens. Montaigne fait un raisonnement inductif : Tout d’abord il décrit les façons dont les Indiens combattent : ils se battent avec des arcs et des épées de bois, ils sont tous unis, ils se défendent contre les ennemis avec beaucoup de courage : « ce qui est déroutes et de l’effroi, ils ne savent pas ce que c’est. ». Montaigne compare ensuite les sorts qui sont réservés aux prisonniers, d’une part dans le camp des Indiens, et d’autre part dans le camp des Portugais. L’auteur nous fait constater que les pratiques portugaises sont bien plus barbares et violentes que celles des Indiens car elles sont cruelles, le prisonnier est torturé et subit d’atroces douleurs, alors que chez les Indiens le prisonnier est assommé et donc il ne souffre pas. De plus, les Indiens sont très avancés car ils mettent en place un véritable rituel codifié : ce sont donc des hommes civilisés et soudés entre eux. A cela, Montaigne intègre ensuite son propre discours : il utilise le registre satirique et polémique pour dénoncer nos pratiques européennes, il cite ce qu’il a vu de ses propres yeux et ce qu’il s’est passé dans l’Histoire. L’auteur remet en question notre société, et met en évidence que la barbarie est présente dans toutes les sociétés, voire davantage chez les sociétés dites « civilisés ». Montaigne renonce donc au cliché et nous fait réfléchir sur nous même avant que l’on se permette de juger les autres. Nous pouvons donc en conclure qu’à travers cet essai, Montaigne dénonce de façon claire, sérieuse et explicite, à l’aide d’arguments d’autorités et de faits réels, une injustice. L’essai est donc également un genre efficace pour dénoncer une injustice.

Le théâtre peut également être un genre efficace pour dénoncer une injustice car il est vivant et distrayant et il s’accompagne d’une mise en scène : un décor, des personnages, des costumes, ce qui permet au public de se replacer dans l’époque concernée et de voyager dans le temps. Le public se sent donc plus proche des personnages, la scène se passe sous ses yeux et les spectateurs ressentent l’histoire presque autant que les acteurs car ils sont pris par l’ambiance et les émotions des personnages. Le théâtre est accessible à tous et les jeux du langage, les mises en scène peuvent également rendre la pièce plus intéressante et divertissante qu’un roman ou un conte, par exemple. Dans la pièce de théâtre « Le Tartuffe, ou l’Imposteur» publié en 1669, Molière critique les faux dévots. C’est au travers d’un dialogue entre Elmire et Tartuffe qu’Elmire arrive à faire tomber le masque de Tartuffe, il lui avoue ses plans, son projet et lui révèle sa véritable identité : Molière critique la concupiscence de Tartuffe car il utilise la religion pour manipuler les gens, pour servir ses désirs, et il va contre la religion car il fait à Elmire des propositions d’adultère. Tout une mise en scène est exercée, le comique de situation fait rire les spectateurs, Molière joue également sur le comique de langage. C’est alors par le biais d’une argumentation indirecte, au travers d’une pièce de théâtre, que Molière dénonce des faits, dont ici les faux dévots. On peut donc en conclure que le théâtre est un genre très efficace pour dénoncer une injustice, car il associe la dénonciation avec des touches d’humour, de vivacité, d’émotions et de divertissement.

Nous allons évaluer un autre genre : la poésie. La poésie permet au lecteur de ressentir les émotions de l’auteur, on y trouve beaucoup de sensibilité, d’imagination et de musicalité. Chaque mot possède sa place et son importance, les vers sont courts et cependant ils transmettent beaucoup. La poésie est donc courte mais intense, elle est facile à lire et à retenir. Dans le poème « Mélancholia » tiré de « Les Contemplations » de 1856, c’est en dressant le portrait d’une jeune femme dans la rue, sans un sou, maigre, affamée, tenant un enfant dans ses bras, que Victor Hugo dénonce l’indifférence des hommes, leur manque de compassion ainsi que leur égoïsme. Les passants cruels se moquent d’elle et ne lui apporte aucune aide : « C’est toi ? Va t-en-, infâme ! ». Elle devient elle-même honteuse car elle parvient à vendre sa dignité « A son front, ce n’est plus la pudeur, c’est la honte. » Victor Hugo insiste également sur les intonations afin de marquer ses paroles et de dénoncer cette injustice, nous pouvons relever les expressions suivantes : « pauvre fille ! » « Seule ! » « A dix-sept ans ! ». L’auteur s’exprime personnellement, il argumente donc de façon directe. En quelques lignes seulement, il raconte une histoire captivante et émouvante à travers laquelle il dénonce une injustice. Tout en dénonçant des faits, la poésie garde sa touche de musicalité, d’émotions, de sentiments, c’est donc un genre puissant et efficace pour dénoncer une injustice.

Il existe enfin encore un autre genre pour dénoncer une injustice : le texte juridique. Dans un texte juridique, l’auteur défend ses idées de façon explicite, il n’a pas recours à la fiction, l’argumentation est directe. Dans son texte juridique intitulé « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » rédigé en 1791, Olympe de Gouges conteste avec force l’inégalité des sexes et la domination des hommes sur les femmes et exige la pleine assimilation légale, politique et sociale des femmes. Pour cela, Olympe de Gouges remet d’abord en cause le pouvoir des hommes en utilisant le registre polémique « Homme, es-tu capable d’être juste ? ». Elle dévalorise l’image masculine et dénonce son pouvoir injuste. Elle montre que la domination des hommes n’a aucun fondement, et elle défend l’idée que l’inégalité des sexes cause le malheur des nations, en effet elle déclare : « L’ignorance,

...

Télécharger :   txt (16.6 Kb)   pdf (57.1 Kb)   docx (16.2 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club