Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Comment l’évocation de situations difficiles, voire extrêmes, peut-elle amener le lecteur à une réflexion sur l’homme ?

Par   •  5 Décembre 2018  •  1 418 Mots (6 Pages)  •  104 Vues

Page 1 sur 6

...

Les pièces de théâtre, souvent les comédies et les farces ont également un aspect moral exprimé : « placere et docere » plaire et instruire. Les pièces de Molière, comme les fourberies de scapin ou L’école des femmes, offre cette morale. Dans ces pièces, des situations impossibles vont également avoir lieu, enlèvement, amour impossible, vol ou encore hypocrisie blasphématoire sont courants dans les comédies, mais sont tournées au ridicule, rendues comiques. Le monologue d’Harpagon lors du vol de sa cassette dans l’avare, ou la scène des coups de bâtons dans les fourberies de scapin tend toujours au sourire. De plus, le spectateur sait que ces situations difficiles, amoureuses ou réelles, se résolveront par miracle grâce au deus ex Machina, présent dans toutes les comédies et farces. Le spectateur va donc plus facilement rire de ces scènes impossibles, et s’alléger l’esprit de ses problèmes quotidiens, but principal de la doctrine placere.

Grâce à cet esprit plus clair, le spectateur peut saisir la morale de la pièce, et comprendre les critiques faites par le dramaturge : à nouveau, critique de la société, de la différence de statuts et du caractère humain, notamment l’avarie ou l’égoïsme est de mise. Docere, grâce à placere, va permettre au spectateur de réfléchir sur tous ces sujets abordés dans les différentes pièces.

Dans de nombreux écrits, ces situations vont directement découler sur une réflexion sur l’Homme et sa société. Elles ne seront pas outil d’environnement ou source d’une morale mais directement base d’un raisonnement exprimé par l’auteur lui-même. Ce cas est très employé dans les romans de science-fiction. De Descartes à Le Breton, les avis sur les robots et l’intelligence artificielle est très variée. Elle ouvre souvent sur les limites de l’homme : Si l’on crée une intelligence artificielle parfaite, qu’est ce qui les différenciera de l’homme. Dans son Discours de la méthode, Descartes classe la machine au même rang que l’animal, et compare l’homme à la machine de la même manière que D.ieu à l’homme. Asimov, dans ses romans du Cycle des robots, nous offre une vision différente. Il met en scène une enquête policière, un meurtre qui représente la situation difficile. Il va, tout au long de ses romans, mettre le doute au lecteur, tester les limites de l’humanité et de la robotique répondant aux 3 lois d’Asimov. Il va poursuivre son raisonnement à travers les 3 tomes du cycle, et le lecteur va accompagner son raisonnement, son expérience, et réfléchir à son tour sur la limite de l’Homme. On trouve une expérience similaire dans Blade Runner, un film de Ridley Scott où l’on tente de dissocier androïde d’humain.

Enfin, les contes philosophiques ont le même effet : le personnage principal, Candide ou Zadig dans les contes du même nom de voltaire, vont subir de nombreuses situations exceptionnelles qui pousseront au raisonnement sur l’homme. Candide sera condamné par l’inquisition pour être la cause d’un tremblement de terre, ce qui montrera l’illogisme des régimes fanatiques. Zadig recevra la visite d’un ange, qui lui montrera que le bien et le mal peuvent être mal interprétés, et qu’une action n’est jamais trop mauvaise ou trop bonne. Ces séries de petites histoires séparées en chapitres, avec à chaque histoire sa situation exceptionnelle, transmettent le raisonnement de Voltaire sur l’homme. Ce sont des contes dit philosophiques, et ont donc comme but premier de pousser à la réflexion humaine.

Ainsi, une situation difficile peut être représentée de plusieurs manières, qu’elle soit concrète comme la Peste dans le roman éponyme de Camus, ou plus philosophique comme le contexte du Procès de Kafka. Elle mène souvent à un raisonnement sur l’homme, soit grâce à une morale explicite, comme les fables de la fontaine, ou implicite, comme les comédies de Molière, ou en traduisant un raisonnement qui tire sa source de l’auteur lui-même comme, les robots d’Isaac Asimov ou les nombreux contes philosophiques de Voltaire.

Cependant, de nombreux ouvrages présentent des situations difficiles sans pour autant pousser le lecteur à une réflexion sur l’homme. C’est el cas des romans d’aventure, comme Robinson Crusoé de Daniel Defoe, ou des romans de fantasy comme Le seigneur des anneaux de J.R.R Tolkien.

...

Télécharger :   txt (9.1 Kb)   pdf (48.8 Kb)   docx (13.6 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club