Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Le suicide est-il un problème de société

Par   •  7 Novembre 2017  •  1 572 Mots (7 Pages)  •  171 Vues

Page 1 sur 7

...

Les facteurs de risque sociaux ( document )renvoient souvent à une déficience dans l'intégration sociale*La survenu d'événements de vie stressants est également un facteur de risque suicidaire reconnu, Selon plusieurs études,80% des suicidés ont vécu un événement de vie marquant dans les 3 mois ayant précédé leur décès, Il s'agit habituellement d'événements à type de séparation récente ou de deuil, difficultés financières ou relationnelles :

2 a La prévention est-elle importante ?

DéfinitionLa prévention est l’ensemble des actions qui tendent à promouvoir à la santé individuelle et collective.

Les buts sont : -D’entretenir et développer son capital santé, - De faire prendre conscience aux gens l’importance de son capital santé.

Le phénomène suicidaire est le reflet d'une interaction entre des facteurs sociaux et des facteurs personnels. Seule une connaissance précise de tous ces facteurs permet une bonne prévention des suicides, et surtout des récidives. On parlera alors dans ce cas de "postvention", qui est la prise en charge des suicidants récidivistes.

Les niveaux d'action

Quatre niveaux d'action en prévention du suicide:

1. La promotion - 2. La prévention- 3. L'intervention - 4. La postvention.

1. elle vise ici à agir sur les habiletés et les conditions de vie universitaire favorisant le développement personnel et social des étudiantes et des étudiants

Bref, elle a pour objectif d'améliorer la qualité de vie des gens.

2. Elle agit à ce niveau dans le but de prévenir l'apparition de crises suicidaires. Ainsi, elle désire amener les gens à devenir des sentinelles qui reconnaîtront les personnes souffrantes et leur offriront de l'aide.

3. Elle forme des gens à devenir des pairs aidants qui prendront des initiatives axées sur une plus grande prise en charge de la crise suicidaire et sur un soutien plus important des personnes à risque.

4. Elle vise à ce niveau à intervenir auprès de l'entourage suite à un décès par suicide. Elle a comme objectif de donner l'occasion aux gens touchés par le suicide d'un des leurs de parler de la mort et de son impact à court terme.

2 b A travers le monde.

Tous les pays touchés

Les taux les plus élevés (au-dessus de 30 pour 100 000) se trouvent dans des pays de la région balte, qui représentent plus que le double du taux moyen mondial de 16 suicides pour 100 000.

Il faut noter aussi que les taux les plus élevés des régions d'Afrique, des Amériques, de l'Asie du Sud-est et du Pacifique occidental se trouvent dans les pays insulaires, respectivement à l'Ile Maurice, à Cuba, au Sri Lanka et au Japon.

. Si l'on considère les chiffres absolus, il est cependant frappant de constater qu'un quart de tous les suicides du monde se produisent dans deux pays seulement : la Chine et l'Inde, ce qui reflète la taille de leurs populations respectives. La Chine compte à elle seule 20 % des suicides mondiaux.

Au moins un million de personnes se suicident chaque année dans le monde, soit un mort toutes les 40 secondes, Des chiffres confirmés par OMS (l'Organisation mondiale de Santé )

Le suicide représente la 10e cause de mortalité (1,5% des décès) à travers le monde. La Chine totalise à elle seule plus de 30% des cas.

En Europe, les taux de suicide sont généralement plus élevés dans les pays du nord,

Par contraste, selon l'OMS, les taux de suicide les moins élevés se trouvent en Europe méditerranéenne .

Dans les pays développés, le suicide tue deux à quatre fois plus d'hommes que de femmes, et l'écart semble augmenter au fil des années. En revanche, en Chine, davantage de femmes que d'hommes décident de passer à l'acte.

REMARQUE

Dans la plupart des pays, les personnes âgées sont les plus concernées, même si depuis une cinquantaine d'années la proportion s'accroît chez les jeunes.

Le taux de suicide connaît un pic au printemps, notamment chez les hommes. Les personnes nées au printemps ou au début de l'été, particulièrement les femmes, ont un risque accru de suicide.

Conclusion

En conclusion, le suicide est l'aboutissement inévitable d'un mal d'être, du désespoir de l'âme, qui est devenue un véritable problème de la société dit ‘’ développé. C'est pourquoi il faut en parler, car le suicide, ce geste complexe et individuel, n'a pas nécessairement de profil dépistable puisque, comme nous avons pu le constater, c'est l'accumulation de plusieurs facteurs de la vie courante. C'est un élément déclencheur qui amène la personne à choisir d'en finir.

Les signes avant-coureurs sont différents d'une personne à l'autre. Ils font que le suicide soit encore aujourd'hui un questionnement complexe pour chacun de nous.

...

Télécharger :   txt (10 Kb)   pdf (85.4 Kb)   docx (14.1 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club