Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

L'impact des nouvelles technologies dans la culture.

Par   •  27 Mai 2018  •  2 133 Mots (9 Pages)  •  226 Vues

Page 1 sur 9

...

- Les aspects négatifs

- Les aspects négatifs sur le cinéma

Selon une étude du cabinet de consultants Tera, présentée mercredi 17 mars à Bruxelles, le téléchargement illégal de films, séries télévisées, musique et logiciels aurait déjà coûté 10 milliards d'euros de recettes et plus de 185 000 emplois, en 2010

Ces pertes sont à mettre en rapport avec le chiffre d'affaires du secteur, estimé en 2010 à 860 milliards d'euros, soit 6,9 % du PIB de l'Union européenne, et 14 millions d'emplois.

« L'empreinte » économique en France de la copie illégale peut être estimée à une perte de 10 000 emplois » (directs et indirects)

Cinéma : manque à gagner de 605 millions d'euros

- Les aspects négatifs sur la musique

L’industrie phonographique connaît une crise depuis 2000, due, selon les représentations représentatives de l’industrie, aux internautes qui partagent des copies privées au travers de réseaux.

Elle doit lutter contre les échanges massifs de fichiers musicaux sur les réseaux peer-to-peer :

Le refus des maisons de disques à s’adapter aux nouvelles technologies à l’apparition de ces dernières qui ont permit le développement de logiciels tels que Emule, Napster ou encore Kazaa qui favorisent le partage de fichiers musicaux sur internet et donc entraine la chute des ventes.

Les majors et l'industrie du disque en général sont passés à côté de l'apparition de nouveaux outils comme les logiciels de peer-to-peer.

Elle peine aussi à s’adapter à des évolutions majeures du support musical (fin de vie du CD, apparition du MP3). Aujourd’hui, ce n’est plus le contenu qui prime, mais bien le contenant. Et les entreprises qui maîtrisent ces nouvelles technologies possèdent un avantage de taille face à ses concurrents.

Les maisons de disques n’étaient également pas préparées à l'arrivée de nouveaux acteurs sur le marché, tels que Apple, MySpace ou Youtube, qui nous sont familières pour leur implication dans la musique, ces sociétés attirent aujourd'hui les foules grâce à l'argument musical et génèrent ainsi des revenus. Pendant ce temps-là, les ventes physiques de disques décroissent de plus en plus ...

Le développement de ces plateformes se fait en parallèle à celui du haut débit et c'est la démocratisation de ce dernier qui a favorisé la demande de musique sur la toile

- Les aspects positifs

- Les aspects positifs sur le cinéma

Si les effets du piratage semblent avérés, les nouvelles technologies apportent majoritairement un formidable apport pour l’industrie cinématographique :

En effet depuis 2012, les revenus battent des records, ils augmentent en moyenne de 10,4 milliards par ans.

Si Internet permet de transmettre les œuvres cinématographiques gratuitement entre internautes, il rassemble également une incroyable communauté de cinéphiles qui poussent par des sites spécialisés ou les réseaux sociaux la population à préférer aller voir un film en salle plutôt que chez soi.

Le développement des services à la demande à la TV ont permis au cinéma de s’installer directement chez les consommateurs.

On peut maintenant acheter un film d’un mouvement du doigt (téléphone, tablette, PC)

Selon un grand nombre de réalisateurs, la diffusion accrue des films sur les plateformes illégales permet d’accentuer le bouche à oreille, de faire découvrir de nouveaux films peu mis sur le devant de la scène et en regardant encore plus loin de permettre à des populations de pays interdisant certaines œuvres de 7ème art de leur donner une idée autre que celle qu’on leur impose.

- Les aspects positifs sur la musique

Les industries musicales se mettent donc eux aussi à innover, et on peut encore une fois classer cette innovation en deux parties distinctes :

- La première partie est la recherche de nouveaux talents, et la seconde, une nouvelle façon de promouvoir les œuvres auprès du grand public, en leur fournissant les méta-informations nécessaires pour que les consommateurs potentiels entendent parler des œuvres et puissent se faire une idée de leur qualité.

- Le producteur peut également essayer d’agir sur les goûts des consommateurs en leur proposant de nouveaux produits.

L’industrie musicale peut choisir de plus investir sur la première ou la deuxième phase.

Les nouvelles technologies ont aussi permit le développement de nouvelles sortes de promotions pour faire connaître ces artiste, et offert des possibilités d’action sur les goûts des gens en leur proposant de nouvelles choses.

Les différents aspects de la numérisation :

- Diminue les coûts de production mais elle ne joue pas nécessairement de rôle au niveau de la distribution : celle-ci peut se faire toujours à partir de la diffusion classique d’un support physique (protégé ou non contre la copie).

- La distribution peut se faire sur les réseaux sous forme de fichiers numériques protégés efficacement (techniquement et juridiquement).

- La distribution peut se faire enfin sous forme de fichiers non protégés ; la valeur vient alors de la mise en forme de la méta-information et de l’aide à l’acculturation des consommateurs.

L’évolution des technologies a permis à la musique d’être partagée, de plusieurs différentes nouvelles manières, mais également sous de toutes nouvelles formes. En effet, auparavant, tout ce qu’on pouvait se permettre d’avoir comme musique étaient des vinyles, ou autres Cds. Aujourd’hui, et

grâce aux technologies, nous pouvons nous balader avec des milliers de musiques dans notre téléphone ou baladeur, grâce à la numérisation de l’industrie de la musique, qui permet d’avoir une musique sous forme de fichier.

En revanche, si la baisse des ventes de disques est indéniable, on n’observe pas de baisse de l’intérêt des consommateurs pour la musique

...

Télécharger :   txt (14.4 Kb)   pdf (61.9 Kb)   docx (19.8 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club