Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Les conditions favorables à la vie sur une exoplanète.

Par   •  16 Novembre 2017  •  1 665 Mots (7 Pages)  •  240 Vues

Page 1 sur 7

...

la planète

La quatrième condition touche la composition de la planète. Certains éléments tels que l’eau, l’oxygène, le carbone et le fer sont nécessaires à l’apparition de la vie. Cette dernière, sur notre planète, est basée sur la chimie du carbone, dont les réactions ont lieu dans l’eau, un solvant. Celui-ci ainsi que le carbone étaient prédestinés à avoir une importance capitale dans l’apparition du vivant étant donné leurs propriétés remarquables. C’est autour de longues chaînes d’atomes de carbone que toutes les molécules qui agissent sur la composition de matière vivante sont architecturées, que ce soient les lipides, les sucres, les protéines ou les acides nucléiques.

Le carbone est un bon compromis car il a la capacité de développer des liaisons solides avec quatre éléments (au maximum) et ces liaisons sont assez lâches pour rendre possible un grand nombre de réactions chimiques dans des conditions compatibles avec la vie. Cependant, si le carbone ne pouvait pas former plusieurs liaisons, ou si celles-ci étaient trop fragiles, le carbone n’aurait malheureusement pas pu être utile à l’assemblage des briques du vivant. D’un autre coté, si les réunions d’atomes de carbone étaient impossibles à briser à des températures et des pressions douces, à portée de la vie, il n’existerait aucune cellule car aucune réaction chimique ne serait possible.

Le solvant, l’eau, a aussi (malgré son apparente simplicité) des propriétés physiques fantastiques. La molécule d’eau a une particularité : elle est polaire. Elle possède un pôle négatif et un pôle positif, comme un aimant. Polarisée, l’eau peut réagir avec divers composés. C’est de cette polarité que l’eau tient sa facilité à dissoudre des molécules polaires ou ioniques, comme le sel de cuisine. L’eau peut aussi créer des liaisons hydrogènes résultantes de l’union d’un atome d’hydrogène et d’un autre atome tel que l’oxygène voire l’azote. L’eau tient une grande partie de ses propriétés étonnantes du fait que ses molécules soient liées les unes avec les autres par de nombreuses liaisons hydrogène. De par son intervention directe dans un grand nombre de réactions chimiques, qu’elles soient destructions ou destructions, et grâce à sa capacité à dissoudre puis transporter de nombreux composés, l’eau est si indispensable à la vie que les biologistes ne peuvent pas imaginer son absence.

Cependant, il n’est pas inimaginable que la vie puisse se développer à partir d’autres éléments chimiques, tels que le méthane ou le silicium. Ce dernier a des propriétés qui ressemblent à celles du carbone. Classé juste en dessous de celui-ci dans la classification périodique des éléments de Mendeleïev, le silicium peut aussi former quatre liaisons avec d’autres atomes. Cependant, les liaisons crées par le silicium requièrent bien trop d’énergie pour rompre et permettre des réactions chimiques indispensables à la vie, car ces liaisons sont trop solides. «Si des êtres de silicium pourraient bien ne jamais exister ailleurs que dans l’imagination de l’homme, cet élément est peut-être pourtant bel et bien destiné à supplanter un jour le carbone ... sur Terre !»2 Cette hypothèse, aussi folle qu’elle puisse paraître, a notamment servi de prétexte a certaines œuvres de science-fiction. Car jusqu’à preuve du contraire, les êtres basés sur le silicium n’existent que dans les films hollywoodiens.

La composition de la planète ne se limite pas à ce que l’on trouve à sa surface, car la composition interne dont fait partie le noyau détermine la présence d’une magnétosphère. Cette dernière a pour effet de protéger la planète des rayonnements dangereux venant du soleil et de l’espace. Sur la Terre, cette magnétosphère est générée par les déplacements du fer en fusion se situant au cœur de la planète.

En outre, toutes ces conditions forment un équilibre qui a besoin de chacune d’entre elles pour espérer voir apparaître la vie. Toutefois cet équilibre peut totalement basculer si une caractéristique de la planète n’entre pas dans la petite marge laissée entre le trop chaud et le trop froid, le trop massif et le trop léger etc...

-Par G. Lalanne

...

Télécharger :   txt (10.6 Kb)   pdf (84.8 Kb)   docx (12.8 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club