Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Croissance des emplois

Par   •  9 Novembre 2018  •  895 Mots (4 Pages)  •  3 Vues

Page 1 sur 4

...

- La corrélation emplois croissance connait des limites

- La structure économique induit du chômage

Il existe un taux de chômage structurel : les travailleurs disponibles sur le marché du travail n’ont pas les qualification requises (= formation inadaptée) par la demande des entreprises. Ils ne seront donc pas embauchés, il y aura du chômage même si les entreprises souhaitent embaucher. Le taux de chômage structurel peut être vu comme un taux de chômage minimum : on ne pourra jamais descendre en dessous (Macron l’estime à environ 7%). La croissance n’a aucun impact sur ce type de chômage.

- Macron veut réformer l’apprentissage et la formation pour répondre à ce problème de profils non adaptés.

En raison du droit du travail trop rigide, on assiste à un phénomène de croissance intensive : hausse efficacité des facteurs, hausse de la production mais pas d’embauche, le chômage stagne même si la production augmente. Les entreprises ont peur d’embaucher durant une période d’amélioration car elles auront trop de difficultés à licencier le travailleur supplémentaire en cas de période économique plus difficile.

B. Le progrès technique augmente la productivité mais détruit des emplois

Le progrès technique permet aux entreprises d’augmenter leur production : les machines ont une meilleure productivité, elles peuvent travailler en permanence. Solow affirme que les facteurs travails et capital sont substituables : dans un calcul coût/avantage, les entreprises préfèrent donc investir dans une machine innovante et performante plutôt que dans un travailleur, qui lui coûtera plus cher et sera souvent moins efficace. => automatisation des usines qui pénalise les travailleurs les moins qualifiés. (cf. théorie de Benoit Hamon, taxe sur les machines pour rééquilibrer le coût relatif du travail).

De plus, comme le montre la théorie des rendements décroissants de Ricardo, de l’accumulation de travailleurs sur une machine finit par résulter une baisse de la productivité, ce qui pourrait expliquer un niveau d’embauche faible.

...

Télécharger :   txt (6 Kb)   pdf (120.9 Kb)   docx (571.1 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club