Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Coprus sur l'argumentation

Par   •  8 Février 2018  •  1 057 Mots (5 Pages)  •  149 Vues

Page 1 sur 5

...

Nous avons vu que dans les textes 1,3 et 4, l’argumentation est directe. En revanche dans le texte 2, elle est indirecte. Dans cet extrait là, Rabelais nous présente une critique ironique sur l’éducation sophiste. Cette éducation humaniste semble être bonne puisque la journée est chargée : Gargantua se réveille à « huit et neuf heures » (l.3). Ensuite, il fait sa toilette (l.12), mange beaucoup « il déjeune de belles tripes frites…..tranches de pain matinales » (l.13, 14 et 15), fait des exercices « sans avoir pris d’abord un peu d’exercices » (l.19) et finalement il étudie (l.34). Cette succession d’action est présentée sans aucune transition, comme si Gargantua effectuait ces différentes occupations sans réfléchir. De plus la dernière ligne du chapitre 21, qui marque la conclusion de cette éducation, souligne: « Puis il étudiait une méchante heure » (l.34). L’adjectif qualificatif « méchante » explicite l’état d’esprit de Gargantua face à cette étude, et tout le résultat de cette éducation tend à étudier une demi-heure par jour (l.34). Les métaphores « les yeux posés sur le livre » (l.34) et « l’esprit à la cuisine » (l.35) mettent en évidence, de façon ironique, que Gargantua ne retire rien de ses études. Donc Rabelais se sert de l’argumentation indirecte pour porter un jugement négatif implicite sur cette éducation.

Dans les textes 1, 3 et 4, les auteurs procèdent à une argumentation directe pour nous présenter leurs choix concernant l’éducation de l’enfant tant que Rousseau dans le texte 2 utilise une argumentation indirecte.

...

Télécharger :   txt (6.6 Kb)   pdf (46 Kb)   docx (12.6 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club