Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Femmes, genre, féminisme

Par   •  29 Mars 2018  •  1 472 Mots (6 Pages)  •  107 Vues

Page 1 sur 6

...

RÉSUMÉ

Elsa Dorlin, utilise dans un premier lieu le concept de performativité du genre à l’imitation coloniale. Elle commence en parlant du concept de performativité du genre de Judith Butler. Elle explique que Butler développe le concept de formativité du genre pour penser la matérialité du genre comme construction sociale. Elle utilise la théorie de Butler pour la question du racisme. Dans un deuxième temps, elle s’inspire de Frantz Fanon qui développe le concept d’imitation coloniale. Ce qu’elle trouve intéresse sur le problématique de la performativité à la question du racisme et de la postcolonie. Elle définit donc l’imitation coloniale comme étant « l’une des stratégies les plus difficilement saisissables, mais aussi les plus efficaces du pouvoir et du savoir colonial ». Elle dit que l’imitation vise a enfermer le colonisé dans des identités et des stéréotypes que le colonisé ce sens obliger de faire pour avoir de la reconnaissance. Elle explique la source même du racisme en utilise le fondement des colonies et le rapport qui avais à l’époque entre les blancs et les noirs. C’est-à-dire l’imitation du blanc qui est « l’homme » par les colonisés. Ce processus tente à tenir à l’écart les dominer du monde des dominants et surtout les contrôler, car il sont trop occuper a imité qu’ils ne pensent pas à trouver un moyen de résistance. Le blanc projet une image de ce que les noirs devraient être et donc, vu que ceux-ci le dit elle devient une réalité de ou viens la théorie de performativité de Judith Butler. Pourtant, les noirs portent seulement un masque blanc de la perception du blanc sur les noirs.

Dans un deuxième temps, Elsa Dorlin fait un regroupement de pensée sur les liens qu’il y a entre les analyses de Butler et celles de Fanon et de Bhabha sur le rapport coloniale. Elle décide de trouver la logique commune sur le biais d’exemple historique. Le premier exemple est celui de la période d’esclavage aux États-Unis. Elle utilise l’exemple de la femme noire castratrice comme exemple de principe colonial. Elle explique la théorie de la femme noire et le regard blanc sur le mythe du matriarcat.

CRITIQUE

Je trouve que Elsa Drolin a bien défini le lien entre c’est idée pour pouvoir donner des exemples conquérait entre les différents éléments du texte et sa théorie sur le racisme. Son analogie sur la performativité de Judith Butler et le rapprochement qu’elle a fait sur le colonialisme est très bien structurée. Elle trouve le moyen d’explique le racisme en utilise des exemples qui nous porte a pensé sur de réalité sociale présente dans notre société actuelle. Cependant, je trouve que pour expliqué son rapprochement entre la performativité, le colonialisme aurait pu être munie de plusieurs exemples pour que sa thèse ce tienne mieux au niveau des idées et d’argument. Je trouve quelle a seulement fait le rapprochement avec la couleur de la peux et non avec de multiples caractéristiques identitaires que nous pouvons retrouver de racialiser.

CONCLUSION

Pour conclure, les deux textes comportaient certaines différence et ressemblance au niveau des idées. Pour ce qui est des différences, le premier texte parlait plus de féminisme colonial et le second texte utilisait les propos de féministe pour expliquer le racisme. Les deux textes portaient sur une sorte de racisme, mais avais des différences dans sa présentation un parlait du racisme au niveau des mouvements féminisme et l’autre en générale dans les rapports blancs, noir. Les deux textes utilisaient le colonialisme et c’est répercussion pour explique leur théorie ce qui même a créé des liens entre les différents textes et les courent de panser. Les deux textes ont su utiliser la théorie du postcolonialisme à leur façon tout en réunissant les deux théories par le racisme. En générale je pourrais dire qu’il y’a plus de ressemblance que de différence, car même s’ils ont deux visions différentes de la question il reste qu’il utilise la même théorie pour l’expliquer.

BLIBLIOGRAPHIE

BACHETTA, Paula (2006). « Quand les mouvements lesbiens à Delhi questionnent les théories féministes transnationales », (Ré)articulation des rapports sociaux de sexe, classe et « race ». Mémoires du séminaire du CEDREF 2005-2006 : 173- 204.

DROLIN, Elsa (2010). Performe ton genre: Performe ta race!» Repenser l’articulation entre sexisme et racisme à l’ère de la postcolonie : recueille de texte ( FEM1500)

MAILLÉ, Chantale (2007). Réception de la théorie postcoloniale dans le féminisme québécois : recueille de texte ( FEM1500)

...

Télécharger :   txt (9.6 Kb)   pdf (51.1 Kb)   docx (14.4 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club