Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Décret de TRUMP : Immigration

Par   •  6 Octobre 2018  •  2 070 Mots (9 Pages)  •  57 Vues

Page 1 sur 9

...

le gouvernement Trump et ses partisans ne voient pas ce décret comme une erreur. Néanmoins, beaucoup d’opposants américains ne sont pas en accord avec les discours individualistes de Trump, ce qui les pousse à protester en implorant le principe américain : « liberty and justice for all ». La société américaine est, en outre, et selon Hofstede, une société masculine (62). Il s’agit alors de comprendre que le plus important pour un américain n’est pas d’être prospère en soi mais d’être capable de montrer son succès aux autres. Aucun américain n’a envie d’être entaché par quiconque que ce soit au travail, à l’école ou dans sa vie privée (le décret contre l’immigration de certains peuples peut alors être compris autrement). En ce qui concerne le contrôle de l’incertitude, il est faible. Cela implique que les américains sont pour la liberté d’expression et sont contre un trop plein de règle. Le décret ne va donc pas à l’encontre de cette ferveur à la liberté d’opinion. En ce qui concerne son orientation à long terme et son indulgence, nous pouvons constater que la société américaine est encline à analyser de nouvelles informations pour vérifier si celles-ci sont vraies. Cela est renforcé par le fait que de nombreux américains ont des idées très fortes sur ce qui est «bon» et/ou «mal». C’est aussi pour cette raison que de nombreux américains sont pour la mise en place du décret et d’autres totalement contre.

D’après Trompenaars, la société américaine est universaliste c’est à dire qu’il existe pour eux, des solutions pouvant être appliquées partout et même si les conditions sont particulières : la loi est d’ordre. Le décret peut être vu comme une norme obligatoire pour résoudre un problème. De plus, nous somme ici dans une société affective où les américains n’ont pas peur d’exposer leurs états d’âme, d’où les manifestations pour et contre, les nombreuses plaintes ou injonctions ou encore les discours du gouvernement par rapport au décret. La culture américaine est spécifique, c’est à dire que les américains ont tendance à compartimenter leur vie et leur implication dans la différente sphère peut varier. Dans notre cas, l’implication est forte. Le statut au Etats-Unis est fort : c’est lui qui identifie une personne et apporte le respect. Ainsi des migrants n’ont pas le même statut qu’un américain « parvenu ». Enfin, le contrôle est interne au Etats-Unis : ils pensent qu’ils ont un contrôle sur leur vie et sur la nature : qu’il sont les maitres de leur destinée. Ainsi la mise en place de ce genre de décret peut être vue comme une manière de contrôler leur sécurité.

D’après Iribarne, nous sommes dans une logique de contrat. En effet, les américains sont considérés comme une société où la liberté d’agir librement en engageant sa responsabilité personnelle est importante. Ils agissent selon leur vision. Cela converge aussi avec leur dynamique culturelle basée sur la liberté et l’égalité où les mots d’ordre sont individualisme, liberté ou encore démocratie. Ce décret va dans le sens de la société. Le président, élu par cette société, l’a mis en place selon sa vision et en se basant sur une volonté de protection de son peuple.

La gestion de la diversité culturelle est une théorie que l’on doit aborder lorsque que l’on parle du décret anti-immigration de Trump. Cette gestion consiste en la prise en compte de la diversité en terme d’âge, de religion, de culture, d’ethnie ou encore d’origine. Parfois les interactions interculturelles sont considérées comme des sources importantes de tensions ou encore de malentendus, c’est ce qui amène certains chefs d’Etat, comme Donald Tump ici, à mettre en place ce genre d’interdiction. Certains américains, ceux en faveur de ce décret, sont alors dans une logique d’assimilation de la diversité cultuelle en voulant supprimer ces différences, ce qui amène des frustrations chez la minorité. Ils font une vraie différence entre un migrant venu aux États-Unis pour des raisons d’asile politique ou de guerre de religion et ceux de pays plus calmes venu tenter leurs chances. La société américaine est alors interculturelle et non multiculturelle. Les minorités ethniques existent et ne jouissent pas d’une vision d’ensemble. Les Etats-Unis, sont en train de passer de notion de « melting pot » à « salad pot » : « Il y a différents « ingrédients » qui se mélangent mais restent distincts avec des saveurs différentes » : Cela apporte notamment à la vie américaine une variété parfois bien vue et d’autres fois mal vue. Cette vision dépend souvent des opinions personnelles déjà ancrées. En effet le discours sur la différence culturelle prononcé par Obama n’est pas du tout le même que celui de Trump. Ce décret provient du Président des Etats-Unis : ses opinions en terme d’immigration sont bien connues de tous et donc ce décret n’est que la mise en action de ses idées. Ainsi la gestion de la diversité vient d’une approche résistante et d’une stratégie réactive : Trump voit certaines différences comme une menace ou parfois même comme un danger. Son but étant de maintenir son statut quo et de garder une homogénéité américaine comme il l’entend. Ce décret est alors une aubaine pour lui, lui permettant d’écarter la possibilité d’une « menace terroriste ».

Ainsi, pour conclure, je dirais que ce décret a créé une polémique mondiale. Une opposition vive est présente entre les individus voulant à tout prix protéger leur pays en oubliant les droits que possèdent tous les individus sans considération d’une religion ou d’une culture et les personnes prônant les droits fondamentaux des hommes ainsi que leur liberté, leur égalité et leur justice. Il est vrai que je considère l’acceptation de migrants venant de pays en guerre, comme la Syrie ou de pays dangereux où les chances d’amélioration d’une vie sont minimes, comme la plupart des pays bannis, comme importante. Certains on eu la chance de naitre dans une société libre, prospère et encline à la réussite personnelle, d’autres non. Les priver de cette chance, arrivé par le hasard d’une naissance n’est pas juste. C’est ainsi que je considère qu’aujourd’hui les pays comme les Etats-Unis, le Canada, la France, l’Allemagne etc, doivent répondre présents pour les populations qui n’ont pas eu la chance que

...

Télécharger :   txt (13 Kb)   pdf (56.1 Kb)   docx (14.9 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club