Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Amour et politique, une conciliation possible ?

Par   •  11 Octobre 2017  •  2 424 Mots (10 Pages)  •  227 Vues

Page 1 sur 10

...

­ Ce conflit peut se répercuter sur l'éducation des enfants avec une valeur comme le partage comme identifie essentiellement à la gauche en opposition à la droite. Il est fréquent qu'une mère puisse déclarer une citation courte mais lourde de sens :

« Tu dis que tu es de gauche, mais tu lui apprends à ne pas prêter ses affaires ».

­ Il peut aussi avoir une divergence sur le degré d'intensité de pratique de politique. Si pour un membre du couple la politique ne s'accorde qu'à partager des valeurs communes à des partis et ainsi voter en sa faveur ; pour l'autre membre du couple la politique doit aller plus loin et ainsi atteindre le militantisme. Ceci peut bien évidemment engendrer des tensions dans le couple avec l'un qui se plaint de ne pas avoir été accompagner à un meeting par son autre conjoint. Des reproches peuvent fuser tel qu'insulter son conjoint d'hypocrite.

­ Troisième cas où des conflits au sein d'un couple partageant les mêmes opinions, c'est sur les déterminants de ce choix.

« Pour certains, les choix doivent reposer uniquement sur des critères comme les valeurs citoyennes, renvoyant aux compétences de tel ou tel candidat, par exemple. Pour d'autres, au contraire, les choix doivent s'appuyer sur des critères qui ne peuvent pas être défendus que dans la vie privée ».

II. Mais, les désaccords politiques n’entravent

pas les fondements de l’amour :

Si pour beaucoup l’hypothèse d’une mise en couple avec quelqu’un qui n’est pas du même bord politique que soi­même est dure à imaginer, les chiffres semblent dédramatiser la situation, en effet, seuls 3% des couples mettent fin à une relation amoureuse pour cette raison, et 4% des relations familiales ce terminent pour de tels désaccords. Globalement, une relation familiale à bien davantage de chance de se terminer en raison d’une dispute sur un partage d’héritage que pour des déssacords politiques.

A/ Le désaccord politique ne conduit pas nécessairement à la rupture et permet de faire l'expérience de la démocratie

Dans nos sociétés contemporaines, on assiste à une “dédramatisation du politique”, c’est à dire que les positions sont moins claires chez les individus. Anne Muxel écrit : “L es causes politiques sont moins tranchées, les ralliements moins entiers. Dans un passé encore récent, les disputes voyaient s’affronter de véritables cosmogonies érigées dans un ordre bipolaire et relevant de vraies religions séculières” comme l’illustre cette caricature d’une famille scindée en Dreyfusards et anti­Dreufusards.

Pour Anne Muxel, deux éléments caractérisent des relations connaissant le désaccord politique : la Philia (altérité) et l’Agapé (Séparation).

Ainsi, la Philia se caractérise par une relation tendue entre les individus qui ne cherchent par particulièrement à éviter le conflit mais qui vivent plutôt un conflit perpétuel qui se caractérise bien évidemment par des scènes de ménages au sein du couple. On obtient donc un consensus démocratique. “ La politique, c’est très exclusif ! Soit on est de droite, soit on est de gauche. Et je radicalise d’autant plus mon discours

que mon mari me sert un discours de droite. On a des discussions violentes, au point de monter sur nos grands chevaux”, globalement chaque partenaire tente de faire comprendre à son ou sa conjoint.e le message“J e t’aime, mais j’aimerais que tu sois d’accord avec moi” tout en tolérant parfaitement la persistance du désaccord.

L’Agapé, quant à elle se caractérise par l’intimité démocratique au sein du couple, elle permet tout de même de faire l'expérience de la vie démocratique puis qu’elle tolère ce “pluralisme politique”. Cependant, et ce contrairement à la Philia, les débats sont moins présent, “Le secret du vote” étant l’essence même de cette relation. Les individus tentent l’évitement du conflit puisque l’avis de l’autre leur importe somme toute peu étant donné qu’ils acceptent parfaitement les différences au sein du couple et ne souhaitent pas tenter un exercice de “vente” de leurs valeurs à l’autre pour essayer de le convaincre

. Une architecte se situant à la gauche de la gauche déclare vis­à­vis de sa mère : “ Cela me fait peur, car quand j’entends des propos qui me dérangent, je hausse le ton et fort. Je lui dis : “t’as pas honte !!! Mais je ne veux pas me fâcher avec elle” ou encore ce jeune militant UMP qui déclare sur sa mère de gauche : “ç a me pèse un peu. Quelquefois, du coup, j’évite les discussions. ça peut gâcher la relation mère­fils. Elle est déçue par moi. L’incompréhension m’agace. Quand on se dispute, j’ai l’impression qu’elle m’aime moins. ”

Ainsi, les désaccords politiques ne sont donc pas les poisons pour relation amoureuse parfois fantasmés par l’opinion publique, pour les dépasser, les acteurs du couple s’adaptent simplement aux situations à travers différentes stratégies.

B/ ... Le s acteurs doivent adopter certaines stratégies afin d'accepter leurs désaccords

­ L'amour avec des conjoints avec lequel on ne partage pas les mêmes opinions politiques est somme toute difficile puisque : il peut y avoir une forme d'étiquetage qui peut être mal supporté par l'autre conjoint. En effet, lorsqu'un un conjoint décide de s'engager dans un parti politique exemple le Front National ou encore EELV (Comme Anne Muxel les prend en exemple) la famille est automatiquement étiqueté comme telle et le conjoint ne peut que ce soumettre à cet étiquetage.

­ De plus, les clivages entrent conjoints peuvent rendre la vie difficile tant chaque geste peut être rendu significatif. L'analyse entre EELV et le FN est très pertinente, il faut rappeler que le FN a mené une campagne sur « les petits gestes qui font du bien ».

­ Un trop fort engagement politique conduit à une ambiance tendue sous le domicile puisque plus un des conjoints est engagé en politique moins il supporte le fait que l'autre conjoint réclame sa neutralité ... Apparition des phrases du type : « Je lui promet de voter comme il le veut, tant qu'il me lâche ». Dans la majorité de ces cas, les individus tendent à se soumettre à la volonté du conjoints (même si cela ne le satisfait pas), Anne Muxel distingue

...

Télécharger :   txt (15.4 Kb)   pdf (105.9 Kb)   docx (574.4 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club