Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Diversité et évolution du système positif

Par   •  8 Novembre 2018  •  3 985 Mots (16 Pages)  •  3 Vues

Page 1 sur 16

...

21 activités.) La NAF de niveau 1 est la moins détaillée et répertorie en 21 activités.

A. La diversité de la taille

Les unités de production sont extrêmement variées selon la taille. En fonction de trois critères :

1. L’effectif : Les TPE (très petites entreprises : moins de 10 salariés), les PME (moins de 500 salariés, 89% des entreprises).

2. Le chiffre d’affaire.

3. La valeur ajoutée : création de valeur.

A. La diversité des formes juridiques

Deux grandes familles d’entreprises, celles qui ont la forme de société, environ 40% des entreprises et le reste 60% qui ne sont pas des sociétés formées par un ou plusieurs associés mais ce sont des entreprises individuelles.

A. La diversité selon l’origine du capital

Le capital, c’est l’argent qui a été apporté à la création de la société. Il peut être d’origine privé ou public. Entreprise publique : entreprise dont le K (capital) est public à plus de 50%, par exemple aéroport de Paris. Entreprise privée : entreprise dont le K est privé à plus de 50%. Une entreprise privée peut devenir publique (privatisation) et une entreprise publique peut devenir privée (nationalisation). Le statut privé, public n’est pas immuable. Le secteur marchand se partage entre le public et le privé, à 90% pour le privé et 10% pour le public.

I. Les évolutions du système productif

A. L’ouverture au reste du monde

1. Cette ouverture s’est opérée en 3 étapes

⁃ La première permet de passer d’une entreprise nationale à une entreprise internationale, car elle exporte et importe. Elle importe lorsqu’elle achète à l’étranger, et exporte lorsqu’elle vend => internationalisation. Selon les pays l’internationalisation touche un nombre plus ou moins important d’entreprises. Comparons le cas français et le cas allemand, les PME allemandes sont fortement internationalisées contrairement à la France. L’ouverture s’opère différemment selon les pays.

⁃ La deuxième étape, l’entreprise internationale peut se transformer en entreprise multinationale, EMN, FMN (Firme Multinationale), STN : entreprise qui a plusieurs filiales dans plusieurs pays. C’est la multinationalisation. Elle crée des unités à l’étranger, au départ de commercialisation puis jusqu’à l’unité de production en délocalisant la production à l’étranger, il faut au moins deux filiales dans deux pays différents.

⁃ La troisième étape, l’entreprise multinationale devient globale. Elle gère ses activités à l’échelle planétaire pour tirer partie des opportunités de chaque pays : opportunités sociales en produisant là où la main d’œuvre est moins chère, où les conditions sont favorables pour l’entreprise, opportunités fiscales, factorielles (tirer partie de la richesse de chaque pays en fonction de sa situation). C’est la globalisation.

Filiale : société dont le K est détenu à plus de 50% (directement ou indirectement) par une autre société appelée la maison mère. La maison mère contrôle la société.

1. Les causes de cette ouverture

⁃ L’inégale dotation factorielle des pays (implantation de Total au Niger pour l’exploitation du pétrole). Inégale répartition des matières premières. Importer puis s’approprier des sources d’approvisionnement.

⁃ Les écarts dans le coût du travail qui vont expliquer les délocalisations (ex : Nike quitte la Chine pour le Vietnam, le salarié chinois devient trop cher, salaire Vietnam : 2$USD par jour 48h de travail hebdomadaire).

⁃ Les écarts dans les niveaux de vie. S’implanter là où il y a des marchés intéressants, en Europe, en Asie, accéder à des marchés solvables ou des marchés porteurs. Accès au marché. Volonté des entreprises de se commercialiser. Pampers => les pays d’avenir ne sont pas du tout là ou les pays sont vendus mais plutôt l’Asie dont l’Inde et la Chine.

⁃ La baisse des coûts de transports et de communication. Depuis 70 ans, les coûts de transport dans le maritime, l’aérien ont fortement baissé. Echanger aujourd’hui coûte moins cher qu’avant. Expédier de la marchandise n’importe quelle distance, baisse des prix de transports, d’échanges d’informations, de communication à distance. Dans l’aérien et maritime, les coûts ont augmenté ces 10 derniers années car le pétrole coûte plus cher. Et les mesures de sécurité aériennes ont été augmentées.

⁃ Le recul des obstacles aux échanges, les entreprises échangent de plus en plus. Les échanges sont de plus en plus facilités. Les grandes organisations internationales s’emploient à lutter contre les obstacles. Le GATT => OMC œuvre pour le libre échange. La CNUCED (conférence des nations unis pour le commerce et le développement), développe des accords, des aides aux pays les moins développés, fixe le développement par échange. Accords préférentiels : accords latéraux et multi latéraux. ACR (accords commerciaux régionaux) réduit les obstacles aux échanges, obstacles abolis ou fortement diminué. Mexique exporte au Canada sans droit de douane. Simplification des procédures dans les échanges internationaux, travail à l’initiative des professionnels, harmoniser les contrats internationaux pour favoriser les échanges, payement facilité, douane. Echanger plus facilement!

⁃ Existence de législation sociale, fiscale plus attractive en dehors du pays d’origine. Sur le plan environnemental, social, fiscal, etc. Les entreprises vont essayer de profiter des législations les plus favorables car elles ne sont pas les mêmes dans les différents pays. Les pays peuvent se faire concurrence sur plusieurs plans.

⁃ Le taux de change, les écarts entre les monnaies peuvent créer des avantages, produire dans pays à bas salaire plus monnaie faible alors avantages sur les coûts.

1. Les tendances

Les échanges de marchandises et les transferts de capitaux.

Les mouvements de marchandises ont été multipliés par 30 en volume depuis la 2nde Guerre Mondiale. Cette augmentation est régulière sur la période. 1947, le GATT initie la libéralisation des échanges de biens. => Internationalisation.

Investissements Directs à l’étranger, IDE, ID

...

Télécharger :   txt (29.2 Kb)   pdf (158.2 Kb)   docx (26.3 Kb)  
Voir 15 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club