Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Adm 1013 travail noté 1

Par   •  12 Septembre 2017  •  4 208 Mots (17 Pages)  •  170 Vues

Page 1 sur 17

...

ensemble de valeurs communes. Cela constituera un atout pour l’entreprise qui aura su gérer et intégrer les différences, notamment au niveau du service à la clientèle en plus de faire en sorte d’avoir un meilleur climat de travail pour l’ensemble du personnel. Dans le cas présent, Angélica n’a eût aucune forme de préparation afin de faciliter son adaptation dans l’usine de Tijuana. Comme elle le mentionne dans le texte, ses relations avec les cadres aux RH sont quasi inexistantes et ses collègues anglo-saxons ne voient pas l’intérêt de comprendre la réalité des travailleurs mexicains. Comme elle le mentionne également, en parlant des nombreux changements survenus dans les maquilladoras :« Or cela se produisait dans un contexte d’affrontement entre deux cultures». Angélica dans sa position se considérait d’avantage américaine que mexicaine. C’était son rôle d’introduire les styles d’encadrement, les attentes et la formation à l’Américaine. Cette situation démontre bien qu’il n’y avait pas de politiques de gestion de la diversité puisqu’il y avait un affrontement entre deux cultures et non un ensemble de valeurs communes qui aurait facilité cette transition.

- Le stéréotype :

Dans une entreprise comme USMed où les effectifs humains sont composés d’américains et de mexicains, il est primordial de gérer efficacement cette diversification de main-d’œuvre afin d’éviter que certains soient victimes de stéréotypes. Comme nous l’avons vu dans le chapitre 2 du manuel Comportement humain et organisation : «...la diversification augmente le risque de discrimination fondée sur les stéréotypes2». Nous savons que les stéréotypes existent lorsqu’on assimile une personne à un groupe de la population et qu’on lui accorde automatiquement des caractéristiques fréquemment associées à ce groupe particulier.

Dans le cas étudié, Angélica est victime d’un stéréotype de la part des autres cadres car ces derniers croient qu’elle comprendra automatiquement la culture mexicaine, qu’elle saura s’intégrer sans problème et qu’elle n’aura pas besoin de préparation afin de favoriser son adaptation dans la maquilladora de Tijuana, car elle a des racines mexicaines, donc elle est sans aucun doute, la mieux placée pour aller travailler avec les mexicains. Cette situation est mentionnée dans le 4e paragraphe du cas : «...mais ses connaissances et ses liens étaient loin de correspondre à ce qu’imaginaient les dirigeants américains, inconscients des nombreuses différences sur le plan culturel entre Angélica et le personnel mexicain.» Il est improductif d’avoir présumé qu’Angélica n’avait pas besoin de préparation pour s’adapter à la réalité mexicaine, car vu les difficultés auxquelles elle fût confrontée, elle n’a pas pu utiliser son plein potentiel dans cette usine de Tijuana.

- La différence des cultures :

Malgré qu’une simple frontière les sépares, les États-Unis et le Mexique ont pourtant des différences culturelles très différentes. Comme l’a élaboré Hofstede avec ses grilles culturelles, nous pouvons observer que les États-Unis vont privilégier l’individualisme en favorisant l’intérêt individuel et le Mexique va opter pour une culture beaucoup plus collectiviste. Les habitants de ces deux pays ont également des valeurs différentes, qui influencent leurs attitudes et leur comportement au travail. Comme nous l’avons vu dans le cadre de ce cours, les valeurs sont le produit des apprentissages et des expériences qu’à vécus un individu dans le contexte culturel où il a grandit. La grille des valeurs de Magliano révèle que quatre valeurs sont particulièrement influentes en milieu de travail, l’altruisme et l’entraide en font parties.

Dans le cas présent, Angélica arrive dans un pays où règne une culture différente et où les habitants ont des valeurs qui diffèrent également de ce à quoi elle a été habituée aux États-Unis. Ses collègues mexicaines étaient intimidées et ne voulaient pas aider Garza à faire son travail. Ses dernières la critiquèrent constamment et ne lui donnèrent pas la moindre information. Quant aux dirigeants mexicains, ils ressentaient de l’incompréhension et du ressentiment à son égard, vu son statut d’Américaine. Cela démontre bien encore une fois un manque d’organisation et de négligence des cadres en RH quant à la préparation de l’adaptation de Garza dans cette usine. Son rôle était mal compris par l’ensemble des travailleurs de cette maquilladora et nous pouvons constater de nouveau qu’un monde sépare les deux cultures.

- Les attitudes :

Une attitude est une prédisposition à réagir de façon positive ou négative à une situation ou à l’endroit d’une personne. Les attitudes comme les valeurs vont engendrer des comportements chez les individus. Une attitude négative peut s’expliquer par le mécontentement ou le désagrément face à une certaine situation. Garza a été confrontée a plusieurs attitudes négatives quand elle était à la maquilladora. De la part de ces collègues mexicaines, qui la voyait comme une menace, croyant qu’elle leur enlevait des tâches parce qu’elles ne faisait pas bien leur travail. Ce qui a engendré un manque de coopération et d’altruisme des travailleuses mexicaines envers Angélica. De la part des gestionnaires mexicains qui éprouvaient du ressentiment et de l’incompréhension à son égard ainsi que de la part des gestionnaires Américains qui démontraient une attitude méfiante à son égard en rejetant ses idées et ses suggestions en plus de ne lui apporter aucun support . Les cadres aux RH faisaient également preuve d’une mauvaise attitude envers Angélica en ne faisant pas en sorte de faciliter la communication entre eux. Angélica décrit dans le texte que ses relations avec les cadres aux RH étaient presque inexistantes. Finalement, de la part de ses collègues d’origine anglo-saxonne, qui ne savaient que très vaguement se qui se passait à Tijuana et ne voyait pas l’intérêt d’essayer de comprendre la main d’œuvre mexicaine.

- L’effet de Halo :

Cette erreur de perception est très répandue. Elle survient généralement lorsqu’on se fait une impression générale d’un individu en ne se fiant que sur une seule de ses caractéristiques. La conséquence qui en résulte est qu’on ne prendra pas en considération les autres caractéristiques individuelles de cet individu. Les dirigeants américains ont prit en considération le fait qu’Angélica avait des

...

Télécharger :   txt (28.9 Kb)   pdf (148.2 Kb)   docx (19.2 Kb)  
Voir 16 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club