Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Acte 2 de secrétaire particulière

Par   •  28 Novembre 2018  •  906 Mots (4 Pages)  •  108 Vues

Page 1 sur 4

...

III- Résumé

Jean Pliya fait dans cette scène une peinture morale et physique de M. Chadas qui apparaît comme un personnage fier, égoïste, imposant, vaniteux et complexe. Virginie se rend compte des règles et de l’attitude à adopter dans son service : la ponctualité, la discipline et l’ordre puis le zèle. M. Chadas veut montrer, à travers cette mise au point, l’image d’un fonctionnaire correct.Ce premier contact rude avec le patron a fait comprendre à Virginie qu’elle a à faire à un patron rigoureux et exigeant.

IV. Ce qui fait dans l’acte 2

D'une manière de tournée, Jean Pliya indique par là quel la société africaine dont il est question dans sa pièce n’est pas juste ou pacifique car l’homme y établit son bonheur sur le malheur d'autrui. C'est ainsi que les gens comme Chadas chez qui la corruption sociale est la seule règle de conduite considèrent toute la société comme le bien privé a exploité à leur gré. C'est là le sujet principal de la Secrétaire Particulière: l'exploitation de l'homme par l'homme. Un tel sujet, quelle que soit la manière dont il est présente, n'est guère propre a susciter un lire franc, du moins chez les spectateurs africains, c'est-a-dire le peuple en général, qui, en Afrique contemporaine, parait comme la victime éternelle de ceux qui détiennent le pouvoir. C' e s t pourquoi pour nous la pièce de Jean Pliya n’a, dans le fond, rien a voir avec le rire de la joie. Pour les spectateurs africains a qui s’adresse largement la pièce, le sujet est trop sérieux pour provoquer le rire franc. Les spectateurs reconnaissent dans la pièce non pas un fait fictif ma i s une situation réelle qu'ils vivent avec le plus gr and me contentement car elle rend leur existence presque impossible.

Or, si La Secrétaire particulière ne suscite guère le rire de la joie, provoque- t-eIle, d’autre part, le rire marginal, un l i r e qui n’est foncièrement ni celui de la joie, ni particulièrement celui de la satire ? En fait on trouve dans la pièce des traits du rire marginal mais ces traits sont très peu nombreux et ne sauront constituer un aspect important de la pièce. En plus , ils paraissent introduits dans la pièce parle dramaturge comme une manière de décharger l'atmosphère lourde d'host1lites et de malaise général dans laquelle s 'inscrit la piece.Les traits du rire marginal proviennent ici, en particulier, de l'image de la raideur . Nous en retenons trois occasions. La première occasion est fournie par Chadas, le personnage principal de la pièce. L'imitation ligide jusqu' a la servitude, par le personnage, du mode d'habillement européen fait de lui une sorte de mécanique dépourvu de souplesse humaine .C' est précisément le rire marginal qui se produit chez le spectateur lorsqu'i1 voit Chadas habille de complet européen. Bien qu'i1 étouffe de chaleur i1 refuse d'enlever sa veste.

CONCLUSION

En générale ; la Secrétaire particulière n'est pas, a proprement parler, une pièce comique. L’étiquette de comédie que Jean Pliya colle a sa pièce est un pavois dont il ses et pour se protéger contre ceux qu'il critique, et qui, dans la vie réelle sur laquelle est calquée la pièce, détiennent en général le pouvoir. La pièce de Jean Pliya est une critique tranchante, presque a la Juvénal, des abus qui ont cours en Afrique indépendante. C'est un cri d'alarme, un cri de détresse, voire un cri d’indignation déchirant devant ce scanda le que constitue pour l'esprit la déchéance morale solidement enracinée dans la société post-coloniale

...

Télécharger :   txt (5.9 Kb)   pdf (48.3 Kb)   docx (13.5 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club