Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Présentation et introduction à l’étude de Candide de Voltaire

Par   •  13 Novembre 2017  •  1 661 Mots (7 Pages)  •  349 Vues

Page 1 sur 7

...

La 1° conclusion découle de la rencontre de C et P avec le « meilleur philosophe de Turquie ». « Se taire », tel est le conseil de ce derviche : toute parole est maintenant vaine car tout a été montré et démontré, il met aussi un terme aux bavardages de P. La leçon est claire : ce ne sont pas des raisonnements métaphysiques qui résolvent les maux de l’homme. Il faut laisser tomber les discussions philo et se mettre au travail, telle est la 2° leçon.

Cette leçon est exprimée dans la célèbre formule finale « il faut cultiver notre jardin ». Il s’agit d’une formule pratique : comme le dit et le pratique le sage vieillard qui cultive avec ses enfants ses 20 arpents de terre et qui semble avoir trouvé le bonheur, « le travail éloigne de nous trois grands maux : l’ennui, le vice et le besoin ». Il faut travailler la terre, qui apporte richesses et prospérité. La leçon de C est une morale de l’action.

Les passages étudiés

Chap. 1 en entier (l’incipit).

Chap. 3 du début à « et n’oubliant jamais mademoiselle Cde ». (la guerre : « boucherie héroïque »).

Chap 6 en entier (la satire de l’inquisition).

Chap. 19 de « En approchant de la ville « à « il entra dans Surinam ». (Dénonciation de l’esclavage).

Chap. 30 en entier (les leçons de C).

NB : connaître l’œuvre complète, les chap. cités dans la fiche et le chap.17.

Qqs éléments pour vous aider :

Les voyages de C

Château de TTT (chap.1), chez les Bulgares (chap.2), Hollande (3-4), Lisbonne (5 à 9), Cadix (10), Buenos-Aires (13), Paraguay (14-15), Pays des Oreillons (16), Eldorado (17-18), Surinam (19), Bordeaux (22), Paris (22), Dieppe (22), Portsmouth (23), Venise (24), Propontide (29-30).

Voc

Candide = naïf, crédule, simple, niais. Voir le titre d’un autre conte de V : l’Ingénu.

Pangloss : pan signifie « tout », gloss veut dire « langue ». C’est un pers. tout en langue, qui ne sait que proférer des mots, qui n’et que discours. (voir panthéon, panoplie, panorama, panthéisme, glossaire, gloser …)

Vanderdendur : « avoir la dent dure » est le contraire de l’indulgence de la bienveillance. On trouve dans ce nom des allitérations en [d] et en [r], sonorités dures qui soulignent sa cruauté envers le nègre et C auquel il vole ses deux moutons.

Méta exprime le changement ou ce qui dépasse, ce qui est supérieur à ou au-delà de / physico vient de physio « nature » / théo signifie « dieu » / logie est l’équivalent de « science » / cosmos en grec veut dire « univers ».

La maxime du bonheur

Pour vivre heureux, vivons cachés : la solitude est source de bonheur.

Abondance de beines ne nuit pas : par prévoyance, il est bon de faire des réserves.

A chaque jour suffit sa peine : il ne faut pas penser à ce qui nous attend demain.

Charité bien ordonnée commence par soi-même : avant de penser aux autres, il faut penser à soi.

Comme on fait son lit, on se couche : par sa propre conduite, on est responsable de ce qui nous arrive.

Faute de grives, on mange des merles : à défaut de mieux, il faut se contenter de ce que l’on a.

Tout vient à point à qui sait attendre : il faut patienter avant d’obtenir ce que l’on souhaite.

...

Télécharger :   txt (10.1 Kb)   pdf (88 Kb)   docx (14.4 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club