Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Lecture analytique, Tristan et Iseut, chapitre II

Par   •  16 Juin 2018  •  1 120 Mots (5 Pages)  •  248 Vues

Page 1 sur 5

...

Tristan est donc un chevalier héroïque d'exception mis en avant à sa juste valeur, défendant ses valeurs en se battant pour son pays. Mais Tristan est aussi un héros mythique.

En premier lieu, la large influence de la mythologie antique est très présentes dans l'hisoire ; par exemple à la ligne 35 où on retrouve « On vit au loin se tendre la voile de pourpre », là où une confusions aura lieu, comme dans le mythe de Thésée et du Minotaure. Cette méthonymie apparente Trisran à un héros mythique tel que Thésée. Aussi, à la ligne 37, la répétition exclamative « le Morholt ! Le Morholt ! » qui souligne l'effroi des habitants face à ce personnage rappelle le fait que le Morholt est en effet un monstre qet qu'il y a de quoi avoir peur, ce qui est souligné à la ligne 34 « Les adjuvents du Morholt riaient », le rire étant associé au mal à l'époque du Moyen Age. Cela relie encore une fois l'histoire à la mythologie, Tristan affrontant un terrible monstre pour sauver le peuple de son pays à l'image de Thésée.

En second lieu, Tristan est un héros porté par les caractéristiques de la chanson de geste. Le discours direct présent comme à la ligne 21 « Le vassal » interpelle le lecteur, intéresse, . Aussi,la joute oratoire, tout comme le discours de Tristan ligne 46 et 47 montre clairement que ce texte était oral à la base. Les nombreuses hyperboles comme celle à la ligne 60 « le sang ruisselait » apostrophe le lecteur une fois de plus. Tout cette oralité sublime encore une fois Tristan.

Pour finir, Tristan est un héros épique. L'hyperbole ligne 38 « qui se dressait à la proue » nous fait visualiser le héros glorieux qui peut à présent tout affronter,même la mer qui à l'époque du récit était crainte, après avoir vaincu le Morholt. Aussi, l'énumération ligne 11 « vieillards, enfants et femmes.. » montre que Tristan est seul dans son combat, aidé de personne. La solitude de Tristan qui va sauver une nation entre dans le registre épique. Puis à la fin du combat, alors que le héros reviens vers le rivage, la liesse nationale que l'on retrouve avec le bruit et la joie du peuple sauvé, que l'on se visualise grâce au paragraphe de la ligne 53 à 58, « grands cris […] chants d'allégresse, aux bruits des cloches, des trompes […] si retentissant » termine de rendre Tristan épique, étant maintenant victorieux et adulé de tous.

Pour conclure, un héros mythique tel que Tristan est principalement un être d'exception qui agit de manière héroïque et épique à la fois, en étant mis en avant par rapport aux autres.

...

Télécharger :   txt (6.5 Kb)   pdf (46.7 Kb)   docx (13 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club