Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Essaie : La femme, Les Mains Libres

Par   •  26 Septembre 2017  •  801 Mots (4 Pages)  •  59 Vues

Page 1 sur 4

...

a) Enfin, la femme aimée étant considérée comme surréelle, cette dernière est traitée comme une sorte d’être cosmique, elle est un intermédiaire entre le terrestre et le céleste, c’est à dire l’homme et l’Univers (cf. Allégorie de la liberté p.69 : on distingue une disproportion de la femme qui tient un drapeau vers le ciel, connexion terre/ciel) elle est aussi source de vie, elle donne la vie, et source d’harmonie.

b) Cette femme « surréelle » est ainsi puisqu’elle incarne les éléments, eux faisant parti de l’Univers, comme l’eau, le feu, l’air ainsi que la nature vivante comme le végétal, l’animal, le minéral. La femme n’est donc plus considérée comme humaine, mais comme un être de matière incarnant les éléments, la nature, l’Univers. Lorsque l’on parle de l’Univers, cela inclus également la vie, les rêves, les désirs, les pensées, les fantasmes. Elle est donc associée aussi aux « rêves » (p.78), à la « paranoïa » (p.86), Au « désir » (p.19).

Pour conclure, dans ce recueil, Eluard détache la femme des interdits moraux qui ont longtemps pesé sur elle, c’est non seulement un objet érotique, idéologique de la beauté, évoquant désir et sensualité, qu’un être supérieur liant homme et ciel par l’incarnation des éléments de la vie. Elle est médiatrice à l’homme, donne une raison à la vie, elle est une raison de vivre, la femme aimée est une fusion entre rêve, sexualité, Univers, vie (réel et merveilleux). La femme est l’élévation, comme le dit une citation de Paul Eluard, « on ne tombe pas amoureux, on s’élève amoureux ».

...

Télécharger :   txt (4.9 Kb)   pdf (60.9 Kb)   docx (10.1 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club