Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

TPE SES + Histoire

Par   •  7 Novembre 2017  •  4 772 Mots (20 Pages)  •  676 Vues

Page 1 sur 20

...

En France le suicide médicalement assisté est aussi prohibé mais certaines personnes se rendent dans des pays étrangers afin de bénéficier de cette aide. Ainsi, en septembre 2007, Maia Simon s’est rendue en Suisse pour pouvoir bénéficier d’une aide au suicide médicalement assisté.

En premier lieu, il serait intéressent d’étudier le cas de l’euthanasie du point de vue de la religion chrétienne, et plus particulièrement de celui du catholicisme. Dans un second temps, nous verrons ce même cas dans l’Islam.

Aussi, dans la religion catholique, l’euthanasie est en opposition directe avec le 5ème commandement qui est « Tu ne tueras point ». En conséquence, toute forme d’euthanasie est prohibée. Cette interdiction entre dans le cadre plus général de la dénonciation d’une « culture de mort » des sociétés occidentales. Alors qu’au contraire pour les catholiques, la valeur de la vie est trop importante pour être ôtée sciemment, même au prix de grandes douleurs. L’Église refuse qu’on limite la valeur de la vie de quelqu’un à sa possibilité à vivre sans souffrance. On touche à l’Essence de la vie : L’Homme n’a pas le droit de détruire ce qu’il n’est pas en capacité de créer. Étudier le problème de l’euthanasie n’est pas une préoccupation morbide, bien au contraire elle est liée à la philosophie du message chrétien. Selon l’Eglise la certitude d’avoir la possibilité d’abréger des souffrances intolérables ou une vie qui n’en est plus une, peut libérer de l’angoisse de la mort, cependant ce n’est pas tant la mort qui effraie les hommes mais plutôt la douleur qui inquiète tout homme chrétien ou non.

Dans l’Islam l’Homme représente l’œuvre divine la plus aboutie et la plus complexe. C’est la créature qui porte l’empreinte de Dieu et qui représente son pouvoir sur Terre. De plus, d’après le Coran, les musulmans n’ont pas le droit de se suicider.

C’est pourquoi, l’euthanasie active est prohibée, car elle est considérée comme un meurtre, même lorsqu’elle est pratiquée selon le souhait du patient, en ayant l’intention d’abréger sa souffrance. Les médecins n’ont pas à juger du droit de vivre ou de mourir de leur patient, car pas plus que les chrétiens, n’ont le droit de détruire ce qu’ils ne peuvent créer. La seule option possible est la mort naturelle de la personne. L’euthanasie passive n’est donc pas interdite dans ce cas, puisque la majeure partie des juristes musulmans n’impose pas les soins médicaux même dans le cas où l’on espère la guérison, ils considèrent que se soigner n’est nullement obligatoire.

Dans les religions musulmanes et chrétienne l’euthanasie active est prohibée en revanche l’euthanasie passive est accepté dans certaines circonstances.

Transplantations chirurgicales

II/ Médecine théologique

Exorcisme

L’exorcisme est un rituel religieux qui consiste à expulser une entité spirituelle maléfique au nom du Christ. Cette entité est appelé un démon ou un esprit, qui se serait emparé d’un être vivant, qu’il soit individu ou animal. Il est supposément utilisé partout dans le monde et ce, dès le II millénaire avant Jésus Christ, en Mésopotamie. L’exorcisme, censé « chasser les démons » est utilisé plusieurs fois par Jésus et ses disciples. On rencontre une pratique similaire dans le Coran et qui par conséquent existe sous diverses formes : rituels africains, vaudou, chamanisme...etc.

Cette application est constatée dans le catholicisme pour la première fois pendant le Moyen-Age. Citons l’exemple des « Sorcières de Salem », lorsqu’en 1692 des jeunes filles accusent certains de leurs concitoyens de les avoir envoutées et d’être des sorciers ou des magiciens, alliés de Satan. Effectivement, lorsque nous parlons de possession il s’agit de Satan (ou d’un de ses démons) qui se serait emparé des ressources physiques ou mentales d’un individu. Abigail Williams, Ann Putnam et Betty Parris, ‘les victimes’, se mettent à agir étrangement : elles parlent une langue inconnue, se cachent et trainaient les pieds en marchant. Positivement, elles présentent certains symptômes de possession, comme parler ou comprendre une langue inconnue et certaines parties du corps sont ‘anesthésiées’.

L’exorcisme qui est un remède à ces agissements non voulus et qui contraint la personne à exécuter des actes qu’il n’aurait pas commis, se distingue selon deux états. D’une part, nous avons l’état de calme qui, comme nous l’avons étudié précédemment s’est déroulé durant l’hiver 1691 dans la communauté de Salem Village lorsqu’il a connu des perturbations démoniaques. D’autres part, on distingue l’état de crise. Il se traduit par des contorsions, des paroles blasphématoires, la capacité à faire preuve d’une force incroyable par rapport à ses aptitudes physiques, la lévitation, ou même de gestes pieux rendant le possédé colérique.

Evoquons d’emblée Anneliese Michel, de confession catholique qui du jour au lendemain commença à voir des visages démoniaques. Elle à premièrement été diagnostiquée épileptique, avant d’être considéré comme possédée. Apres avoir confirmé son état, de nombreux symptômes de possession sont apparus ; elle entendait des voix, des démons lui donnaient des ordres, contrairement à ses habitudes, elle jurait, brisait des crucifix et des peintures représentant Jésus. Elle fut exorcisée une première fois en 1974 puis à plusieurs autres reprises car elle était censée être sous l’emprise de nombreux démons tels que Lucifer, Judas Iscariote, Néron … (selon le prêtre qui la suivait à l’époque). Des prêtres exorcistes confirmeront ces conjectures en traduisant les enregistrements de différents exorcismes, dans lesquels ils distinguèrent la voix de deux démons en train de se disputer le corps de la jeune fille.

La pratique de l’exorcisme compose une réponse à la possession. Elle s’installe alors dans la société et continue à être pratiquée de nos jours, mais plus symboliquement comme les baptêmes. Comparativement nous pouvons dire que le Coran et la Bible possède une même valeur exorcistique.

La saignée

La saignée est l’acte chirurgical correspondant à l’ouverture d’un vaisseau à un endroit précis du corps, dans le but de prélever un certain volume sanguin à des fins thérapeutiques. Il existe deux sortes de saignée :

- La saignée légère sans incision, qui soulage

...

Télécharger :   txt (31.8 Kb)   pdf (168.5 Kb)   docx (24.5 Kb)  
Voir 19 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club