Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Dissertation sur la democratie

Par   •  10 Janvier 2018  •  3 235 Mots (13 Pages)  •  462 Vues

Page 1 sur 13

...

Alors, la démocratie directe mets en place des procédés assurant la participation de chacun des citoyens. Dans l’Antiquité, mais aussi dans certains cantons suisses actuellement, la consultation peut prendre la forme d’un vote sur la place publique. C’est en fait une consultation populaire. Elle repose sur le principe selon lequel la population dans son ensemble prendra la meilleure décision, étant directement concernée par les conséquences de son choix : elle est supposée savoir, mieux que les élus, où résident sa volonté et ses intérêts. Elle constitue une tradition forte dans certains pays, dont le plus emblématique est la Suisse, mais seul un petit nombre de décisions sont prises par cette voie.

La forme la plus répandue reste le referendum. Une question est posée aux citoyens et ceux-ci doivent y répondre par oui ou par non. Il convient totalement à la démocratie directe car le référendum fonctionne par un vote direct de l’ensemble sur n’importe quel sujet. Des questions politiques, aux décisions gouvernementales ou législatives. Chaque individu exerce sa souveraineté en donnant son avis sur la question. Pour autant qu’ils puissent y répondre, les citoyens peuvent aussi proposer le recours au référendum. Il leur suffit d’une pétition. Le sujet pouvant avoir une valeur législative comme l’abrogation d’une loi, ou encore constitutionnelle, comme la révision de la constitution.

Par ces pratiques permettant aux citoyens de participer directement au gouvernement de leur société, la démocratie directe apporte la réalisation la plus fidèle aux principes revendiqués par le sens étymologique de « démocratie ». Pourtant, il s’avère que dans le monde actuel la démocratie directe est sans doute le système le moins utilisé par les Etats. Cela révèle qu’elle ne doit pas être le modèle le plus adapté aux sociétés d’aujourd’hui. En effet, la mise en œuvre d’un système direct suppose, pour son bon fonctionnement, plusieurs conditions qui ne sont jamais assurées, quel que soit la société.

B/ LA DEMOCRATIE DIRECTE : UN MODELE THEORIQUE DANS LES FAITS

Comme l’affirmait Jean-Jacques Rousseau la démocratie directe consiste en un modèle idéal pour l’application la plus conforme de la notion de démocratie. Néanmoins, ce dernier avait conscience qu’un tel système invoque de nombreux problèmes pratiques. Dans les faits, la démocratie directe s’avère n’être qu’un système utopique.

Celle-ci suppose tout d’abord que tous les citoyens soient actifs politiquement. Or, ceci n’est pas vrai. Il suffit de se pencher sur le taux d’absentéisme pour s’en rendre compte. Par exemple en France, lors d’un référendum sur le quinquennat présidentiel, le taux d’abstention environnait les 70%. Il est difficile d’imaginer que chaque citoyen soit constamment disponible pour participer aux décisions et débats réguliers, nécessaires au bon fonctionnement du gouvernement. Comment espérer que tous se mobilisent à tout instant pour une décision ? Le taux de participation est par conséquent limité. Cela est problématique lorsque les gouvernés sont eux même les gouvernants. On peut dès lors se questionner sur la valeur et la légitimité des décisions prises.

Il faut ajouter, que la démocratie directe s’avère impraticable de nos jours en considération de la taille des Etats. En effet, les cités et groupes sociaux présents dans l’Antiquité n’existent plus. Leur taille était très restreinte et en comparaison, les Etats d’aujourd’hui sont immenses. Ils sont composés par des populations de plus en plus denses. Il paraitrait impassable et surement irréalisable de tous les réunir en un lieu afin de les consulter. De ce fait les débats sont superficiels et on ne peut prendre en compte les différents avis à part égale. Ce phénomène peut aboutir sur une dictature de la majorité. Désormais, le système de consultation populaire propre à la démocratie directe peut se pratiquer pour des comités de quartiers ou des organisations… Mais rien de réalisable à une échelle nationale.

Les pratiques de la démocratie directe supposent aussi la capacité des citoyens à comprendre les enjeux des décisions. Celles-ci supposent un minimum l’instruction et une capacité de réflexion des citoyens. Or on ne peut nier qu’au sein d’un pays il existe des inégalités de ce genre. Les parties manquant d’instruction pourront facilement se laisser séduire par un démagogue. La foule peut donc être manipulée. La manière de poser la question peut influencer la réponse et la porter vers celle désirée.

Lorsque le vote n’est pas secret il est aussi très facile de se laisser emporter par une pression de la majorité : par peur de l’autre. Il y a peu de place pour l’opposition. De là, on peut évoquer une dictature de la majorité. Il est aussi important d’évoquer que les référendums peuvent favoriser les tendances populistes. Souvent menées par des démagogues flattant la population. Ils aboutissent facilement à leurs fins en influençant le vote. Ainsi depuis 2009, La construction de minarets (élément architectural des mosquées) se trouve interdite en Suisse. Les votants avaient approuvé les propositions de l’UDC, le parti d’extrême droite. Celui-ci dénonçait un symbole politico-religieux remettant en cause les droits fondamentaux. Les citoyens suisses avaient alors voté pour l’interdiction à 57,5 % des suffrages exprimés par référendum.

Bien que la démocratie directe apparaisse en théorie comme le système idéal quant à la participation du citoyen, elle ne convient pas, dans les faits, à sa mise en œuvre au sein d’un

Etat. Ce système n’est pas adapté à une société, aux termes où l’on l’entend aujourd’hui : il est impraticable. A l’opposé d’un gouvernement direct, on trouve la démocratie représentative. Elle apporte plusieurs solutions aux limites que soulève un système direct. Elle pourrait donc apparaitre comme le système le plus apte à être adopté au sein d’une société.

- DE LA THEORIE DEMOCRATIQUE AUX DEMOCRATIES DE FAITS

Bien qu’elle ne mette pas en œuvre les principes de la démocratie aussi strictement que la démocratie directe, la démocratie représentative apporte les moyens pratiques requis pour le bon fonctionnement d’une société. Facilitant la mise en œuvre du gouvernement, elle se présente comme substitut à la démocratie directe (A). Néanmoins, ce système présente aussi des limites, ce pourquoi d’autres systèmes sont élaborés tels que la démocratie semi-directe. (B).

A/

...

Télécharger :   txt (21.7 Kb)   pdf (66.6 Kb)   docx (19.9 Kb)  
Voir 12 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club