Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Gaston Miron « L’octobre »

Par   •  1 Novembre 2017  •  1 587 Mots (7 Pages)  •  1 067 Vues

Page 1 sur 7

...

que le Québec a traversées en comparaison à une Marche, comme unemarche patriotique. De plus, Miron tente de démontrer que le Québec est gonflé par l’espoir des gens et de leurs ambitions. C’est comme si la terre avait été nourri par ses rêves. Cette cause n’a pastoujours été facile : « charbonneux douloureux », cela fait référence au dur labeur des hommes qui ont lutté avant nous. En outre, Miron ne se contente pas de juste en parler, il exprime son envie que lepeuple québécois soit enfin prêt à s’ouvrir au monde en faisant la construction d’un nouveau pays, c’est-à-dire le Québec : « nous te ferons, Terre de Québec […] / de nos levains où lève le futur / denos volontés sans concessions ». L’auteur tente de convaincre le peuple en démontrant que par le germe d’une action, ceci pourrait changer le cours de l’histoire et ainsi le Québec deviendrait un...

Peut-on dire que la situation de la langue constitue un problème au Québec ?

Le problème de la langue est d’importance primordiale au Québec.

Tout d’abord, Il faut dire en 1960 les rapports dufrançais québécois avec le français de Paris ont connu une période de crise, on parle de la querelle du « Jouals ». Cette crise commençait lorsque les écrivains ont voulu utiliser le parler des classespopulaires de Montréal comme un moyen littéraire. Gaston Miron, Poète engagé à dénoncer la non autonomie de langue en ces termes : […] une œuvre si géniale soit elle, ou un ensemble d’œuvres qui relèventde critères esthétiques et ou viennent se greffer des structures de la langue littéraire ne sauraient être la langue commune. I l y a présentement un mouvement qui fait d’un corpus d’œuvres uneproposition de la langue, qui nous dit que c’est comme ça qu’on parle ». Cette attitude est complément absurde du point de vue linguistique Gaston Miron a fortement conscience que le français est menacé dedétérioration, il parle d’aliénation, de dépossession et d’humiliation du français au Québec. De plus Miron parle des points anglicismes retrouvées dans cette langue il parle d’aliénationlinguistique ex : « Go on the Green / Partez au vert ne dépassez pas quand arrête.

En effet ce problème concerne surtout la qualité de la langue et le danger d’assimilation. La qualité de la langue atoujours été au cœur des préoccupations québécoises. D’abord il faut s’assurer du statut du français au Québec, beaucoup d’effort sont déployés en ce sens. Un bilan de la situation de la langue françaiseeffectue met en relief les progrès immenses qui ont été accomplis depuis vingt ans en vue de réaliser ce grand projet maintenant on peut dire que les francophones ont maintenant pris leur place sur lemarche et les problèmes salariales liées à la langue ont disparu, l’accueil et les services sont presque partout assurés et enfin, le français est prédominant dans l’affichage à Montréal, mais il y...

La littérature, qu’elle soit québécoise ou française, présente continuellement des personnages déchirés entre différentes réalités et sentiments. Les auteurs prônant ce déchirement mettent souventl’emphase sur des sujets tels que l’amour, le deuil et autres. Gaston Miron dans son poème intitulé «Poème de la séparation 1» prône la douleur que la perte d’un être aimé peut entraîner. Gratien Gélinasquant à lui dans son œuvre théâtrale Tit Coq présente un personnage qui rage contre l’amour ayant tout perdu après une longue période d’absence. Ces deux auteurs présentent la déception amoureuse àl’aide de sentiments et de thèmes totalement différents. Miron d’un coté joue sur le désespoir et le chagrin, et pour ce qui concerne Gélinas, il se concentre sur la colère et les regrets. Une autregrande différence entre ces deux œuvres est la présence d’espoir, «Poème de la séparation 1» ne présente aucun signe d’espoir pouvant être associé à un deuil, par contre dans l’extrait de la pièce dethéâtre Tit Coq, le personnage du même nom voit ressortir une lueur d’espoir quant à sauver sa relation.

Tout d’abord, la principale différence qu’on ces deux œuvres, face à la perception de ladéception amoureuse, est le fait que celle-ci est perçut de façon totalement différente chez les deux protagonistes. Dans l’œuvre de Gaston Miron, «Poème de la séparation 1», il est clair que l’auteurmet l’accent sur la tristesse et la douleur que l’amour peut causer à la suite de la perte d’une personne aimée. Le poème se concentre principalement sur les émotions qu’il ressent et non sur lasituation qu’il vit. La douleur que Gaston Miron décrit est non seulement physique, mais aussi psychologique. Dans le vers : «je t’aime et je n’ai plus que les lèvres/ pour te le dire dans mon ramas deténèbres», le désespoir est palpable. Il tente de dire à sa bien-aimée que la seule façon qu’il ne lui reste pour prouver son amour, n’est qu’en le lui disant tout simplement.

...

Télécharger :   txt (10 Kb)   pdf (82.8 Kb)   docx (12.3 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club