Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Adieu de Maupassant

Par   •  11 Décembre 2017  •  1 124 Mots (5 Pages)  •  2 236 Vues

Page 1 sur 5

...

recueil « Contes du jour et de la nuit » présente 21 nouvelles. Il est paru dans deux journaux, Le Gil Blas et Le Gaulois et réédité en 1885 par les éditions Marpon et Flammarion. Les contes du jour sont présents au début du recueil et disparaissent peu à peu pour laisser la plus grande place aux contes de la nuit dans lesquels la nuit remporte la victoire sur le jour.

Contes du jour et de la nuit est un titre allégorique qui représente à la fois des idées ou une atmosphère dans les nouvelles (le bien, le mal, le bonheur, le malheur, la jeunesse, la vieillesse …). Ce titre résume les 2 facettes de Maupassant : un coté heureux et un autre tragique..Chaque nouvelle est racontée par différents personnages qui sont décrits très précisément par Maupassant. Le titre de chaque nouvelle reste très simple.

Cette nouvelle réaliste est composée de 2 récits.

De la page 146 « Les deux amis » à la page 148 « principalement une fois »

Le premier récit, le plus court, se déroule une nuit d’été à la fin d’un dîner dans un café. 2 amis, Henri Simon et Pierre Carnier, personnage principal, raconte comment se croyant encore jeune il a vieilli. Le narrateur est omniscient car il parle à la 3ème personne du singulier « l’un d’eux » « il était » et du pluriel « les deux amis » « ils voyaient », il sait ce que les personnages ressentent « ils sentaient »

Le dialogue compose principalement cette première partie. Il permet aux personnages de l’histoire d’exprimer directement leurs sentiments « la révélation de ma décadence » « j’en ai pris mon parti » « je me croyais presque un adolescent ». Le point de vue interne des personnages apparaît et le narrateur omniscient s’efface. De plus le narrateur parle à l’imparfait et le dialogue est au présent

De « je l’avais rencontré » p148 à j’étais vieux. Adieu» p152

Le deuxième récit se passe il y a douze ans. Pierre Carnier raconte son amour de jeunesse et ses retrouvailles avec Julie Lefèvre qui lui font comprendre qu’il a vieilli. Il devient le narrateur interne, il parle à la première personne du singulier « je l’avais rencontrée » « je me fis présenter ». Le narrateur passe sous silence des moments de sa vie en utilisant des ellipses «cela dura trois mois » « Douze ans ».

3) Ce récit présente la particularité d’être un récit enchassé

4) Le champ lexical de la vieillesse est présent dans tout le texte par exemple p147 «je vieillis » « ça va vite, la vie ! », « vieux » « un rien plus âgé » p148 « le travail de l’âge », « j’ai vieilli », « ma décadence », p 149 « chairs amollies », p 150 « qu’on soit vieux », p 151 « je suis bien changée », p152 « vous êtes devenu tout blanc », « j’étais vieux. Adieu ». La vieillesse du narrateur fait qu’il dit adieu à sa jeunesse, à sa beauté, à son amour de jeunesse et à la vie car il se rapproche de sa mort.

5) La chute de cette nouvelle nous montre que le personnage principal a enfin pris conscience de son âge. En effet, en ne reconnaissant pas la femme qu’il a aimé cela lui permet de se rendre compte que lui aussi a vieilli. D’ailleurs, pour affirmer sa vieillesse, elle lui admet qu’elle a mis du temps à le reconnaître et lui dit qu’il est « devenu tout

...

Télécharger :   txt (6.6 Kb)   pdf (70.9 Kb)   docx (13 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club