Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Cours d'historiographie

Par   •  3 Décembre 2017  •  8 559 Mots (35 Pages)  •  430 Vues

Page 1 sur 35

...

Le siècle de Louis XIV, apporte une importance nouvelle aux aspects sociaux, aux institutions, au religions.

5) L'histoire au 19ème siècle.

Siècle de l'histoire par excellence. Deviens un genre littéraire à part entière. Utilisée comme alibi en politique.

Michelet 1798-1874

Début du siècle -> histoire descriptive, récit des évènements.

Après 1815 -> thème du M-A à la mode.

A. Une histoire romantique

Fin épisode impérial avec Bonaparte. Historiens s'intéressent à tout autre chose -> Étude du M-A. Croisades, chevalerie, Hohenstaufen (Barbe Rousse), Cathares (secte religieuse, doctrine, religieux dualiste d'orient, 11ème siècle en occident, croisade contre eux), Guillaume Tell.

Période de latence. Car événement toujours très présents, difficile de prendre de la distance.

Parallèle faisable avec la seconde GM, étude de la guerre uniquement en 70, 80. Mythe résitancialiste. France est le pays d'Europe où le plus de juifs ont étés sauvés. Travail important de la mémoire et de l'histoire pour traiter des événements traumatisants. Fort refoulement, se concentrent sur autre chose que ce qui est vraiment douloureux.

Refoulement traumatique au 19ème siècle, préfèrent s'intéresser à tout autre chose.

Cette histoire romantique cultive le sens de l'exotisme. Laisse une grande place à l'imagination, érudition.

Jules Michelet, histoire de France en douze volumes, M-A, révolution Française, Renaissance puis 16ème et 17ème siècle. Intérêt de cette œuvre : cherche à expliquer le passé en essayant toujours de donner une résonnance contemporaine. Lire a sorcière de Michelet. Ouvre parcourue d'obsessions, histoire de a nation et du peuple français, quête d'un homme universel. Faire en sorte que le lecteur s'identifie dans l'histoire, prétend a une résurrection de la vie intégrale. Objet historique peu porter sur beaucoup de domaine jusque-là ignorés. Cette résurrection conduit l'auteur a intégré dans son résonnement, l'ethnie, la géographie, les arts, la littérature => nation comme une synthèse vivante.

Augustin Thiery 1795-1856. publication dans la revue des deux mondes des récits des temps mérovingiens. Revendique le statu d'un chercheur et d'artiste. Fort pouvoir d'évocation, grand art du tableau historique.

B. Une histoire libérale

Moitié du 19ème, cette période de latence se termine, abordent l'histoire de la révolution, sous forme d'alibi permettant la prise de conscience politique.

François Guizot 1787-1874

Thiers 1797-1877

Convictions de la bourgeoisie conquérante. Pensent trouver dans l'histoire moderne les racines de la liberté de 1789. recherchent dans l'histoire des arguments de leurs thèse sur un gouvernement représentatif (peuple considéré comme souverain).

Démonstration historique. Preuve irréfutable du triomphe sur l'autoritarisme.

Historiens politiquement engagés. Démarche scrupuleuse, tentent de se baser sur des documents dits irréfutables.

C. Une histoire républicaine.

Alphonse Lamartine 1790-1889

Edgard Quinet 1803-1875

Louis Blanc 1811-1982

Mettent l'histoire au service de leur engagement républicain;

1847 : Histoire des Girondins, Lamartine, avocat de a démocratie du mérite. Position critique avec la période de la terreur.

E. Quinet, Révolution 1789 qui célèbre mais pas celle de 1793 (celle de la terreur)

L. Blanc dans son histoire de la révolution Française présente la terreur comme une nécessité imposée par les adversaires de la révolution, n'ont pas eu d'autre choix que le recours à la terreur.

Leur lecture de la révolution se fait a partir de leurs aprioris politiques, Blanc plus favorable à la révolution que les deux autres.

Cette histoire politique n'est pas a seule caractéristique.

D. L'histoire méthodique.

Nouveau soucis de faire de l'histoire une véritable science, sens positif du terme.

Tocqueville, E. Renan, Hippolyte Taine, Fustel de Coulanges.

Vont introduire une dimension scientifique dans l'histoire.

Progrès de l science, animé par une foi naïve dans la science, dans le scientisme. Pas sans effet sur l'histoire.

Positivisme : Mouvement philosophique, représenté par A. Compte, loi des toits états : 1. suppression, sorcellerie, 2. religion, 3. La science. Idée que ce qui relève de la métaphysique (être, ce qu'il y a au de la du physique, religieux…) ne l'intéresse pas. Le pourquoi des chose ne se ose pas. La seule question qui vaille est celle du "comment". Peu déboucher sur une croyance naïve dans les vertus de la science et du progrès.

La science est la capacité de produire des écritures.

E. Renan, l'avenir de la science, proclame sa foi dans la science, seule la science est capable de donner la vérité. Apologie d'une histoire scientiste.

H. Taine, publie l'introduction à l'étude de l'histoire expérimentale.

Entendent fonder leurs travaux sur des documents dits positifs.

Influencés par l'érudition allemande qui entend se consacrer à une étude d'une période de manière très précise.

Visée commune de l'objectivité dite absolue. Est un leurre. Atteindre la vérité, tenter de faire revivre le passé,

...

Télécharger :   txt (58.1 Kb)   pdf (265.8 Kb)   docx (42.3 Kb)  
Voir 34 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club