Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Le romantisme, HDA

Par   •  26 Novembre 2018  •  3 008 Mots (13 Pages)  •  291 Vues

Page 1 sur 13

...

-1611 : Il se rend à Florence dans l’atelier d’un aquafortiste, Antonio Tempesta

-1614 : Il reçoit une pension de la famille Médicis, qui gouverne Florence.

Pour faire ses gravures il utilise un vernis plus dur, qui est utilisé surtout par les ébénistes et les luthiers, qui ne s’écaille pas et supporte plusieurs passages dans l’acier. Au 1er tiers du 17ème siècle Callot représente des fêtes florentines dans certaines de ses séries de gravures.

- 1607 : La guerre d’amour, représente un carnaval

- 1617 : La guerre de Beauté, représente un carrousel / ballet équestre, qui mesure 21.3/29.5 cm et est exposé à la BNF. Cette gravure représente la cérémonie d’entrée dans la ville du fils du Duc d’Urbino, fiancé à la fille du Duc Ferdinand 1er Médicis, sur la place Santa Trinita. La perspective est atmosphérique, c’est-à-dire qu’avec l’éloignement les tons des objets se décolorent, les graveurs utilisent des incisions plus fines.

- 1619 : L’éventail, mesure 22.7/30.3 cm et est conservé à la BNF. Cette gravure représente la fête du 25 juillet 1619, sur le fleuve Arno entre le pont Trinita et le pont Alla Carraia. Cette fête est un combat naval qui oppose le roi des tisserands contre le roi des teinturiers. L’occasion est gravée sur un phylactère (= ruban qui est placé à un endroit précis d’une composition) qui encadre la gravure prenant la forme d’un éventail. J.C prolonge les formules maniéristes du 16ème siècle en plaçant des masques en tête d’animaux sur l’encadrement. Il imite les enroulements du parchemin, ce qui donne à la partie inférieur une forme ample. Cela lui permet d’insérer des personnages sur l’encadrement, ce qui crée un lien entre l’intérieur et l’extérieur donc un lien avec le spectateur de la gravure. La perspective est linéaire, c’est-à-dire qu’elle est faite par des lignes obliques ici créée par les ponts.

- La foire d’Imprunita, (1620), gravure qui mesure 38.5/66.5 cm et est conservée au musée Lorrain de Nancy. Cette foire est un événement qui a lieu chaque année au moment de la saint Luc du 15 au 19 octobre. La ville est située à 12km au sud de Florance. Cette foire est très fréquenter et attire beaucoup de monde. Cette gravure est une eau-forte qui est donné au grand-duc Cosme II le 25 mars 1620, le jour de la fête de l’Annonciation mais aussi le jour du nouvel an florentin. Il crée une composition dans laquelle il utilise la végétation et l’architecture pour construire l’espace de la scène. Au 1er plan un arbre monumentale qui s’élève jusqu’au sommet de la gravure. En pendant de l’arbre il y a une architecture, une taverne qui sert de limiter la scène. Au 2nd plan une autre taverne. Au 3ème plan une église et des montagnes-> Scène semi circulaire. La foule n’est pas compacte, les groupe de personnes sont lisibles et ont une activité et un centre d’intérêt propres. Le détail est présent malgré le nombre d’éléments et le format assez petit. En bas à droite un groupe est traité à contrejour, les traits sont épais, par rapport au reste de la foule-> effet qui donne beaucoup de réalisme à la gravure malgré le manque de couleur. Il y a beaucoup de chiens représentés un peu partout. Les scènes du marché montrent la vie quotidienne (ex : chiens qui s’accouplent.). Les gens festoient. Cette gravure a pour but de montrer l’opulence et la richesse grâce à Médicis à qui on a donné la gravure. L’animation du ciel enrichie l’effet de réalisme de la gravure, grâce à la présence de nuages et d’oiseaux.

1621 : Médicis meurt et Jacques Callot revient à Nancy où il fait éditer une série de gravure appelée les bohémiens :

- L’avant-garde, 12.2/23.6 cm : vêtements très riches, avec des chevaux, les chapeaux à plume et les capes de femmes et les grandes crinières de chevaux montre la théâtralisation de la vie de bohème de ces gens.

- La Halte, les dix œuvres de bonne aventure : Le thème est ces voyantes qui sont caricaturait en voleuse en racontant des mensonges à ses clients. Présence d’une scène anecdotique d’hommes qui poursuivent une femme en lui tirant les cheveux. La scène principale et la scène de genre sont toujours présentes dans les gravures de Callot

Callot réédites certaines gravures italiennes et termine une série qu’il avait commencé en Italie qui est appelé la série des Gobies qui sont des acteurs handicapés qui sont nains et bossus, ils se produisaient au début du 17ème siècle en Italie. Callot les a observés en 1612 durant la fête de Saint Romulus. 20 gravures qui mesurent 6 cm (au mini)/ 9 cm (au max). Ex de certaines gravures, Le joueur de violon, Le bossu à la canne, Le duelliste aux deux sabres. Spectacles de pantomimes mais respectables pour les artistes. C’est le reflet de certaines coutumes italiennes.

Le Duc Henri II de lorraine remarque le graveur et assure sa protection en 1623, il lui passe également des commandes et est pensionné à la cours. Il grave donc :

- Le Parterre de Nancy, qui est dédié à la duchesse Nicole de Lorraine. Elle représente la cour intérieur du palais du Cal, où les jardins sont ornés de motifs sur le sol -> division de parterre (=division des jardins) géométriquement. L’influence italienne se ressent dans l’organisation des parterres. Présence de miroir d’eau qui permet à l’architecture de se refléter à l’intérieur, ils servent à augmenter les effets décoratifs mais aussi de pouvoir faire des promenades.

- La carrière de Nancy ou La rue neuve de Nancy, 1627, qui mesure 16.2/50.5 cm et représente une fête qui est un carrousel où il y a un affrontement médiévale de type tournoie. Le blason des Duc de Lorraine flotte dans l’aire.

Il crée également une série des Gueux, 14/19 cm, qui est une série qui est liée au quotidien des rues. Il réalise cette série sous la forme de véritables portraits monumentaux.

- Les deux pèlerins, En arrière-plan beaucoup de détails sont représentés comme une famille qui mange, des éléments architecturaux, des nobles. Au 1er plan les pèlerins qu’on reconnait grâce au bâton, à la cape orné de la coquille saint jacques, … les visages qui sont déformé par la vieillesse.

- Le mendiant aux béquillent coiffé d’un bonnet, un seul trait représente le sol et plusieurs traits // pour les ombres portées.

- Le joueur de vielle, qui représente un musicien des rues, même procédé. Ces vêtements sont plus beaux, c’est un homme très charpenté

...

Télécharger :   txt (18.1 Kb)   pdf (65.2 Kb)   docx (20.4 Kb)  
Voir 12 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club