Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Analyse des Corbeaux de Van Gogh selon Artaud

Par   •  15 Mai 2018  •  1 199 Mots (5 Pages)  •  586 Vues

Page 1 sur 5

...

les couleurs, décompose les formes. Il ne lie pas sa peinture mais fait des touches de couleurs, Artaud le compare à un « boucher ».

Van Gogh , dans ses lettres, écrit comme il peint. On le remarque à la juxtaposition des mots, des adjectifs. Antonin Artaud explique cette façon d’écrire mais en s’appuyant sur des lettres qui ont été regrammaticalisées, cette « juxtaposition » est plus flagrante dans la version originale mais il ne le sait pas. Donc essaye t-il de créer du sens là où il n’y en pas juste pour trouver des rapprochements avec Van Gogh là où il n’y en a pas pour pouvoir se mettre en avant ?

Après s’être mis dans la peau de Van Gogh, Antonin Artaud décrit les peintures en les expliquant et en donnant sa signification. Il présente les choses comme s’ il détenait LA vérité sur ce que le peintre a voulu exprimer dans ses toiles et étant « son double » il est comme le seul à pouvoir la déceler . L’exemple de « Champ de blé aux corbeaux » (1890) illustre bien le propos.

( Veuillez m’excuser pour la suite du travaille qui est sous forme de plan mais je me suis mis un peu trop tard à la rédaction du devoir qui m’a pris plus de temps que prévu. )

-Réinvente l’histoire : Van Gogh aurait peint les corbeaux après s’être tiré une balle dans le ventre. Il peint littéralement avec ses tripes, avec ce que contient son corps … (page 45)

en faisant ça il mystifie VG. Mystification aussi dans le Vin et Sang qui peuvent être vu comme « Vincent » mais aussi comme une référence au Christ .

Il dramatise . On peut voir un avant/aprés entre «  champ de blé sous un ciel tourmenté » et « champs de blé aux corbeaux » , arrivé d’un signe de mauvaise augure qui est les corbeaux "fastueux augure d’un mal, qui lui, ne le touchera plus" (Page 44) → faire référence au chat noir dans «  Les jardins de Daubigny » .

Artaud y voit un psychodrame.

Interprétation des lettres : Van Gogh ne parle pas de tout ça dans les lettres il parle de " immenses étendues de blés sous des ciels troublés et je ne me suis pas gêné pour chercher à exprimer de la tristesse, de la solitude extrême." dramatise pas autant que Artaud.

"je croirais presque que ces toiles vous diront ce que je ne sais dire en paroles, ce que je vois de sain et de fortifiant dans la campagne." (VG) et Artaud dit: "le battement de leur plumage riche fait peser sur le rebrassement de la tempête terrestre les menaces d’ une suffocation d’en haut" et pourtant "somptueux et calme" . → paradoxe.

III- Conclusion

Se met en avant lui même, poétique psychodramatique, réflexion sur l’écriture et sur lui même → ça rempli les 3 caractéristiques du tableau d’écrivain selon Bernard Vouilloux.

Artaud créer son sens à la toile, certaine choses sont paradoxales donc quelle est la vérité ? →

"comme un secret dont le seul Van Gogh aurait, sur lui même, gardé la clef" page 49.

Ce que retient Artaud des lettres n’est pas ce qu’écrit véritablement Van Gogh. Il adapte les choses à sa propre histoire ? Il adapte a Son Van Gogh.

Il a effectivement créer Son Van Gogh mais ce n’est pas la seule clef de lecture possible, chacun peut interpréter les

...

Télécharger :   txt (6.8 Kb)   pdf (46.9 Kb)   docx (571.4 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club