Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Comment le progrès technique est-il source de croissance ?

Par   •  29 Mai 2018  •  2 747 Mots (11 Pages)  •  126 Vues

Page 1 sur 11

...

Les innovations de procédés sont source de croissance à travers la réduction des coûts. Les innovations de procédés correspondent à la mise en œuvre de nouvelles techniques de production, grâce à l’utilisation de nouvelles machines ou de nouveaux équipements, permettant aux entreprises d’accroître leur productivité, c’est-à-dire le rapport entre les quantités produites et les quantités de travail ou de capital utilisées. Chaque unité produite revient ainsi moins cher à réaliser, ce qui permet de la vendre à un prix inférieur tout en continuant à faire des bénéfices. Cette augmentation de la productivité globale des facteurs de production permet donc aux entreprises d’être plus compétitives sur les prix. En étant plus compétitives ces entreprises innovantes gagnent des parts de marchés, produisent plus et créent ainsi de la richesse. Ce raisonnement est clairement illustré par l’exemple des pays les mieux classés pour la compétitivité de leurs entreprises, en particulier la Suisse, la Suède, les Etats-Unis (respectivement au premier, second et quatrième rang mondial selon le Forum Economique Mondial en 2010, à comparer avec la position de la France, quinzième). Les Etats-Unis sont en effet aussi le pays où la productivité par salarié est la plus forte. Et cette productivité remarquable peut elle-même s’interpréter comme la conséquence d’un haut degré d’innovation : le nombre de brevets déposés par rapport au nombre d’habitants est près de 40% plus élevé aux Etats-Unis qu’en France, et près du double en Suède et en Suisse. D’ailleurs le document 3 permet d’observer l’impact des innovations de procédés sur la croissance de la productivité donc sur l’augmentation de l’offre et donc sur l' On peut également prendre l’exemple de la vente sur internet, considérée comme une nouvelle méthode de distribution. Cette innovation de procédé a permis aux entreprises de vente en ligne de gagner en productivité, donc de faire baisser leurs prix, gagnant ainsi des parts de marché et augmentant leur production, générant de la croissance économique.

2/ Les innovations d’organisation du travail contribuent à faire baisser les prix

Les innovations de d’organisation du travail ou innovations organisationnelles sont source de croissance également à travers la réduction des coûts, à travers la compétitivité prix. Elles correspondent à la mise au point ou l’adoption d’une nouvelle organisation du travail et s’apparentent aux innovations de procédés dans la mesure où elles contribuent à modifier la méthode de production et/ou de distribution. Dans la façon d’organiser le travail, ces innovations permettent d’augmenter la productivité des facteurs de production, c’est à dire le facteur travail et le facteur capital et entrainent la hausse des parts de marché (compétitivité prix). La hausse des parts de marché entraine à son tour une hausse de la production et donc de la croissance économique. Par exemple, le taylorisme, grâce à la division verticale et horizontale du travail, a permis de quadrupler la production des entreprises concernées à la fin du XIXème siècle, tout en divisant le nombre d'ouvriers par quatre. Puis le fordisme, au début du XXème siècle, a permis d’augmenter encore la productivité et de faire ainsi baisser davantage les prix, grâce au convoyage automatique des produits en cours d’élaboration entre les postes de travail. Entre 1910 et 1925, le prix d’une automobile Ford a été divisé presque par 10. D’autre part, le toyotisme, qui s’est développé à partir des années 60 au Japon et qui s’est ensuite répandu sur toute la planète, a visé les mêmes objectifs de hausse de la productivité et donc d’augmentation de la compétitivité-prix, à un moment où le modèle taylorien-fordien commençait à atteindre ses limites partout dans le monde. Cette méthode d’organisation du travail imaginée par Taiichi Ohno cherche à favoriser la réactivité de l'entreprise, afin de diminuer les coûts liés aux stocks et aux incertitudes sur l’évolution de l’environnement.

Ainsi, à travers les innovations de produits (compétitivité hors-prix) et les innovations de procédés et d’organisation du travail (compétitivité prix) donc à travers l’offre, le progrès technique est source de croissance économique. Cependant, le progrès technique n’est pas seulement source de croissance à travers l’offre, il l’est également à travers la demande.

II/ Le progrès technique est source de croissance à travers la demande

Le progrès technique agit favorablement sur la croissance économique car il a un impact positif sur la demande à travers les innovations de produits, la répartition des gains de productivité et une action favorable du progrès technique sur la demande globale.

A/ La répartition des gains de productivité dynamise la demande globale via…

1/ Des effets directs

La répartition des gains de productivité dynamise la demande globale via des effets directs. Les gains de productivité, que le progrès technique génère, permettent à l’entreprise de dégager des profits supplémentaires qui peuvent eux-mêmes être répartis de telle sorte qu’ils auront une action positive directe sur la croissance. Par exemple, les profits supplémentaires peuvent permettre d’augmenter les salaires des employés et ainsi augmenter leur pouvoir d’achat, augmentation qui se traduira par une hausse de la demande. Pour satisfaire cette nouvelle demande les entreprises sont amenées à produire. L’augmentation de la production fait croître le PIB. Ces profits supplémentaires peuvent également permettre aux entreprises de baisser les prix des biens et services proposés et par la même d’augmenter le pouvoir d’achat des consommateurs avec les effets positifs que ce phénomène a sur la croissance et qui viennent d’être exposés. Sans compter sur le fait que les profits supplémentaires peuvent être engagés dans de nouveaux investissements. Cependant, les gains de productivité ont également des effets indirects sur la croissance.

2/ Des effets indirects sur la croissance endogène

La répartition des gains de productivité dynamise la demande globale via des effets indirects. L’augmentation de la productivité a pour principale conséquence d’augmenter les profits de la firme. Ces profits constitueront la base d’imposition de l’entreprise qui doit s’acquitter de l’impôt sur les sociétés. Or, des rentrées fiscales plus abondantes

...

Télécharger :   txt (18.6 Kb)   pdf (61.3 Kb)   docx (16.6 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club