Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Conscience et inconscient

Par   •  6 Juillet 2018  •  2 196 Mots (9 Pages)  •  190 Vues

Page 1 sur 9

...

énonce que des généralités ou des propriétés. Etant donné que l’Homme est en perpétuelle évolution, on change au fils des rencontres, des échecs surmontés ou non etc. Par conséquent, on ne peut pas dire que l’on ne se ment pas à soi-même sous prétexte que l’on se connait. Car déjà penser cela est un mensonge à soi. Ainsi, on ne peut pas avoir conscience de certaines choses en nous, comme des désirs ou pulsions inconscients. Mais certaines de ces envies sont des réalités que notre conscient refuse d’accepter. Par conséquent, notre inconscient nous envoie des messages avec les lapsus, les névroses, les actes manqués ou encore les rêves. Pour nous révéler la vérité. La conscience et l’inconscience sont en relation avec le monde, l’Homme ne fait pas qu’observer le monde. On perçoit ce dernier avec nos sens. Mais ne nous joueraient-ils pas des tours ? Ils nous mentent parfois en nous détournant la réalité. Par exemple, dans le désert, on pense apercevoir au loin une oasis, alors qu’en réalité il n’y rien. Le mirage est un mensonge à nous-même, vu que nous sommes persuadés de la voir. Le phénomène fantôme, lorsque l’on vient d’être amputer et que l’on ressent quand même des sensations dans le membre disparus. Nos autres sens peuvent aussi ce genre de choses. On peut se mentir à soi-même en se persuadant d’un de nos mensonges, où l’on est resté prisonnier de celui-ci. Par exemple, on ment en disant que l’on a aidé une personne en difficulté ou en mentant sur son métier. On peut faire cela pour gagner l’estime d’autrui ou se rendre intéressant vis-à-vis d’eux. Dans quelques cas, on peut s’auto-convaincre pour se donner bonne conscience. L’auto-mensonge n’est pas un acte délibéré. Au contraire, il peut s’agir de vieux réflexes d’autoprotection, qui sont devenus des habitudes comportementales inconscientes. Et dans des cas un peu plus extrême, ce peut devenir un besoin vitale. S’il on est dans une très mauvaise passe et que l’on a besoin de se rattraper à quelque chose, tellement que ça en est obligatoire. On s’est inconsciemment que c’est faux mais on désir y croire, comme un malade condamner qui cherche un espoir tant bien que mal, dans des médecines plus occultes par exemple. Dans ce cas le mensonge est un espoir rassurant, même s’il on sait pertinemment que ce n’est pas vrai. On peut s’auto-mentir parce que l’on est dans le déni par peur d’être blesser ou simplement par lâcheté. On veut se protéger inconsciemment, par exemple comme d’un souvenir traumatisant que l’on décide d’oublier et que l’on nie totalement comme s’il ne s’était jamais rien passé. De plus, nous pouvons nous mentir à nous-même en ayant un problème avec notre confiance en nous. L’on peut se surestimé ou bien au contraire se sous-estimé, que ce soit vis-à-vis de nos forces ou faiblesse ou autre. Ce qui révèle une totalement méconnaissance de soi. De plus, nous sommes complice de notre pensée, ce qui fait que nous n’avons pas ce regard extérieur critique sur nous-même.

Le mensonge a nous-même est un sujet où il n’y a pas de réel réponse. Car on peut se mentir à soi-même, selon les situations ; que ce soit vouloir plaire aux autres ou encore quand on est dans une mauvaise passe. Ou selon les personnes, c’est-à-dire des êtres avec des troubles psychologiques comme la dépression ou autre. Mais il y a toujours une partie, celle de l’inconscient qui connait la vérité. Et par les lapsus ou encore les rêves, elle nous guide dans la reconquête de cette lucidité perdu. Car notre inconscient est plein de sagesse est veut éviter que nous nous éloignons de notre réalité, mais surtout notre propre vérité. Car quand dans certains cas, les personnes créer de toutes pièces des souvenirs, ou en inventent dans le but se mettre en valeur aux yeux d’autrui par problème avec leur confiance en eux ou dans un but d’autoprotection. Que ce soit pour un moment douloureux vécut, que l’on cherche à effacer. O u dans l’espoir d’avancé, comme pour le cas de la dépression. Dans cette dernière, l’objectif est de se protéger pour pouvoir venir à bout de son mal être ; est-ce que cette illusion rassurante est réellement

...

Télécharger :   txt (9.3 Kb)   pdf (42.5 Kb)   docx (13.1 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club