Essays.club - Dissertations, travaux de recherche, examens, fiches de lecture, BAC, notes de recherche et mémoires
Recherche

Croissance et crise en europe occidentale

Par   •  16 Novembre 2017  •  1 464 Mots (6 Pages)  •  113 Vues

Page 1 sur 6

...

faillite et les anglais suspendent la convertibilité de la livre. Pour sauver leur monnaie les pays européens se mettent à pratiquer une politique de déflation (baisse des prix des produits) qui se traduit par une diminution des dépenses des Etats et des possibilités de crédit et conduit à une diminution de l’activité économique, entrainant une montée très rapide du chômage, chômage qui, lui-même, provoque une baisse de la consommation et donc de la surproduction, entraînant à son tour de nouveaux chômeurs. En Allemagne les chômeurs qui étaient déjà 1, 9 millions en 1929 sont 6 millions au début de 1933 (soit un salarié sur trois), en Angleterre on passe de 1.5 millions de chômeur s en 1930 à 3,75 millions en 1933, la France est un peu épargnée mais le chômage continue d’augmenter en France en 1934 alors qu’il commence à diminuer dans les autres pays d’Europe occidentale.

Face à cette terrible crise, les gouvernements des pays interviennent directement dans l’économie en mettant en place des politiques protectionnistes (augmentation des taxes douanières par exemple) amenant une diminution des échanges internationaux et le repli des puissances coloniales (France et Angleterre en particulier) sur leurs empires. Les Etats, pour sauver l’économie, lancent des grands travaux et les bases de l’État-providence sont posées avec des premières mesures d’assurance sociale destinées à protéger les citoyens.

Cette crise sans précèdent va conduire inexorablement à la montée des totalitarismes (nazisme, fascisme) et à la seconde guerre mondiale et ce n’est qu’à partir de 1945 et jusqu’en 1973 que l’Europe occidentale connaîtra à nouveau une période de croissance exceptionnelle. Dans cette période, appelée « les Trente glorieuses » par l’économiste Jean Fourastié en 1979,

la prospérité retrouvée se caractérise par une croissance économique très forte (plus de 5 % par an en moyenne) et continue de tous les pays concernés. Les vaincus de la guerre (Italie, Japon, Allemagne) et la France connaissent même un véritable décollage économique qui les place dans le groupe de tête des grandes puissances.

La croissance redémarre d’abord grâce aux aides versées aux différents pays de l’Europe occidental par l’OECE (ancêtre de OCDE) dans le cadre de l’aide américaine à la reconstruction (plan Marshall de 1947) et à différents accords internationaux comme les accords de Bretton Woods* (1944) ou le GATT** (1947) qui favorisent les échanges mondiaux. Elle se poursuit grâce à la diffusion de nouvelles technologies comme par exemple le transistor ou les matières plastiques (issues de l’extraction du pétrole) qui entraîne le développement de produits nouveaux et grâce à l’essor massif du machinisme dans l’industrie qui permet de produire en grande quantité et à plus faible coût. De plus le nombre de consommateurs augmentent du fait de la forte croissance démographique liée au « Baby Boom », c’est-à-dire l’explosion des naissances, entre 1945 et 1965.

Dans cette économie où l’industrie prospère, où le chômage n’existe plus (on manque même de main-d’œuvre), où les niveaux de vie et les salaires augmentent, produire en masse, acheter, consommer et même gaspiller (eau, accumulation de déchets, matières non recyclées notamment au niveau des emballages) deviennent des habitudes pour les citoyens des pays de d’Europe Occidental. On entre donc dans une société de consommation. Cette consommation permet l’équipement matériel des ménages, comme par exemple le réfrigérateur et la machine à laver puis la télévision et l’automobile dans les années 1960-1970.

Nous avons donc examiné les causes de l’alternance de périodes de forte et faible croissance entre 1896 et 1973 période pendant laquelle l’Europe occidentale a connu globalement deux phases de croissance (1896-1929) et (1945-1973), séparées par une phase de dépression durant les années 1929 à 1945. 1973 va marquer un tournant dans l’économie mondiale car, au delà de l’essoufflement du système qui se manifestait déjà depuis les années 60, le dérèglement monétaire provoqué par la fin des accords de Bretton Woods en 1971 et surtout le choc pétrolier de 1973, où l’Organisation des Pays Producteurs et Exportateurs de Pétrole (OPEP) décide de quadrupler le prix du baril de pétrole, vont déstabiliser le monde.

* Accords de Bretton Woods : Leur objectif principal fut de mettre en place une organisation monétaire mondiale et de favoriser la reconstruction et le développement économique des pays touchés par la guerre.

** Gatt : accord général sur les tarifs douaniers et le commerce

...

Télécharger :   txt (9.4 Kb)   pdf (82 Kb)   docx (12.1 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur Essays.club